Football  Les Alouettes

Les Oiseaux ne craignent pas Johnny Manziel

En temps normal, le match préparatoire que joueront les Alouettes aujourd’hui au stade Percival-Molson (12 h) ne susciterait pas beaucoup d’intérêt, sauf pour les mordus. Mais c’est un peu différent cette fois.

Les Als recevront les Tiger-Cats de Hamilton lors de leur deuxième et dernier match d’avant-saison. Les 14 000 spectateurs qui sont attendus sur la montagne auront donc l’occasion de voir Johnny Manziel à l’œuvre.

Les Alouettes ont sondé le terrain afin de voir si Manziel pouvait être acquis par voie de transaction l’hiver dernier. Ils ont toutefois jugé que le prix exigé par les Tiger-Cats était trop élevé et « Johnny Football » a fini par s’entendre avec l’équipe qui détenait ses droits dans la LCF.

C’est donc Drew Willy qui sera le quart-arrière partant des Oiseaux cet après-midi – et probablement lors du premier match de la saison, samedi prochain à Vancouver. Manziel, lui, amorcera sa campagne dans le rôle d’auxiliaire au vétéran Jeremiah Masoli.

Lors de son premier contact avec le jeu canadien dans un match, une défaite face aux Argonauts de Toronto, Manziel a montré de belles choses le week-end dernier. Il a réussi quelques jeux grâce à ses qualités d’improvisateur, comme il le faisait à l’époque dans la NCAA.

« Il a toujours été un quart qui réussissait des jeux spectaculaires. Mais au niveau professionnel, il n’a pas encore fait la démonstration qu’il pouvait être constant, selon moi », a dit le demi de coin Mitchell White, hier.

« On ne peut pas se préparer pour ses qualités d’improvisation, mais pour être bien honnête, je ne pense pas qu’il nous donnera beaucoup de difficulté. »

— Le demi de coin Mitchell White

« Il possède des outils intéressants, mais il faudra voir jusqu’à quel point il sera prêt à travailler afin de s’améliorer. Et n’oublions pas que les Tiger-Cats comptent déjà sur un bon quart en Masoli. »

White a reconnu que Manziel était talentueux et que son arrivée dans la LCF était une bonne chose. Il semble cependant loin d’être convaincu que l’ancien des Browns de Cleveland aura du succès.

« Je ne dis pas qu’il est un mauvais joueur, mais dans les rangs professionnels, un quart doit être capable de rester derrière sa poche protectrice et de lire le jeu. On ne peut pas constamment improviser et jouer comme on le fait dans la cour arrière. Il crée des choses sur le terrain, mais il a encore énormément de choses à améliorer au niveau professionnel. Cela dit, il a tout de même remporté le trophée Heisman et a un parcours intéressant. Sa présence sera bonne pour la ligue. »

Pas une ligue de « chaudrons »

Le maraudeur Joe Burnett partage à peu près l’opinion de White. Il reconnaît que Manziel est spectaculaire, mais ne semble pas particulièrement impressionné de le voir s’amener au Canada.

« Il y a plusieurs joueurs qui arrivent ici des États-Unis et qui ne respectent pas cette ligue. Ils savent plus ou moins à quoi s’attendre. Je dis souvent aux nouveaux venus que la LCF est la cousine de la NFL, que c’est la deuxième meilleure ligue de football au monde. Les joueurs de la LCF sont loin d’être des chaudrons [chumps]. »

« On doit respecter Manziel pour certaines des choses qu’il a accomplies dans le passé, mais à présent, il n’est qu’un joueur parmi tant d’autres. Il est un bon quart-arrière, mais pour nous, sa présence ne changera pas grand-chose. »

— Le maraudeur Joe Burnett

Burnett a noté que Travis Lulay avait un style de jeu similaire à celui de Manziel avant de subir quelques blessures sérieuses. Vétéran de huit saisons dans la LCF et qui a aussi porté l’uniforme des Steelers de Pittsburgh en 2009, Burnett a expliqué la recette habituelle pour contenir des quarts mobiles comme Manziel.

« Nos ailiers défensifs devront s’assurer de le garder derrière sa poche protectrice et on devra exercer de la pression avec nos secondeurs. Quant à la tertiaire, nous devrons rester près des receveurs jusqu’au coup de sifflet, car Manziel est capable de garder des jeux en vie en gagnant du temps. »

Un joueur à découvrir

Les partisans des Alouettes devront se familiariser avec plusieurs nouveaux joueurs au cours des prochains mois, dont Burnett et White. En attaque, le receveur Eugene Lewis, qui préfère qu’on l’appelle Geno, est un joueur qui semble sur le point de devenir un élément clé du club.

Un ancien des Sooners de l’Université de l’Oklahoma, Lewis s’est joint aux Alouettes la saison dernière. Il a été l’un des bons joueurs de l’équipe la semaine dernière à Ottawa, captant quatre passes.

« J’ai travaillé fort durant la saison morte afin de me placer en bonne position. Alors, oui, je pense que j’aurai un rôle important dans cette équipe cette année. Je pense que je peux changer l’allure d’un match en réussissant un gros jeu. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.