Garde se tourne vers une vieille connaissance

Le Français Harry Novillo signe un contrat de deux ans avec l’Impact

Rémi Garde s’est tourné vers un visage familier afin d’ajouter une option sur les côtés. L’ailier Harry Novillo, que l’entraîneur-chef montréalais a déjà dirigé avec l’Olympique lyonnais, a signé un contrat de deux saisons assorti d’une année d’option avec l’Impact.

L’embauche du joueur de 26 ans n’est pas une grande surprise, puisqu’il s’était entraîné au Centre Nutrilait pendant une semaine à la fin du mois de septembre. Garde souhaitait voir de plus près un joueur dont la carrière a, disait-il, pris une « tournure un peu bizarre ». Le joueur, qui était sans club après diverses expériences en Australie et en Asie, a pu se familiariser avec les structures et le vestiaire de l’Impact.

« J’ai passé pas mal de bons moments en Asie, mais c’est un plaisir énorme de retrouver un championnat qui devient majeur, a indiqué Novillo, hier, lors d’une conférence téléphonique. C’est un plaisir encore plus grand de travailler avec des joueurs comme Bacary Sagna, Saphir Taïder et un staff d’entraîneurs que j’ai pu connaître à Lyon. Les entraîneurs savent ce que je peux apporter et ils vont me mettre en confiance. »

Une « bonne technique »

Formé au COM de Saint-Fons, puis à l’Olympique lyonnais, le Français a découvert la Ligue 1 en août 2010. Il n’y a cependant fait qu’une poignée d’apparitions, étant plutôt prêté à deux clubs de Ligue 2 en 2011-2012, puis en 2013. Il a ensuite enchaîné les destinations souvent exotiques : la Belgique, l’Australie, la Turquie, les Émirats arabes unis, la Malaisie. C’est en 2015-2016, avec Melbourne City, qu’il a connu sa meilleure année statistique avec neuf buts et quatre passes décisives en 21 matchs.

Au-delà de cet étonnant CV, que peut-il apporter à l’Impact ? Garde le décrit comme un joueur « doté d’une bonne technique » qui peut jouer « à différents postes en attaque ». Sur l’échiquier montréalais, le côté gauche est évidemment réservé à Nacho Piatti. En pointe, les prochains mois devraient déboucher sur l’arrivée d’un véritable attaquant capable d’enlever un peu de pression à l’Argentin. Il reste maintenant le côté droit, où Novillo sera en concurrence avec Alejandro Silva.

« J’aurais tendance à dire que je me sens mieux à gauche puisque je suis droitier et que cela me permet de rentrer et de tirer. Mais je sais qu’il y a un très grand joueur [Piatti] à gauche qui mérite totalement sa place. J’essaierai d’abord de tout donner à l’entraînement pour mériter ma place dans le onze de départ. Peu importe ma position sur le terrain, je donnerai tout pour le maillot », a-t-il dit avant de tracer son portrait.

« J’adore dribler, provoquer et mettre la défense sous pression. J’ai une bonne frappe de balle et j’adore les coups de pied arrêtés. Je n’ai qu’une chose en tête, c’est d’aller de l’avant, et je crois que l’Impact est une équipe qui me permettra de m’exprimer correctement. »

— Harry Novillo

Au mois de septembre, Garde s’est souvenu de Novillo comme d’un espoir « promis à un bel avenir », mais qui a fait « beaucoup d’erreurs et de bêtises » lors de ses jeunes années lyonnaises. En discutant avec le Novillo de 2018, il a retrouvé un joueur qui a mûri au fil des années et des expériences. Le néo-Montréalais n’a pas cherché à enjoliver son histoire. Non, il n’a pas forcément eu la bonne attitude en début de carrière.

« Quand on a la chance de pouvoir jouer avec un grand club comme l’Olympique lyonnais avec tous les joueurs qui se trouvent autour, la tête ne reste pas tout le temps en place. On peut se prendre pour quelqu’un d’autre.

« Mais toutes les expériences permettent de tirer des leçons et j’ai beaucoup appris de ce que j’ai fait dans le passé. À 26 ans, je sais que ce n’était pas des bonnes choses et que je ne recommencerai pas. Aujourd’hui, j’ai vieilli, j’ai pris du plomb dans la tête, j’ai une femme et je suis posé. J’ai juste à penser au football maintenant. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.