Cinéma

Plan large

Chaque semaine, notre journaliste présente les nouvelles qui ont retenu son attention dans le monde du cinéma.

AILLEURS DE SAMUEL MATTEAU

Récit initiatique dans un Québec glauque

Québec, ville de carte postale ? Pas dans Ailleurs, premier long métrage de Samuel Matteau. Le cinéaste, originaire de la capitale nationale, a campé ses personnages, des squatteurs beaux, perdus et attachants, dans un conte urbain où Québec est filmé avec un regard singulier. C’est-à-dire dans ses entrailles souvent glauques et infréquentables, mais aussi dans des moments plus lumineux, tel sur son vénérable pont qui symbolise ici autant un passage entre deux âges qu’un accès à la liberté.

« Dans ce film, je voulais rendre hommage à ma ville et à ce que je ressens envers elle, dit le réalisateur en entrevue. Et le pont est ici une passerelle entre l’adolescence et l’âge adulte. »

Ailleurs raconte l’histoire de deux amis inséparables et pourtant très différents l’un de l’autre, à savoir TV (Noah Parker) et Samu (Théodore Pellerin), adolescents qui rêvent de s’exiler en Californie. Une série d’événements éprouvants fera cependant fléchir le cours de leur existence.

« Ils vivent des deuils, des blessures, de l’amour, résume Samuel Matteau. À la fin de ce périple, ils sont transformés. J’aime beaucoup les personnages qui se transforment ainsi et se révèlent à eux-mêmes. Ces épreuves leur sont bénéfiques. C’est comme ça dans la vie. »

En plus des décors, quelques personnages secondaires colorés donnent au film un look de conte urbain. Ce qui est complètement voulu, précise M. Matteau. « En quittant leur banlieue pour le cœur de Québec, mes jeunes personnages basculent dans une autre réalité qui est plus proche du conte. »

Ailleurs prend l’affiche le 16 mars.

Éléphant : 50 films sous-titrés en espagnol

Avec la collaboration de Téléfilm Canada, Éléphant, organisme voué à la restauration de longs métrages du cinéma québécois, vient de terminer le sous-titrage de 50 titres qui seront mis en location sur iTunes. Le lancement officiel de ce projet aura lieu le 15 mars à la Cinémathèque nationale de Mexico avec Marie-Josée Raymond et Claude Fournier, les deux dirigeants d’Éléphant. L’événement sera souligné par la projection de trois grands classiques du cinéma québécois : La mort d’un bûcheron de Gilles Carle, en présence de Carole Laure et Lewis Furey, Réjeanne Padovani de Denys Arcand et Les ordres de Michel Brault. Selon Éléphant, cette « entrée » dans le monde hispanophone permettra de joindre 400 millions de personnes dans 21 pays.

Regard de retour

La 22e édition de Regard, Festival international du court métrage au Saguenay, aura lieu du 14 au 18 mars. La programmation du festival est costaude avec 182 films en provenance de 53 pays. Nouveauté cette année, les compétitions nationale et internationale ont été fusionnées en une seule où 68 œuvres sont inscrites et admissibles à l’attribution de différents prix. Plusieurs de ces films ont déjà connu des parcours prestigieux dans divers festivals. D’autres seront lancés à Saguenay en primeur mondiale. La programmation comprend aussi des événements thématiques, notamment une projection de courts 100 % Saguenay, un panorama sur le cinéma de l’Estonie, pays qui célèbre ses 100 ans, et une soirée de visionnement de trois films de Ghasideh Golmakani, en compagnie de la réalisatrice iranienne. La porte-parole de l’événement est Sarah-Jeanne Labrosse.

Dimanche, les Prix écrans canadiens

C’est dimanche, à 20 h, que seront diffusés à la CBC les Prix écrans canadiens, qui récompensent les artisans du cinéma, de la télé et des médias numériques. Côté cinéma, 11 des 15 films les plus cités sont des productions québécoises. On surveillera ainsi les performances d’Hochelaga, terre des âmes de François Girard (huit sélections), de La petite fille qui aimait trop les allumettes de Simon Lavoie (sept sélections), ainsi que de C’est le cœur qui meurt en dernier d’Alexis Durant Brault, Les rois mongols de Luc Picard et All You Can Eat Buddha de Ian Lagarde (six sélections chacun). Le grand favori en provenance du Canada anglais, Maudie, film très touchant d’Aisling Walsh portant sur la peintre néo-écossaise Maud Lewis, a de son côté récolté sept sélections. 

— Josée Lapointe, La Presse

Bientôt, La chute de Sparte

Adaptation du roman de Biz, membre du trio hip-hop Loco Locass, le long métrage La chute de Sparte de Tristan Dubois arrivera sur nos écrans le 1er juin. Le film raconte l’histoire de Steeve Simard (Lévi Doré), un adolescent de 16 ans refermé sur lui-même, mais qui, à la suite d’un incident avec un joueur de football brutal de l’école secondaire qu’il fréquente, sera amené à sortir de son cocon. Le film met aussi en vedette Jonathan St-Armand, Lili-Ann de Francesco, Marianne Farley et Gabriel Sabourin. Tristan Dubois cosigne le scénario avec Biz.

À L’AGENDA

Les doublés à la Cinémathèque québécoise

Pour célébrer la fin de l’hiver et l’arrivée du printemps, la Cinémathèque québécoise propose, du 10 au 18 mars, le cycle Les doublés. L’idée est simple : projeter chaque jour deux films d’un réalisateur qui a fait sa marque au grand écran. Ça commence demain soir avec Mère et fils et Père et fils d’Alexandre Sokourov. Suivront des soirées hommage à Terrence Malick, Mike Leigh, David Lynch et quelques autres.

Pour le réconfort au Centre Phi

Le talentueux acteur et metteur en scène français Vincent Macaigne sera de passage jeudi prochain au Centre Phi pour y présenter son long métrage Pour le réconfort. Le film raconte l’histoire d’une demi-douzaine d’amis qui, séparés depuis quelques années, ont des visions dangereusement distinctes du sort de la terre agricole où ils ont grandi. La projection sera suivie d’une discussion avec Vincent Macaigne. La rencontre sera animée par Herby Moreau.

Le 15 mars à 19 h

Les sorties en salle du 16 mars

7 Days in Entebbe de José Padilha

Ailleurs de Samuel Matteau

Les lettres de ma mère de Serge Giguère

Love, Simon (Avec amour, Simon) de Greg Berlanti

Téhéran Tabou d’Ali Soozandeh

The Leisure Seeker de Paolo Virzi

Tomb Raider de Roar Uthaug

Le retour de Mary Poppins

Le retour de Mary Poppins

Disney s’y prend tôt pour nous faire découvrir la première bande-annonce de Mary Poppins Returns qui arrivera dans nos salles… à Noël. Mettant en vedette Emily Blunt dans le rôle de la plus célèbre nounou du monde, le film s’intéresse à une nouvelle génération de la famille Banks où il y a un manque cruel de joie et d’émerveillement. Lin-Manuel Miranda, Ben Whishaw, Colin Firth et Meryl Streep seront aussi de la distribution.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.