Idées pour la rentrée

Bye-bye plastique !

Depuis les années 1950, 8,3 millions de tonnes de plastique ont été produites dans le monde. Et à peine 23 % de ce plastique a été récupéré ou recyclé, apprend-on par l’entremise de la Semaine canadienne de réduction des déchets. Bien que le plastique soit omniprésent dans nos vies, on peut choisir de lui accorder moins de place. Les périodes de transition, comme la rentrée, offrent justement l’occasion d’intégrer de nouvelles habitudes à notre routine plus facilement. Voici quelques idées.

À l’épicerie

On achète en gros et en vrac En achetant des produits grand format ou en vrac, on économise sur l’emballage. Bien des marchés ou des petits commerces vous permettent d’utiliser vos propres contenants : ils doivent simplement être pesés auparavant. On peut aussi se tourner vers des sacs de coton réutilisables.

On évite les surgelés Les plats surgelés en portions individuelles présentent les pires exemples de suremballage. Certains produits comptent une pellicule de plastique et un moule en carton plastifié, le tout dans une boîte… pour un seul repas. Si on ne peut pas se passer de surgelés, on encourage tout au moins les marques à l’emballage un peu plus responsable.

On apporte ses sacs réutilisables Chaque année, un milliard (!) de sacs en plastique sont utilisés au Canada. On favorise plutôt les sacs réutilisables, de préférence faits d’un matériau durable, comme du tissu. Pour les fruits et les légumes en vrac, on délaisse les microsacs faits de pellicule plastique au profit de petits sacs ou de filets réutilisables et ultralégers à cordon-glissière, ou on dépose les aliments moins fragiles directement dans le panier.

À l’école

On utilise une boîte à lunch en inox La Chine produit chaque année 15 milliards de boîtes à lunch en plastique, misant sur des images de personnages à la mode plutôt que sur la qualité. À l’inverse, une boîte à lunch en acier inoxydable est virtuellement indestructible et intemporelle : elle accompagnera votre enfant durant tout son parcours scolaire.

On se sert de contenants durables Réussir à organiser un paquet de contenants en plastique dépareillés dans une boîte à lunch est un véritable casse-tête. On pense à des solutions de rechange plus optimales, comme la boîte bento en inox (qui offre déjà des compartiments pratiques). On troque aussi les sacs à sandwich ou la pellicule plastique contre des pochettes réutilisables faites de jute et de coton.

On choisit des fournitures scolaires sans plastique Une règle en acier inoxydable dure toute la vie, et plus encore : elle est 100 % recyclable. On peut également trouver des ciseaux entièrement faits de métal, sans gaine de plastique, ou conçus avec des matériaux naturels. Pour les cartables à anneaux, les porte-documents et les étuis, on privilégie ceux fabriqués à partir de carton recyclé ou de matériaux biodégradables.

Au bureau

On dit adieu à l’eau en bouteille Les Canadiens consomment environ 2,5 milliards de litres d’eau embouteillée chaque année. Pourtant, il s’agit bien souvent d’une simple eau courante filtrée  ! Une bouteille réutilisable évite le gaspillage, et avec un modèle en inox, le liquide peut y demeurer bien froid pendant des heures.

On déniche des accessoires écoresponsables Possible de réduire sa consommation de plastique au bureau ? Difficile à croire, mais il existe bel et bien d’intéressantes alternatives à ces omniprésents accessoires de plastique. Il suffit de rechercher des produits conçus avec des matériaux écoresponsables, comme souris d’ordinateur, stylos et agrafeuse en bambou, ou encore un agenda à la couverture de liège.

On adopte le stylo-plume Et si on se gâtait un peu après tous ces efforts  ? En plus d’être un superbe objet, un stylo-plume peut devenir le dernier qu’on aura à acheter. Par la suite, on trouvera l’encre de recharge vendue dans des flacons en verre. Contrairement au stylo jetable qui s’oublie n’importe où, c’est un article précieux auquel on fait attention  !

Sources : Semaine canadienne de réduction des déchets, TreeHugger, Going Zero aste

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.