Tubes de l’été

La formule magique n’existe pas

L’équipe de science des données de La Presse a tenté de prédire les tubes de cet été grâce à un algorithme. Les résultats ont été peu concluants. Pour preuve : la chanson qui a fracassé tous les records, Old Town Road de Lil Nas X, ne figure même pas parmi les 20 tubes potentiels déterminés par l’algorithme.

Début août. Le plus récent classement des 20 « chansons de l’été » du Billboard est en ligne. Sans surprise, Old Town Road de Lil Nas X figure en première place. Il est suivi de bad guy, de Billie Eilish, de Talk de Khalid, puis du duo I Don’t Care, d’Ed Sheeran et Justin Bieber… Aucune surprise à l’horizon.

Fin juin. Les analystes de données de La Presse Emma Damitio et Pierre Meslin se penchent sur les top 100 mensuels compilés par Billboard depuis le début de l’année. En se basant sur les similitudes entre les 10 tubes de chaque été depuis 18 ans, ils bâtissent un algorithme. En l’appliquant aux chansons de cette année, ils établissent un classement des 20 tubes potentiels de l’été. Une liste surprenante…

Parmi les 20 succès sélectionnés par l’algorithme, aucune trace d’Old Town Road. Pourtant, la chanson rap-country trône au sommet du palmarès Hot 100 depuis 18 semaines – un record de tous les temps ! Impossible de ne pas l’avoir entendue quelque part ces derniers mois.

Le duo d’analystes de La Presse a pourtant considéré plusieurs facteurs susceptibles de faire d’une chanson un succès estival. Il a puisé dans le bassin de chansons qui se sont classées dans le top 10 définitif des étés 2000 à 2018 pour en dégager des valeurs descriptives (artiste, date de sortie, genre, sexe de l’interprète, etc.). Il a également recueilli, pour chaque chanson, des métriques d’analyse proposées par Spotify (popularité, potentiel à faire danser, tempo, etc.).

« Mais une chose est ressortie de nos recherches : il n’y a pas de recette magique », souligne Pierre Meslin. Les analystes ont constaté qu’on ne peut dégager de valeurs sûres. Un critère qui fait qu’un morceau sera, sans aucun doute possible, la chanson de l’été.

Un absent de taille

Mais comment expliquer l’absence d’un tube aussi prédominant qu’Old Town Road ?

C’est que la chanson est un spécimen à part, un de ces succès qu’on ne peut vraiment prévoir – pas de manière mathématique, du moins. Il n’est pas rare de se heurter à de tels ovnis en parcourant les palmarès des dernières années.

« Ce que montre l’algorithme, c’est qu’il y a toujours des tubes qui sortent de nulle part. »

— Pierre Meslin, analyste de données de La Presse

C’est même de plus en plus le cas, semble-t-il. En partie à cause de l’écoute en continu, qui vient brouiller les cartes. « L’exposition à la musique a beaucoup évolué. Il est maintenant très difficile de déterminer quelle chanson va sortir du lot », estime Étienne Grégoire, directeur musical à la station Rythme FM.

Certains résultats observés par nos analystes suggèrent un pouvoir grandissant de l’écoute en continu. Par exemple, la durée des chansons les plus populaires s’éloigne graduellement des trois minutes et demie que prescrivent les radios.

Les stations perdent-elles de leur autorité ? Pas du tout, juge Étienne Grégoire. « L’auditeur doit connaître un minimum ce qui se fait avant de se tourner vers Spotify et les autres, affirme-t-il. Au Québec et au Canada, la radio reste la première source de nouvelle musique. »

Succès instantanés

Sucker, une chanson des Jonas Brothers, comptait parmi celles qui avaient le plus de chances de figurer dans le top 20 des tubes de l’été du Billboard, selon l’algorithme, qui la plaçait au quatrième rang. Dans ce cas précis, l’algorithme a visé dans le mille : Sucker est en cinquième place du palmarès actuel de l’été établi par Billboard.

En tout, il a été possible de prédire 25 % du plus récent classement estival du palmarès américain.

Mais que fait au sommet des prédictions la chanson Close Friends, des rappeurs Lil Baby et Gunna ? Ou, tout juste derrière elle, Going Bad de Meek Mill et All to Myself du méconnu duo country Dan + Shay ?

Ont-elles même joué une seule fois à la radio commerciale montréalaise ? Probablement pas. Ces morceaux possèdent toutefois le plus grand nombre d’attributs typiques des succès estivaux.

D’après Étienne Grégoire, « créer un algorithme à partir de cette année pour tenter de prédire les succès de l’an prochain ne fonctionnerait sûrement pas ». Il n’est même plus vraiment possible d’isoler une seule et unique « chanson de l’été », croit-il. Que Lil Nas X se le tienne pour dit.

Les artistes avant les chansons

S’il y a eu des modes au fil des époques (comme le R&B dans les années 2000), la pop et toutes ses déclinaisons sont les reines du bac à sable ces derniers temps. « La pop prend le dessus, mais on remarque que les rythmes sont très différents d’une chanson à l’autre, puisqu’elle puise dans le R&B, le trap et beaucoup d’autres styles... », note Pierre Meslin.

L’éventail de la « musique pop » est plus large que jamais. Les collaborations mêlent les genres. Et ce sont les artistes qui sont à la mode, bien plus qu’un style de musique particulier.

« Pensons à Shawn Mendes, la vedette de l’heure. Sa chanson [Señorita, avec Camilla Cabello] est sortie à la fin du mois de juin et elle est partout », note Étienne Grégoire.

Notre algorithme a désigné la date de sortie comme un facteur important pour qu’une chanson se hisse dans le top 10 de l’été au cours des 18 dernières années – le printemps semblait tout indiqué.

Ce n’est plus aussi vrai qu’avant. Sortie le 21 juin, Señorita est déjà 10du classement des chansons de l’été du Billboard.

« Tout se passe dans l’immédiat. Et pour Mendes et Cabello, il y a en plus des rumeurs qu’ils sortent ensemble, ce sont des vedettes Instagram… C’est tout ça mis ensemble qui forme le succès. »

— Étienne Grégoire, directeur musical à Rythme FM

Notons que depuis notre entretien avec M. Grégoire, Camilla Cabello a confirmé les rumeurs en déclarant publiquement son amour pour Mendes en lui souhaitant un joyeux anniversaire, vendredi... justement via son compte Instagram.

Mais qui dit succès estival ne veut pas dire triomphe durable. Loin de là. « On a des hits passagers, des succès jetables, qui deviennent agressants rendu en novembre – c’est le cas de Despacito, dit le directeur musical. Mais on a aussi des pièces qui vont durer dans le temps, comme Can’t Stop the Feeling de Justin Timberlake. »

Quel tube de l’été 2019 survivra à l’arrivée de l’automne ? I Don’t Care, d’Ed Sheeran et Justin Bieber, croit-il. Malheureusement, notre algorithme ne voit pas si loin…

Aperçu du top 20 de l’algorithme

Notre algorithme n’a aucune prétention prophétique. Il représente surtout un outil permettant de dégager des tendances. Et de constater si elles s’appliquent de nos jours. Voici quelques-unes des prédictions du top 20 de l’algorithme (et si elles figurent ou non dans le top 20 estival du Billboard).

Jonas Brothers – Sucker (oui)

Post Malone – Wow. (oui)

Billie Eilish – bad guy (oui)

Panic ! At The Disco – High Hopes (non)

Nicki Minaj – MEGATRON (non)

Marshmello (avec CHVRCHES) – Here With Me (non)

DaBaby – Suge (oui)

Les variables importantes pour prédire un tube

En épluchant les top 10 estivaux définitifs des 18 dernières années, des variables se sont révélées communes à plusieurs tubes. Celles qui s’appliquaient au plus grand nombre de chansons avaient le plus de poids pour déterminer les succès de l’été 2019. Voici la plupart de ces variables, en ordre d’importance.

Sujet de la chanson

Date de sortie

Artiste solo ou groupe

Chanson interprétée en solo ou en collaboration (featuring)

Artiste masculin ou féminin

Longueur des paroles

Répétitions

Tempo

Potentiel à faire danser

Durée

Des mots qui reviennent souvent

Un algorithme a permis de trouver les mots qui apparaissent le plus souvent dans les tubes estivaux. En voici quelques-uns, sans ordre d’importance.

girl

baby

tonight

lover

stay

yeah

n***a

babe

man

forever

— Avec la collaboration de Pierre Meslin, Hervé Mensah et Emma Damitio

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.