Wimbledon

Federer détrôné

Il n’y aura pas de neuvième sacre pour Roger Federer sur le gazon de l’All England Club. Le maître des lieux a trébuché hier en quarts de finale, une élimination qui élargit du même coup le champ des possibles pour Rafael Nadal et Novak Djokovic.

Wimbledon

Anderson n’a jamais lâché

Le temps a rattrapé Roger Federer, hier à Wimbledon. Huit fois vainqueur du tournoi, encore favori cette année à 36 ans, le numéro deux mondial a plutôt été éliminé en quart de finale par le Sud-Africain Kevin Anderson, 2-6, 6-7 (5), 7-5, 6-4 et 13-11.

Federer menait pourtant deux manches à zéro, mais il n’a pu concrétiser son avantage, débordé par un adversaire qui osait croire en ses chances.

Cette défaite du Suisse est particulièrement étonnante puisqu’il avait remporté 34 manches de suite et 85 jeux d’affilée sur son service à Wimbledon. Tout cela a pris fin au 11e jeu de la troisième manche de son match contre Anderson, après qu’il eut raté une balle de match dans le jeu précédent.

« Après la première manche, je n’ai jamais vraiment été à l’aise dans les échanges de la ligne de fond, a souligné en conférence de presse celui qui avait remporté huit titres à Londres. C’est difficile de dire quand le match a tourné ; peut-être quand j’ai perdu cette balle de match, peut-être au jeu suivant, quand il a brisé mon service.

« À la fin, j’ai bien tenté de faire pencher la balance en haussant le niveau de mon jeu, mais je n’ai pas été capable d’exécuter ces quelques coups extraordinaires qu’il faut parfois réussir pour gagner les matchs importants dans les grands tournois. »

« J’ai eu plusieurs chances par la suite et je n’ai pas su en profiter. »

— Roger Federer 

En deçà de sa « perfection » habituelle, Federer n’en a pas moins obligé son adversaire à se battre pendant 4 heures 14 minutes avant de s’incliner. Symboliquement, c’est une double faute du Suisse, sa première du match, qui s’est révélée décisive dans le 24e jeu de la cinquième manche.

Anderson n’a pas laissé passer sa chance. « Je me suis dit tout au long du match que cela allait être ma journée, que je pouvais gagner, car c’est impossible d’espérer vaincre un joueur comme Roger si on n’y croit pas vraiment », a souligné le joueur de 32 ans, huitième favori du tournoi.

C’est évidemment la victoire la plus importante de la carrière d’Anderson, un joueur de 6 pi 8 po qui avait atteint la finale des Internationaux des États-Unis l’année dernière et qui aura une chance de répéter cet exploit à Wimbledon, demain devant l’Américain John Isner. Ce dernier a remporté 8 des 11 matchs entre les deux joueurs, mais Anderson a beaucoup progressé depuis leur dernier affrontement, en 2015.

Un choc Nadal-Djokovic

L’autre demi-finale opposera Rafael Nadal et Novak Djokovic, mais ils ont bien failli eux aussi se laisser surprendre hier.

Nadal, surtout, a dû passer près de cinq heures sur le court central avant de venir à bout, au crépuscule, du coriace Argentin Juan Martín del Potro, 7-5, 6-7 (7), 4-6, 6-4 et 6-4. Les deux joueurs se sont échangé l’avantage à plusieurs reprises dans ce duel ponctué de coups spectaculaires, mais c’est finalement l’Espagnol qui a réussi à mieux gérer la fin du match.

Le dernier échange s’est conclu avec un revers à la volée de Nadal et del Potro étendu au sol. Le vainqueur est allé le rejoindre pour une longue accolade sous les acclamations de la foule.

« Je suis désolé pour Juan Martín, c’est un joueur incroyable, un adversaire incroyable et il méritait d’une certaine manière de gagner aussi, a convenu Nadal en conférence de presse. C’est un grand honneur de revenir en demi-finale à Wimbledon, surtout après un tel match. Dans la dernière manche, [del Potro] a été énorme et cela a été très difficile de le stopper. Je suis vraiment satisfait d’avoir réussi à survivre à tous ces points importants qu’il ne fallait pas perdre.

« Contre Djokovic, je devrai évidemment jouer aussi bien que je l’ai fait aujourd’hui. Je l’ai regardé jouer ici et il est vraiment bien. C’est le joueur le plus complet que j’ai jamais vu et ce sera très difficile. »

Dans l’autre match, Djokovic s’est qualifié plus aisément devant le Japonais Kei Nishikori, 6-3, 3-6, 6-2 et 6-2, mais il a laissé échapper une manche, seulement la deuxième en cinq matchs.

Trois fois vainqueur à Wimbledon (2011, 2014 et 2015), mais malheureux en Grand Chelem depuis sa victoire à Roland-Garros en 2016, le Serbe a été ralenti par les blessures depuis deux ans et n’a retrouvé la forme que tout récemment.

Ses retrouvailles avec Nadal, qui l’a vaincu sur la terre battue à Rome cette année, mais qu’il avait vaincu en finale à Wimbledon en 2011, sont d’autant plus attendues qu’il n’a visiblement rien perdu de son assurance : « Je ne suis plus le même joueur qu’en 2014 ou 2015, mais j’aime mon niveau de jeu en ce moment, a-t-il confié en conférence de presse. Je pense avoir mérité ma place en demi-finale et je n’entends pas m’arrêter là. »

Wimbledon

La chance ratée de Raonic

Milos Raonic est probablement passé à côté, hier à Wimbledon, de l’une des plus grandes chances de sa carrière.

Battu en quart de finale par l’Américain John Isner, 6-7 (5), 7-6 (7), 6-4 et 6-3, le Canadien ne réalisera pas cette année encore le grand rêve de sa vie : être couronné sur le gazon londonien.

Témoin quelques minutes avant d’entrer sur le court de l’élimination du favori Roger Federer, son adversaire potentiel en demi-finale, Raonic affrontait un adversaire à sa portée et il avait abordé le match avec beaucoup d’aplomb.

La machine s’est toutefois enrayée dans le cinquième jeu de la troisième manche, quand le Canadien a commis deux doubles fautes et cédé un premier bris de service. Il en a subi deux autres avant de s’incliner après 2 heures 42 minutes d’un match sans beaucoup d’émotion.

Après le match, Raonic a confié qu’il avait subi une blessure à un muscle et qu’il n’avait pu se défendre comme il l’aurait voulu. « Je n’ai pas encore vu le médecin, mais on dirait une petite déchirure, a-t-il expliqué en conférence de presse. C’était surtout douloureux quand je devais me pencher, au filet notamment.

« Je savais que je n’aurais pas beaucoup de chances sur ses services et [Isner] ne m’en a pas donné. Il s’est amélioré dans les échanges au cours des dernières semaines, des derniers mois, et il s’est bien défendu [hier]. En quatrième manche, quand il a réussi le bris, j’ai réalisé que ce serait difficile de revenir de l’arrière… »

Coupe Rogers

Raonic a convenu qu’il n’avait pas atteint ses objectifs cette année sur le gazon. « Sur le plan technique, mon tennis n’a probablement jamais été aussi bon, mais j’ai éprouvé des ennuis sur le plan mental dans certains matchs, en raison surtout des blessures et du manque de compétitions. J’aurais eu besoin de plus de matchs pour affronter des situations différentes, me pousser à être encore plus discipliné. »

« Je n’étais pas aussi bien préparé que je l’aurais voulu. »

— Milos Raonic

Malgré la défaite d’hier, le joueur de 27 ans a assuré qu’il allait continuer de poursuivre son « rêve » : « [Gagner à Wimbledon] est la raison pour laquelle je travaille si fort, pourquoi je fais tous ces efforts, tous ces sacrifices, toute cette sueur, pourquoi j’accepte ces frustrations… Je fais tout cela – avec quand même beaucoup de plaisir – pour avoir de telles occasions et espérer aller jusqu’au bout, un jour.  »

En principe, Raonic ne reviendra au jeu qu’à la Coupe Rogers, à Toronto, à compter du 6 août. Le temps de soigner sa blessure… et de se refaire un moral !

De son côté, Isner jouera en demi-finale d’un tournoi du Grand Chelem pour la première fois de sa carrière. Jusqu’à hier, il était surtout célèbre à Wimbledon pour avoir disputé le plus long match de l’histoire du tournoi, en 2010, contre le Français Nicolas Mahut.

DABROWSKI EN DEMI-FINALE

En double féminin, la Canadienne Gabriela Dabrowski et la Chinoise Yifan Xu se sont qualifiées pour les demi-finales avec une victoire de 5-7, 6-4 et 6-2 contre l’Américaine Bethanie Mattek-Sands et la Tchèque Lucie Šafářová. Deux fois championne en double mixte en Grand Chelem, Dabrowski n’était jamais allée aussi loin en double féminin. Elle et Xu ont toutefois remporté plusieurs titres depuis le début de leur collaboration l’année dernière, le dernier il y a quelques jours sur le gazon à Eastbourne. Sixièmes favorites, elles affronteront en demi-finale l’Américaine Nicole Melichar et la Tchèque Květa Peschke, les 12es favorites.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.