IMMOBILIER Le tour du propriétaire

Ingénieuse maison dans Villeray

Des propriétaires nous ouvrent les portes de leur demeure d’exception, offerte sur le marché de la revente.

Quand on a la chance d’avoir un frère architecte et d’être soi-même dans le domaine de la construction, les chances sont également bonnes qu’on vive dans une belle maison.

C’est le cas de l’entrepreneur Nicolas Rasselet, qui est le frère de l’architecte Stéphane Rasselet, propriétaire de la firme _naturehumaine. Ensemble, ils ont créé cette maison unifamiliale de la rue Des Écores, à Montréal : Stéphane a fait la conception, tandis que Nicolas s’est chargé de la construction. Ce dernier y vit avec sa conjointe Geneviève et leurs deux enfants depuis 2015.

La maison unifamiliale est située dans un secteur tranquille du quartier Villeray, au nord de Jean-Talon, où les plex cèdent la place aux maisons unifamiliales bordées de parterres de fleurs. Il s’agit d’un quartier très tranquille, aux allures de banlieue, mais situé à deux pas d’une station de métro.

À l’origine, sur ce terrain, il y avait un duplex en fond de cour. Après l’avoir acquis, les propriétaires l’ont divisé en trois lots. Sur le premier se trouve leur résidence, alors que sur les deux autres ont été construites deux maisons jumelées qui sont l’œuvre d’un autre architecte d’ici, Laurent McComber.

La principale contrainte à laquelle ils ont fait face est l’étroitesse du lot. « On avait 25 pi de terrain, ce qui est typique de Montréal ; mais puisqu’on est collés sur un voisin, les réglementations exigeaient d’être en retrait de 5 pi par rapport à la ligne de lot sur le côté. Donc ça a rétréci la largeur de la maison constructible à 20 pi », explique Nicolas Rasselet. Et même que, au bout du compte, l’espace net habitable ne représente que 18 pi de largeur.

Comment, donc, créer une maison sur un lot relativement étroit pour une famille de quatre, tout en gardant l’espace ouvert et lumineux ?

La solution est venue sous forme de rangements intégrés.

Maximiser l’espace

Pour pallier cette étroitesse, donc, les propriétaires ont dû faire preuve d’ingéniosité dans les plans, et ont intégré des meubles à la structure de la maison. Par exemple, on trouve un grand vaisselier, un meuble de salon du plafond au plancher, une banquette qui jouxte la table de la salle à manger, des tablettes remplies de livres sur le côté de l’îlot… « C’est une des contradictions de l’endroit : tout a l’air grand, mais tout est en format compact », résume Geneviève.

Mais le meilleur exemple est peut-être ce meuble de rangement du rez-de-chaussée : en plus de contenir les manteaux et les équipements, il joue en même temps le rôle de garde-corps pour l’escalier. De même, à l’étage, un autre meuble intégré sert de bibliothèque dans l’escalier et de rangement pour le bureau, de l’autre côté.

« L’idée, c’était de créer du rangement, mais en utilisant l’espace où il y aurait normalement des murs pour diviser tout ça. »

— Nicolas Rasselet

On trouve aussi des puits de lumière à quelques endroits, afin que la luminosité fasse son chemin du toit jusqu’au rez-de-chaussée. Des passerelles en lattes de bois créent des effets de transparence, tout en permettant une communication entre les étages. De fait, pour illustrer cette connexion, certains matériaux se poursuivent d’un étage à l’autre, comme le mur de briques blanc dans la cuisine qui continue jusque dans la salle de bains des enfants en haut.

Quels meubles ?

L’idée du rangement intégré est si minutieusement exécutée dans cette propriété qu’on pourrait presque y vivre sans meubles, lancent Nicolas et Geneviève en riant.

Ceux qu’ils possèdent, toutefois, sont des antiquités, des souvenirs de famille, qui ont surtout une valeur émotive. Plusieurs d’entre eux sont en teck, et ils viennent contrebalancer l’aspect plus moderne de l’habitation. De même, quelques touches comme le vaisselier, le mur de briques ou encore les poutrelles ajourées du salon viennent donner un cachet plus « ancien » qui était important pour Geneviève, alors que Nicolas aime tout ce qui est plus moderne. Les deux styles cohabitent harmonieusement, tout en assurant l’harmonie au sein du foyer !

LA PROPRIÉTÉ EN BREF

Prix demandé

1 299 000 $

Année de construction

2015

Superficie de la maison

275 m2

Superficie du terrain

209 m2

Description

Grande maison unifamiliale conçue par l’architecte Stéphane Rasselet de l’agence _naturehumaine. Garage intérieur, cour et terrasse, trois chambres à l’étage. La propriété compte également un sous-sol avec plancher de béton, contenant une salle de jeux, ainsi qu’une chambre et une salle de bains complète. La propriété compte des puits de lumière et beaucoup de rangement intégré.

Évaluation municipale

750 000 $

Impôt foncier

6516 $ annuel (2019)

Taxe scolaire

1090 $ annuel (2019)

Courtiers

Jeff Lee et Marie-Claude Bergeron, Engel & Völkers Montréal Outremont

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.