Mon clin d’œil

Quel est le point commun entre les cours d’éducation sexuelle et les cours d’école ? Deux terrains glissants.

OPINION

GUIDE ALIMENTAIRE CANADIEN
Oublie-t-on les personnes âgées ?

La nouvelle version annoncée du Guide alimentaire canadien n’est pas adaptée aux besoins des cinq millions de Canadiens de 65 ans et plus.

Personne n’est contre la vertu de cuisiner plus souvent, de délaisser les aliments hyper transformés et de prendre le temps de savourer les aliments en bonne compagnie. Tous se réjouissent également de l’importance accordée aux végétaux, dont les légumes, les fruits et les grains entiers.

Par contre, la priorité accordée aux protéines d’origine végétale me laisse perplexe, voire m’inquiète.

Mis à part les nouveaux végétariens et végétaliens qui ont amorcé le virage, les Canadiens qui cuisinent et consomment régulièrement tofu, soya et légumineuses sont très peu nombreux.

A-t-on idée qu’il faut manger une pleine tasse d’amandes ou une tasse et demie de pois chiches pour remplacer une poitrine de poulet ou un pot de yogourt grec ? A-t-on oublié que les besoins en protéines des personnes âgées sont plus élevés qu’à l’âge adulte ? A-t-on négligé les données scientifiques qui démontrent que les protéines d’origine végétale n’ont pas les mêmes pouvoirs que les protéines d’origine animale pour ralentir la baisse de la masse musculaire qui survient normalement chez les aînés ? Et cette baisse de masse et de force musculaires mène trop souvent, hélas, à la perte d’autonomie.

Peut-on se permettre de nuire ainsi à la santé globale et à la qualité de vie d’un nombre croissant de personnes âgées ?

Il ne s’agit sans doute que d’une première mouture. Je me permets de l’espérer en levant mon verre d’eau.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.