ZOOM

D’un Deadpool à l’autre

Film d’antihéros par excellence de l’univers Marvel, Deadpool n’est pas le moins lucratif pour autant. Depuis sa sortie, en février 2016, le film a connu un succès phénoménal, de sorte que, sans surprise, sa suite arrive aujourd’hui en salle. D’ailleurs, une réplique entendue dans le premier opus était prophétique à ce sujet : « It sounds like a fu**ing franchise. » Explications.

783 millions

Distribué par Fox, Deadpool a été lancé le 12 février 2016. Selon le site spécialisé Mojo, le budget de production du film a atteint 58 millions de dollars alors que les recettes au box-office ont explosé à 783 millions à l’échelle de la planète. C’est, toujours selon Mojo, un peu plus que le premier Guardians of the Galaxy (773 millions) sorti en 2014, mais moins que son « ami » Spiderman (880 millions), sorti en 2017.

Ryan Reynolds à Séoul

En vue de la sortie du film, le comédien canadien Ryan Reynolds, incarnation de Deadpool/Wade Wilson, en a fait la promotion dans la capitale sud-coréenne le 1er mai dernier. Prenant la parole au Lotte World Mall, où des centaines de fans endiablés l’ont accueilli, l’acteur s’est prêté au jeu des selfies et des autographes. En conférence de presse, il a aussi déclaré que Deadpool n’est pas un Avengers comme les autres. « Deadpool n’a pas l’intention de sauver la planète. Il est trop égoïste pour ça », a lancé l’acteur. Lundi, Reynolds et sa femme, Blake Lively, ont assisté à une présentation spéciale du film à New York.

Vancouver, encore

Ryan Reynolds est né à Vancouver et c’est dans sa ville natale que Deadpool avait été tourné. Ce qui n’avait pas été sans causer quelques maux de tête aux automobilistes touchés par la fermeture d’un tronçon de route durant deux semaines ! Qu’à cela ne tienne, l’équipe de production de Deadpool 2 est retournée dans la métropole de la Colombie-Britannique pour de nouvelles aventures. Des séquences ont été tournées à Stanley Park, au pont Lions Gate, près de Canada Place et dans plusieurs autres lieux de la ville.

Regina, pas encore

À la suite de la sortie du premier Deadpool, un citoyen de Regina, Luke Oliver, a lancé une pétition afin que la ville érige une statue à l’image de son héros. Après tout, Deadpool serait originaire de la capitale de la Saskatchewan. Il nomme même la ville dans le premier film. À l’époque, la réponse du maire Michael Fougere avait été aussi fulgurante qu’un coup de poing ou une pirouette de Deadpool. « Nope », a-t-il laconiquement écrit sur son compte Facebook. Le maire Fougere est toujours en poste et son cabinet n’a pas répondu à notre question pour savoir s’il avait changé d’idée.

Clin d’œil à Flashdance

À l’image du premier film, truffé de références à la culture populaire américaine, Deadpool 2 fait un coucou assumé au film Flashdance, réalisé par Adrian Lyne en 1983, dans une de ses affiches professionnelles. Celle-ci a été révélée en février dernier.

87 %

au Tomatometer

Mardi soir, l’embargo a été levé sur la critique du film et l’aiguille du célèbre Tomatometer, appareil virtuel du site Rotten Tomatoes mesurant le degré de satisfaction des critiques de cinéma, a aussitôt bondi dans la bonne direction. Mercredi matin, ce taux de satisfaction atteignait 87 % avec 104 bonnes critiques contre 16 mauvaises. Au même moment, sur le site Metacritic, Deadpool 2 décrochait un score beaucoup plus humble de 68 % (sur 44 opinions).

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.