Mythe ou réalité ?

« Le meilleur moment pour consommer de l’alcool lorsqu’on allaite, c’est précisément au moment de l’allaitement. » Vraiment ?

Pause vous éclaire sur les mythes qui entourent le domaine de la santé. — Jean Siag, La Presse

LA CROYANCE

Le gros bon sens nous dit qu’il s’agit en effet du meilleur moment pour boire, vu que l’organisme n’a probablement pas eu le temps d’absorber l’alcool. Mais est-ce vrai ?

LA RÉALITÉ

C’est vrai ! confirme Marie-Lyne Pelletier, monitrice à La ligue La Leche. « Le fait est que l’alcool passe librement dans le lait maternel et il a été démontré qu’il atteint son niveau maximal environ 30 à 60 minutes après sa consommation, 60 à 90 minutes s’il est pris avec des aliments, dit-elle. Donc, durant l’allaitement est un bon moment pour prendre sa consommation puisqu’on optimise le fait que bébé ne sera pas en contact [avec l’alcool] étant donné le délai d’absorption maximal et la durée de la tétée. » Combien de temps faut-il pour éliminer l’alcool de l’organisme ? « Il faut à une femme de 55 kg (120 lb) environ deux à trois heures pour éliminer de son organisme l’alcool contenu dans une consommation de bière ou de vin, répond Marie-Lyne Pelletier. Souvent, les boires sont espacés justement par ce temps, sinon plus. » Y a-t-il un risque pour bébé ? « La consommation occasionnelle ou légère de boissons alcoolisées ne semble pas être nocive pour le bébé allaité, répond Mme Pelletier. Mais une consommation d’alcool modérée ou importante chez la mère qui allaite peut nuire au réflexe d’éjection, réduire l’apport de lait, avoir un impact sur le développement moteur du bébé, contribuer à un gain de poids lent et avoir d’autres effets secondaires chez le bébé. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.