BOUTIQUE 5e AVENUE :  TROIS DÉCENNIES DE STYLE

L’adresse est spacieuse, moderne et épurée «  pour laisser toute la place à la beauté des collections  », dit d’entrée de jeu Danielle Gélinas, propriétaire de Boutique 5e Avenue, à Outremont. Cette adresse raffinée de 279 m2 (3 000 pi2), située sur la chic — et nouvellement réaménagée  ! — avenue Laurier, se veut chaleureuse et authentique. Le grand comptoir à espresso témoigne du fait que l’enseigne est plus qu’un simple lieu où l’on achète des vêtements. «  Je passe le plus clair de mon temps ici, dit Danielle Gélinas. La boutique, c’est un peu comme si je recevais chez moi. Je veux que mes clientes vivent un beau moment.  »

À l’heure où les petits commerces ouvrent et ferment en un claquement de doigts et où le magasinage en ligne gagne du terrain, tenir boutique depuis 30 ans relève du tour de force. Le secret de cette longévité  ? Jusqu’à maintenant, la renommée de l’adresse a été indissociable de sa propriétaire. C’est d’abord par la comptabilité que Danielle Gélinas a adopté la mode à la fin des années 1980. Elle avait la bosse des chiffres, mais elle souhaitait que ceux-ci se calculent avec du beau. «  Mon désir d’entrepreneuriat était grand, et je voulais le faire dans un domaine qui me parle  », raconte-t-elle. Rapidement, elle a pris les rênes de la boutique où elle travaillait, puis acheté les parts des deux fondateurs.

Depuis, elle a fait de Boutique 5e Avenue un bel espace multimarque à échelle humaine, où l’on vend des griffes haut de gamme triées sur le volet. Son œil affûté ne laisse rien au hasard. Seules les collections au style actuel, à la confection irréprochable, à l’ajustement précis et aux matières de qualité trouvent place sur les présentoirs. En provenance d’Europe, plusieurs étiquettes telles Marc Cain, Luisa Cerano, Cambio, Cinzia Rocca et Saint James côtoient l’américaine Eileen Fisher ainsi que les manteaux Søsken par Marisa Minicucci et les looks soignés de Judith & Charles, deux marques de conception montréalaise. En plus de ses chouchous, Danielle a toujours son radar en veille pour intégrer des nouveautés excitantes à son portfolio !

Mais au-delà du choix de marques prisées, il y a aussi le flair pour coordonner les collections entre elles et la science du style pour agencer le tout, sans oublier le souci de plaire à la clientèle — laquelle va «  de la jeune professionnelle à la retraitée qui veut bien paraître, qui veut être dans le coup et qui est très informée  », précise Danielle Gélinas pour décrire avec affection celles qui lui font confiance. Parce que c’est de cela qu’il est question ici. Danielle et son équipe offrent un service de stylisme personnalisé afin de guider les consommatrices. «  Notre approche est bienveillante. On veut les éclairer sur les bons choix et les inciter à se renouveler dans le respect », dit-elle. « Que ce soit pour dénicher le jean parfait ou pour architecturer une garde-robe complète, on y mettra la même énergie.  »

Au cœur de l’ADN de Boutique 5e Avenue, il y a beaucoup de petites attentions qui rendent la vie plus douce : du service de retouche aux commandes spéciales, en passant par le simple fait de réactiver le parcomètre à proximité ou d’offrir de quoi grignoter aux estomacs creux. L’assortiment étudié, jumelé à ces petits « plus », aura permis de fidéliser une large clientèle. «  On est fiers que certaines viennent de loin pour faire un saut à la boutique. Et après trois décennies en affaires, il nous arrive même de recevoir deux générations d’une même famille, preuve que le style n’a pas d’âge  !  » se réjouit Danielle Gélinas.

Celle qui carbure à sa petite voix n’a pas hésité à donner un nouvel élan à son entreprise en 2012. «  J’aime les projets, lance Danielle Gélinas. Après 25 ans, j’ai eu envie de faire évoluer la boutique. Les gens tentaient de me dissuader, mais j’ai écouté mon instinct. J’ai déménagé mes pénates dans un grand local, triplant la superficie de vente.  » Une prise de risque très importante qui lui a valu de rafler un grand prix de design pour ce nouvel espace et qui a été la bougie d’allumage servant à stimuler l’intérêt d’une toute nouvelle clientèle. Parlant de changement, la pétillante entrepreneure est maintenant épaulée par son fils Dominique. Ce dernier l’aide depuis peu avec les achats et la gestion des technologies. « Il faut savoir s’adapter, être de son temps. Mon fils incarne un certain renouveau, et son arrivée me permet de passer encore plus de temps avec les clientes, parce que c’est vraiment ce qui m’anime », conclut la dévouée propriétaire de Boutique 5e Avenue.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.