Ingénierie

SNC-Lavalin bousculée par l’Arabie saoudite

La firme d’ingénierie SNC-Lavalin subit sa pire semaine en Bourse depuis le début de l’année face aux inquiétudes d’investisseurs envers la continuité de ses affaires en Arabie saoudite, conséquence des sanctions diplomatiques et commerciales déclenchées contre le Canada.

Encore hier, au lendemain d’un avertissement de l’entreprise sur les « possibles incidences » de cette situation sur ses activités et son « rendement financier futur », les actions de SNC-Lavalin ont reculé de 1,7 % à la Bourse de Toronto. Elles ont clôturé à 53,80 $ par action, leur prix le plus bas depuis la fin de février 2018, en plein épisode de tumultes en Bourse.

Cet autre repli s’ajoute à celui de 3,5 % subi mardi lors de la première séance boursière à Toronto (en jour férié lundi) après l’annonce des sanctions saoudiennes envers le Canada, le week-end dernier.

Et si ce repli devait se maintenir aujourd’hui, la perte de valeur boursière de SNC-Lavalin en une semaine frôlerait les 2,73 $ par action, ou presque 480 millions, selon son nombre d’actions en circulation.

En comparaison, la valeur des revenus de SNC-Lavalin en Arabie saoudite est comptabilisée à 992,2 millions, ou 11 % du total des « produits d’activités » dans son rapport annuel 2017. C’est 12 % de plus que la valeur comptabilisée en 2016 (880,2 millions, à 10 % du total) et 16 % de plus que celle de 2015 (851,3 millions, à 9 % du total).

Jusqu’à récemment, donc, l’Arabie saoudite était un marché de croissance pour SNC-Lavalin parmi l’ensemble de ses affaires. Ses intérêts saoudiens se concentrent dans trois filiales locales détenues à part entière ou en partenariat, dont les activités concernent surtout l’industrie pétrolière et gazière.

Dans l’avertissement à ses actionnaires, mercredi soir, la direction de SNC-Lavalin indiquait « qu’à l’heure actuelle, [elle n’est pas] pas en mesure d’évaluer les conséquences sur les occasions d’affaires en cours ou projetées du groupe en Arabie saoudite ».

Elle ajoutait cependant que, « si un embargo commercial complet sur les intérêts commerciaux canadiens en Arabie saoudite devait être décrété pour une période prolongée, il y aura une incidence sur leut rendement financier futur ».

SNC-Lavalin en chiffres

Revenus (4 derniers trimestres) : 

10,5 milliards (+ 28 % sur un an)

Bénéfice d’exploitation (4 derniers trimestres) : 

668 millions (+ 117 % en un an)

Bénéfice net (4 derniers trimestres) : 

317 millions (+ 17 % sur un an)

Carnet de commandes (au 30 juin) : 

15,1 milliards (+ 45 % en six mois)

Valeur boursière : 9,4 milliards

Rendement total des actions (prix + dividendes) : 

3,6 % en un an, 41 % en 3 ans, 48 % en 5 ans

Sources : SNC-Lavalin, Thomson Reuters

Revue boursière

Toronto clôture en hausse de plus de 100 points

La Bourse de Toronto a clôturé en hausse hier, alors que les tensions avec l’Arabie saoudite semblaient s’amenuiser, pendant que les marchés boursiers américains terminaient la séance sur une note mitigée. Les gains sont survenus après que le ministre saoudien de l’Énergie eut assuré au Canada que le conflit diplomatique entre le royaume et Ottawa n’affecterait pas le commerce de pétrole.

Bourse

Le titre de Tesla se dégonfle

Après avoir bondi de 11 % mardi, le titre de Tesla a continué de se dégonfler hier parce que les investisseurs s’interrogent sur le sérieux des intentions de son fondateur, Elon Musk, qui veut fermer le capital de l’entreprise, ce qui coûterait 82 milliards US. Le titre a perdu 5 % hier, à 352,45 $US, pour revenir au niveau où il était avant ses déclarations. — D'après l'Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.