Techno

Microsoft investit en intelligence artificielle à Montréal

Le géant de l’informatique Microsoft se porte acquéreur de Maluuba, une firme de Waterloo, en Ontario, qui a ouvert en mars 2016 à Montréal un laboratoire en apprentissage profond, la branche la plus en vue de l’intelligence artificielle (IA). Les détails financiers de la transaction n’ont pas été divulgués.

Cette transaction met les projecteurs sur Montréal comme lieu de recherche dans une sphère d’expertise pointue appelée à se développer très fortement dans les prochaines années.

Le laboratoire de Maluuba est une résultante de l’écosystème montréalais en apprentissage profond, qui compte pas moins de 150 chercheurs regroupés au sein de l’Université de Montréal et de McGill. Cet écosystème fait de Montréal l’un des leaders en intelligence artificielle.

Google a annoncé, en novembre dernier, son intention d’implanter dans la métropole québécoise un tout nouveau centre de recherche sur l’apprentissage profond.

Maluuba a notamment mis au point une technologie permettant aux machines de communiquer de façon interactive dans 10 langues. On trouve cette technologie dans 50 millions d’appareils comme des téléphones cellulaires et des télés intelligentes.

Avec cette acquisition, Microsoft renforce ses capacités en intelligence artificielle face à ses rivaux Google, Facebook et Amazon. L’équipe de Maluuba deviendra en quelque sorte le poumon de l’intelligence artificielle chez Microsoft.

« Montréal a l’un des laboratoires de recherche sur la reconnaissance du langage les plus impressionnants au monde », soutient Harry Shum, premier vice-président de la division d’intelligence artificielle et de recherche de Microsoft. Il précise plus loin dans son message publié sur le site internet du groupe que les employés de Maluuba, actuellement partagés entre Waterloo et Montréal, seront regroupés dans la métropole québécoise. L’effectif s’élève à 50 personnes.

Microsoft a aussi annoncé que Yoshua Bengio, directeur de l’Institut des algorithmes d’apprentissage de Montréal, allait agir comme conseiller pour l’équipe IA de Microsoft. Il faisait la même chose pour Maluuba.

Rappelons que Hugo Larochelle, ancien étudiant de M. Bengio, a été choisi pour diriger l’équipe d’intelligence artificielle de Google à Montréal.

Un coup de circuit pour un fonds franco-québécois

Financier de Maluuba, Emerillon Capital passe à la caisse avec le rachat de cette dernière par Microsoft. Une réussite pour le capital-risque au Canada. Installé à Montréal depuis 2013, le fonds d’investissement est issu de l’alliance entre le Crédit Mutuel et le Mouvement Desjardins. « On a la chance d’avoir participé à cette belle aventure où on est fiers d’être le seul représentant canadien dans cette société, les autres investisseurs sont américains », dit son DG Ludovic André.

« On avait identifié Maluuba comme ayant un potentiel avec une tendance à venir très forte en intelligence artificielle, explique-t-il. En les prospectant directement, on a réussi à obtenir un premier rendez-vous. Ensuite, on a déroulé nos analyses. Il y a eu, dès le départ, une très belle adéquation entre leur équipe et nous. » Le fonds de 50 millions est entré chez Maluuba il y a un an lors d’une ronde de financement de 9 millions de concert avec Nautilus Ventures.

— André Dubuc, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.