DÉVELOPPEMENT DE L'ENFANT

Le CPE supérieur aux autres services de garde, selon une étude

Le CPE est de loin supérieur aux autres services de garde régis par l'État, conclut une étude de l'Agence de la santé de Montréal. Et surprise, parmi les enfants qui y sont inscrits, ce sont ceux qui sont arrivés le plus tôt – avant l'âge d'un an – qui se développent le mieux.

Les enfants de familles à faible revenu sont 3,6 fois moins susceptibles d’être vulnérables dans deux domaines ou plus de leur développement s’ils fréquentent un centre de la petite enfance (CPE) plutôt qu’un autre service de garde régi par l’État. Et peu importe le statut socioéconomique de sa famille, si un enfant fréquente le CPE, une entrée précoce – avant l’âge de 12 mois – est préférable, selon une étude de l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal.

Détail important cependant, les auteurs de l’étude, Isabelle Laurin et ses collaborateurs, font remarquer que la majorité des enfants de leur échantillon ont commencé à aller à la garderie ou au CPE entre l’âge de 6 et 12 mois, et pas avant.

Dans cette enquête intitulée Quel est l’effet de la fréquentation d’un service éducatif sur le développement de l’enfant à la maternelle selon le statut socioéconomique ?, les CPE obtiennent de très bonnes notes.

La fréquentation exclusive des CPE constitue, pour les enfants issus de familles défavorisées, un réel facteur de protection, peut-on lire. Aucun autre service de garde, ce qui inclut la maternelle 4 ans publique, n’offre un tel filet.

Du côté des enfants issus de familles plus aisées, les chercheurs n’ont noté aucune différence de développement entre le fait de fréquenter un service de garde régi par l’État ou le fait de rester à la maison.

Par contre, quand ils fréquentent un service de garde, ils sont eux aussi nettement favorisés dans leur développement s’ils sont dans un CPE plutôt que dans un autre type de garde.

POUR UNE ENTRÉE PRÉCOCE

Indépendamment du statut socioéconomique de la famille, quand on compare les enfants des CPE entre eux, ce sont ceux qui y sont entrés tôt qui s’en tirent le mieux. « Les enfants qui ont commencé à fréquenter un service éducatif avant l’âge de 12 mois sont 2,7 fois moins susceptibles d’être vulnérables dans deux domaines ou plus de leur développement », est-il précisé.

Tout cela a de quoi surprendre. Après avoir fait le tour de la littérature sur le sujet, les auteures font elles-mêmes remarquer en toute honnêteté que certaines études ont montré qu’il est bénéfique de fréquenter un milieu éducatif dès la première année de vie pour certaines composantes du développement (le langage, par exemple), tandis que cela peut être défavorable pour d’autres composantes (le développement affectif, notamment).

Si la présente étude fait, par ses résultats, l’apologie des CPE, elle est beaucoup moins reluisante pour la maternelle 4 ans publique. Alors que le gouvernement cherche à multiplier le nombre de ces classes en milieu défavorisé, « notre étude suggère que la seule fréquentation d’une maternelle 4 ans publique avant l’entrée à l’école pourrait ne pas constituer une mesure suffisante pour atténuer des inégalités sociales de santé sur le développement des enfants de familles à faible revenu ».

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.