leadership

Reconnus

Chaque semaine, La Presse présente conseils, anecdotes et réflexions pour leaders, entrepreneurs et gestionnaires.

Leadership

Reconnus

Chaque semaine, La Presse présente conseils, anecdotes et réflexions pour leaders, entrepreneurs et gestionnaires.

Le geste

Ça fait plaisir !

À son arrivée chez Mondou, il y a quatre ans, Vanessa Fracheboud a eu l’idée d’organiser (avec des collègues) un gala de reconnaissance auquel sont invités les employés des 67 magasins destinés aux animaux. La troisième cérémonie, tenue la semaine dernière à Montréal, a souligné le travail d’individus et équipes dans 12 catégories. « La reconnaissance est liée à la mobilisation des employés », explique la directrice des ventes et des opérations de Mondou. Dispendieux, un tel événement ? « C’est plus un investissement qu’une dépense, répond Vanessa Fracheboud. On sait qu’il y a un impact direct sur la performance des employés. Chaque année, ils ont hâte d’y assister. Ça a aussi un impact direct sur ma propre mobilisation quand je vois des gens mobilisés et heureux. »

LE CHIFFRE

27 %

C’est le pourcentage de cadres supérieurs qui affirment réussir leur programme de reconnaissance aux employés, selon la firme de dotation OfficeTeam. Les autres soutiennent qu’il y a « place à l’amélioration ». De ceux qui reconnaissent le travail de leurs employés, 32 % le font en donnant un cadeau, 31 % en organisant un lunch ou une fête, 25 % en mentionnant publiquement leurs bons coups et 22 % en écrivant à la main une note de remerciement. Le tiers des organisations sondées disent ne pas avoir de programme de reconnaissance. « Un plus grand nombre de cadres doivent saisir l’importance de la reconnaissance envers les employés dans l’établissement d’un effectif satisfait, motivé et loyal, estime Koula Vasilopoulos, présidente de district d’OfficeTeam, dans un communiqué. Régulièrement dire merci ou faire de petits gestes d’appréciation peut en dire long et avoir une incidence incroyablement positive sur le moral d’une équipe. »

LA MÉTHODE

L’intégrité selon Warren Buffett

Selon le milliardaire, l’intégrité est le trait de personnalité le plus important en gestion. Qu’on gère une très grande ou une petite entreprise. « Si vous doutez que quelque chose ou un geste est bon ou mauvais, demandez-vous si vous aimeriez que ce soit publié dans le journal », dit-il dans sa biographie The Snowball : Warren Buffett and the Business of Life, publiée en 2008. Dans la foulée de cette maxime, le site Inc.com énumère quatre façons de rester intègre au travail : 

– restez accessible et communiquez ouvertement ;

– soyez ce que vous prêchez ;

– améliorez-vous dans les situations difficiles ;

– soyez qui vous êtes vraiment.

(Source : Inc.com)

LA CAUSE

Vaut mieux ne pas sourire !

Les gens au travail qui exagèrent des émotions seraient plus enclins à devenir de grands consommateurs d’alcool, selon une étude de l’Université Penn State. Être forcé de toujours se présenter en souriant, par exemple, entraînerait souvent la retenue d’autres sentiments, selon ce que rapporte Science Daily. Infirmiers, professeurs et préposés au service à la clientèle sont dans la ligne de mire des chercheurs de la Penn State. La recherche a été menée auprès de 1600 Américains. « Plus les gens doivent retenir des émotions négatives au travail, moins ils peuvent contrôler la prise d’alcool après leur quart de travail, indique Alicia Grandey, professeure en psychologie de la Penn State, à la lumière des résultats. Les employeurs devraient peut-être reconsidérer leurs politiques de service avec le sourire. »

(Source : Science Daily)

QUI A DIT ?

« Je me suis rendu près du but à quelques reprises l’an dernier et, cette fois, j’ai été capable de conclure l’affaire. »

RÉPONSE : 

Tiger Woods, dimanche, après avoir remporté son premier titre majeur en 11 ans (Masters d’Augusta).

L’INITIATIVE

Du rose pour la diversité

La semaine dernière, comme le ministre Mathieu Lacombe l’a suggéré, plusieurs entreprises ont souligné la Journée rose contre le harcèlement, la discrimination, l’homophobie, la transphobie et la transmisogynie. La firme McCarthy Tétrault en était toutefois à sa deuxième participation. « Ça s’inscrit dans notre plan lancé l’an dernier sur la diversité et l’inclusion, des valeurs importantes pour nous, explique Karl Tabbakh, associé directeur régional pour le Québec et membre de la haute direction de la firme, qui n’a pas hésité à revêtir une chemise rose pour l’occasion. Le message passe mieux et a plus de valeur quand il vient d’en haut. » Beaucoup de gens de tous les bureaux au Canada de McCarthy Tétrault ont participé. « À Montréal, c’est plus de la moitié qui ont chaussé des bas roses, porté des chemises, cravates, robes et chaussures roses, dit Karl Tabbakh. À 11h15, ce matin-là, les associés de tous les bureaux ont invité les employés à prendre une photo. » 

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.