Tabagisme

Shooters gratuits au Nico-Bar

Les shooters sont gratuits au Nico-Bar. Ce bar ambulant, qui visitait l’École des métiers de la construction de Montréal vendredi, propose des cocktails sans alcool aux jeunes. Leur contenu ? Quelques-uns des 7000 produits toxiques contenus dans la cigarette… 

Le Nico-Bar offre aussi aux élèves de se faire prendre en photo. Leur portrait est ensuite traité par un logiciel qui montre comment le tabagisme accélère le vieillissement de la peau. Selon la Société canadienne du cancer, qui est derrière le Nico-Bar, le risque de contracter des maladies graves en fumant n’effraie pas les jeunes ; les effets de la cigarette sur leur apparence les troublent davantage.

Mythe ou réalité ?

« La fumée du tabac est plus nocive pour la santé que celle du cannabis. » Vraiment ?

Pause vous éclaire sur les mythes qui entourent le domaine de la santé.

— Jean Siag, La Presse

La croyance

La fumée d’une cigarette contient plus de substances irritantes et cancérigènes que celle d’un joint de cannabis.

La réalité

En 2007, des chercheurs de Santé Canada ont comparé la fumée qui se dégage d’un joint et celle d’une cigarette, nous rappellent Tristan Péloquin et Philippe Mercure dans leur Petit livre vert du cannabis. Résultat : la combustion d’un joint libère 2,5 fois plus de cyanure d’hydrogène que la fumée de cigarette, 4,4 fois plus d’oxyde d’azote – des polluants dégagés par les moteurs à essence – et 20 fois plus d’ammoniac ! Quant à la quantité de goudron, en tenant compte des plus longues bouffées des fumeurs de pot, les chercheurs évaluent qu’elle est 2,7 fois plus élevée que dans la fumée de cigarette. Les auteurs soulignent que l’utilisation d’un vaporisateur permet d’éviter la combustion de tous ces composés.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.