Emploi

Des salaires en hausse au Canada

La croissance des salaires s’est accélérée en juillet pour atteindre son rythme le plus rapide depuis plus de 10 ans, selon les chiffres publiés hier par Statistique Canada.

Cette hausse mensuelle de 4,5 % – la plus forte depuis janvier 2009 – a toutefois eu des conséquences moins positives : le taux de chômage a grimpé à 5,7 %, alors que 24 200 emplois ont été perdus au pays.

L’augmentation des salaires, l’un des nombreux indicateurs étudiés par la Banque du Canada, avait été de 3,8 % en juin et de 2,8 % en mai. Au Québec, la croissance s’est établie à 6,2 % le mois dernier, alors qu’en Ontario, la progression a été de 5,1 %.

En ce qui a trait à la création d’emplois, l’économie a connu son trimestre le plus faible depuis le début de 2018. Jusqu’à la pause printanière, le Canada avait enregistré une belle progression de l’emploi mensuel depuis l’été dernier.

Mais en dépit de la baisse enregistrée en juillet par rapport à l’année précédente, les données signalent la création de 353 000 nouveaux postes au Canada, presque tous à temps plein, ce qui représente une augmentation encourageante de 1,9 %.

Le taux de chômage de juillet est resté près des niveaux les plus bas jamais atteints, même après avoir légèrement augmenté, passant de 5,5 % en juin à 5,7 %. Le taux de chômage était de 5,4 % en mai – un creux depuis 1976.

Un ajustement au marché du travail

Stephen Brown, économiste principal pour le Canada chez Capital Economics, estime que les données entourant les salaires suggèrent qu’elles sont enfin en train de s’ajuster au marché du travail, où le bassin de main-d’œuvre est de moins en moins grand.

M. Brown a avancé qu’en dépit de données plus vigoureuses sur les salaires, la Banque du Canada devrait probablement s’attaquer à quelque chose de beaucoup plus important dans les mois à venir : la détérioration de l’environnement économique mondial.

« Vous constatez que le marché du travail est solide, mais nous savons que la situation se détériore ailleurs dans le monde. Les décideurs politiques doivent donc y réfléchir. »

— Stephen Brown

M. Brown a ajouté que Capital Economics faisait partie de la minorité des firmes qui prévoient que la banque centrale réduira les taux d’intérêt en octobre afin de réagir aux retombées de l’escalade des tensions commerciales et de la baisse de la demande provenant des États-Unis.

De son côté, l’économiste principale à la Banque TD Brian DePratto a écrit, dans un rapport publié hier, que la « Banque du Canada était coincée entre deux tendances opposées : une conjoncture économique intérieure relativement saine et un contexte extérieur qui se dégrade de plus en plus ».

Les données sur l’emploi en juillet ont également révélé la perte de 69 300 emplois dans le secteur privé, alors que le secteur public a ajouté 17 500 postes.

L’Alberta, la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick ont affiché des reculs marqués le mois dernier – et les taux de chômage ont augmenté dans chacune des provinces. Au Québec et à l’Île-du-Prince-Édouard, c’est l’inverse qui s’est produit.

Chez les plus jeunes, on a recensé environ 19 000 postes de moins, ce qui a fait grimper le taux de chômage de 0,7 point de pourcentage, à 11,4 %.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.