Portfolio  Transport électrique

Quatre innovations venues d’Europe

Les innovations se multiplient dans le domaine de l’électrification des transports afin de mieux recharger les véhicules électriques, dans le but de mieux tirer profit de leurs capacités. Tour d’horizon des innovations en cours et à venir…

La BMW rechargeable par induction

Dès cet été, les propriétaires de la BMX 530e iPerformance pourront recharger leur véhicule sans utiliser de câble de recharge. La marque automobile a développé un système de recharge par induction, qui se présente sous la forme d’une plaque posée au sol, dans un garage ou à l’extérieur. L’automobiliste doit seulement garer son véhicule au-dessus de la plaque. Celle-ci émet alors un champ magnétique qui recharge la batterie en trois heures et demie. L’automobile et la plaque de recharge sont même capables de communiquer par WiFi, afin que la voiture se positionne au bon endroit. BMW commencera à déployer sa technologie en Allemagne avant de la proposer en Amérique du Nord.

Le véhicule sur rail électrique

Au printemps, la Suède a inauguré la première route équipée d’un rail électrique. Ce tronçon long de deux kilomètres, appelé eRoadArlanda, relie l’aéroport de Stockholm Arlanda et un centre logistique. Les véhicules équipés d’un bras articulé peuvent récupérer l’électricité distribuée par le rail, pour se propulser ou pour recharger leurs batteries. Pour l’heure, seuls des camions postaux de PostNord bénéficient de cette possibilité, qui évite tout délai de rechargement des batteries embarquées. Selon l’entreprise, eRoadArlanda, il suffirait d’équiper 20 000 des 500 000 km du réseau routier suédois pour permettre aux automobiles électriques de se recharger suffisamment pour se déplacer en tout point du réseau.

Le cargo électrique

L’entreprise chimique norvégienne Yara exploitera un cargo à propulsion électrique au printemps 2020. Ce navire, appelé Yara Birkeland, transportera de l’engrais entre une usine chimique et des ports en eau profonde. L’utilisation du cargo électrique évitera 40 000 trajets annuels en camion, avance l’entreprise Yara. Fabriqué par l’industriel Kongsberg, le bateau convoiera une centaine de conteneurs sur 65 milles marins. Dans un premier temps, le Yara Birkeland sera conduit par du personnel. Par la suite, il est prévu qu’il se déplace de façon autonome entre l’usine et ses ports de destination, sans intervention humaine.

Le bus intelligent

En France, la Régie autonome des transports parisiens (RATP) a mis au point un bus électrique capable de se stationner tout seul dans un garage souterrain. Le chauffeur descend du bus à l’entrée du garage, et le véhicule manœuvre lui-même dans les étages sous terre. Le bus peut ainsi se garer au plus près des autres bus… mieux que le ferait n’importe quel chauffeur. Cette technologie peut permettre à la RATP de gagner de la place dans ses parcs de stationnement situés en pleine ville. Et l’entreprise pourrait aussi gagner du temps : le bus quitte lui-même son emplacement pour retrouver son chauffeur en surface, quand une nouvelle tournée commence.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.