Investissements

Corus exige plus de flexibilité d’Ottawa

Corus Entertainment a exhorté vendredi le gouvernement fédéral nouvellement réélu à donner plus de liberté à l’industrie nationale des médias pour investir où elle le souhaite afin de prospérer dans un monde de plus en plus dominé par des multinationales étrangères.

Le chef de la direction, Doug Murphy, a fait valoir après la publication des plus récents résultats trimestriels de Corus qu’il était possible de créer un écosystème plus robuste au Canada pour transformer la façon dont la télévision est vendue aux consommateurs et aux annonceurs.

« Les sociétés de médias canadiennes doivent être en mesure d’aller plus vite et d’investir là où elles veulent investir. Les politiques de radiodiffusion canadiennes ne nous accordent toujours pas cette flexibilité », a affirmé M. Murphy dans les remarques préparées d’une conférence téléphonique.

Il a noté qu’un comité consultatif nommé par le gouvernement devrait publier des recommandations, plus tard en janvier, dans le cadre d’un effort des libéraux de Justin Trudeau pour tracer une nouvelle voie à long terme.

Quoi que le groupe d’experts recommande, cependant, il appartiendra au gouvernement minoritaire de décider comment équilibrer les priorités contradictoires établies par divers groupes après plus d’un an de consultations.

« Le moment est venu pour Ottawa de prendre la parole », a déclaré M. Murphy aux analystes lors de sa conférence téléphonique.

« Il est important que nous travaillions ensemble, le gouvernement et l’industrie, pour construire un nouveau cadre politique qui fonctionne pour nous tous. »

— Doug Murphy, chef de la direction de Corus

Selon M. Murphy, Corus a démontré qu’elle était sur la bonne voie et qu’elle progressait vers la création d’une source de revenus plus diversifiée, notamment avec la création de contenu et les ventes de publicité télévisée.

« Dans le trimestre à venir, le prochain trimestre et l’autre qui le suivra, nous continuerons de plaider en faveur de politiques qui permettent d’avoir une industrie canadienne concurrentielle des médias et du contenu, mais qui est alimentée par les forces du marché », a soutenu M. Murphy.

Il a précisé que les cinq principales agences, qui sont responsables de 95 % de l’argent dépensé pour la publicité nationale au Canada, aimeraient voir une définition commune des segments d’auditoire de la télévision, pour contrer la publicité hyperciblée des médias numériques.

« Nous travaillons ensemble sur la technologie publicitaire. Nous travaillons ensemble sur une variété d’initiatives », a poursuivi M. Murphy.

Mais il a ajouté que « l’industrie ne pouvait pas tout faire » et avait besoin d’Ottawa pour « se mettre en branle » et « apporter des changements qui font autorité, et qui sont immédiats et efficaces ».

Résultats salués en Bourse

Corus Entertainment a réalisé un bénéfice net de 78,1 millions, soit 37 cents par action, pour le trimestre clos le 30 novembre, en hausse par rapport à celui de 60,4 millions, ou 28 cents par action, de la même période l’an dernier.

Le bénéfice net ajusté s’est établi à 80 millions, ou 38 cents par action, en hausse par rapport à celui de 70,1 millions, ou 33 cents par action, de l’année précédente.

Les revenus trimestriels se sont établis à 467,88 millions, ce qui représentait une progression d’environ 407 000 $ par rapport à l’an dernier.

Les analystes visaient un bénéfice ajusté par action de 39 cents, ainsi que des revenus de 462,5 millions, selon les prévisions recueillies par la firme de données financières Refinitiv.

L’analyste Drew McReynolds, de RBC Dominion valeurs mobilières, a indiqué dans une note de recherche aux clients que les revenus provenant de la publicité de Corus Television avaient progressé de 0,9 %, alors qu’il s’attendait à une baisse de 1,2 %.

Cela a été contrebalancé par une baisse des revenus des abonnements aux chaînes spécialisées et une baisse des revenus de la division radio de Corus, a noté M. McReynolds.

Corus Entertainment est le propriétaire du réseau de télévision Global, de chaînes spécialisées comme HGTV Canada, de stations de radios locales et de studios de production de contenu.

La revue boursière

Wall Street dans le rouge

La Bourse de New York a terminé la semaine en baisse vendredi, en repli au lendemain de nouveaux records, après un rapport sur l’emploi et le taux de chômage aux États-Unis plutôt décevant. Les principaux indices de la place new-yorkaise avaient fini à des niveaux inédits jeudi grâce notamment à l’accalmie entre les États-Unis et l’Iran.

— D’après l’Agence France-Presse

Groupe TMX

Le PDG part à la retraite

Groupe TMX a annoncé vendredi le départ à la retraite de son chef de la direction, Lou Eccleston, qui survient peu après que des allégations ont été faites à son endroit, fin novembre, en lien avec une conduite antérieure à son passage dans l’entreprise. Business Insider avait rapporté que M. Eccleston avait été accusé, dans des documents judiciaires et par la division des droits de la personne de New York, d’avoir eu un comportement inapproprié impliquant des employées au cours de son mandat de cadre supérieur chez Bloomberg. Un enquêteur n’a trouvé aucune preuve que M. Eccleston se soit livré à du harcèlement sexuel ou à une inconduite sexuelle pendant son emploi chez TMX, propriétaire de la Bourse de Toronto.  — La Presse canadienne

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.