La pédiatre répond

Mon ado fume !

Raphaël, 17 ans, rentre discrètement après une soirée chez des amis. Vous allez gentiment l’accueillir à la porte d’entrée : « Bonne nuit, mon grand… » Votre élan de tendresse est subitement interrompu : votre petit chéri si parfait sent la cigarette à plein nez. Malaise.

Pourtant, il n’y a pas si longtemps, fumer n’avait rien d’un crime. La cigarette avait sa place au resto comme au boulot. Elle était de tous les évènements et de toutes les fêtes. On l’allumait sans remords au volant, petite famille dans l’auto, et on lui réservait des sièges dans l’avion. On l’apercevait même encore fumante dans un cendrier sur le bureau du médecin. C’était chic et élégant. Le Grand Hollywood fumait et la publicité s’en réjouissait.

Il est heureusement révolu, ce temps où l’on mettait naïvement des œillères : les ravages du tabagisme sont aujourd’hui de tous les discours. Le message publicitaire a radicalement changé de camp et milite férocement contre ce fléau. Il est difficile aujourd’hui d’ignorer les méfaits de la cigarette sur la santé : cancers, maladies pulmonaires chroniques, maladies cardiovasculaires, etc. Cependant, malgré plusieurs campagnes de sensibilisation et de prévention, la très grande majorité des fumeurs le deviennent encore avant l’âge de 18 ans. Comme parents, comment aider Raphaël à y résister ?

D’abord, ne sous-estimez jamais votre influence. Bien sûr, tout porte à croire que son cercle d’amis, ses idoles musicales, ses séries télé préférées et son téléphone cellulaire dictent les grandes lignes de ses choix de vie. Détrompez-vous : même si vous êtes convaincus d’avoir très peu de poids sur l’opinion de Raphaël, plusieurs études démontrent que de discuter avec lui des dangers potentiels du tabagisme peut réduire significativement ses risques de tomber dans le piège. Et ce, même si vous êtes fumeur.

Ne tardez pas à aborder le sujet : la première cigarette peut atterrir dans les mains de votre enfant autour de 11 ou 12 ans.

Dès le début du primaire, ouvrez la porte à cette discussion. Plusieurs personnalités connues sont associées aux messages antitabac ; valorisez ces modèles.

Faites confiance à votre petite voix intérieure… et à votre nez ! Si vous soupçonnez que les amis de Raphaël fument, conseillez-le sur des façons de leur dire « non » sans qu’il se sente exclu du groupe.

Prêchez par l’exemple : si vous fumez, tentez d’y mettre un terme. Soyez transparents et confiez à Raphaël ce que la dépendance à la cigarette vous occasionne comme inconvénients.

Parlez-lui des personnes de votre entourage – et du sien – qui sont malheureusement victimes des effets nocifs du tabac. Raphaël sera davantage interpellé par cette réalité que par des risques théoriques.

Les cancers, l’emphysème et les autres maladies pulmonaires chroniques, les maladies cardiovasculaires et les troubles de fertilité peuvent sembler bien lointains pour votre grand en pleine forme. Exposez-lui d’autres répercussions plus « visibles » de la consommation du tabac : son manque d’énergie, sa toux, l’odeur de ses cheveux et de ses vêtements, son haleine, l’altération de son odorat et de son goût, la coloration et la santé de ses dents, l’apparition prématurée de rides sur sa peau et la teinte jaunâtre de ses ongles et de ses doigts. Le tabagisme peut aussi devenir un gouffre impitoyable pour ses maigres économies.

Si vous découvrez que le mal est déjà fait, ne vous fâchez pas. Les menaces ne vous mèneront nulle part. Tentez plutôt de comprendre ce qui a conduit Raphaël à faire ce choix : pression des pairs, recherche d’indépendance, fuite du stress ? Une fois que vous saurez où le bât blesse, vous serez plus en mesure d’aider votre grand garçon.

ÉPAULER VOTRE ADO

Évidemment, Raphaël est persuadé qu’il peut cesser de fumer du jour au lendemain, en claquant des doigts. Faites-le descendre de son nuage : les recherches ont établi que votre superhéros peut devenir dépendant à la nicotine en quelques semaines à peine.

Raphaël a décidé de prendre le taureau par les cornes et veut cesser de fumer. Il a alors besoin de votre soutien et de vos encouragements, surtout dans ses moments de faiblesse. D’habitude, l’aide pharmacologique (timbres, gomme à mâcher) est réservée à l’adulte, mais elle peut être suggérée si Raphaël a beaucoup de difficulté à atteindre ses objectifs. La cigarette électronique est actuellement au cœur d’importants débats : malgré son apparente efficacité, sa sécurité reste à confirmer. Chose certaine, elle est actuellement interdite aux mineurs.

Vous cherchez un bon moyen d’entamer la discussion ? Le site internet propose un volet « ado » très complet et facile à consulter.

Ne laissez pas sa santé et peut-être même la vôtre s’envoler en fumée !

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.