L’investisseur avisé

Sportscene scindera son action

Chaque dimanche, nous braquons les projecteurs sur des éléments de l’actualité financière et boursière qui peuvent être utiles à l’investisseur, mais qui pourraient être passés sous le radar.

Sportscene, exploitant des restaurants La Cage Brasserie sportive, entend fractionner son action. Ce geste entraînera une meilleure liquidité des actions sur le marché et leur plus grande distribution parmi un plus large éventail d’investisseurs, soutient la direction. Le cours boursier sera en effet ramené à un niveau plus accessible pour les petits investisseurs.

La circulaire de direction publiée cette semaine invite les actionnaires à approuver à la mi-janvier en assemblée annuelle une résolution qui doublera le nombre d’actions en circulation et réduira sa valeur de façon proportionnelle. L’action de Sportscene vaut 8,00 $. 

***

« Les bénéfices des entreprises canadiennes affichent cette année une croissance remarquable qui a fait tomber le ratio cours/bénéfices du S&P/TSX à un niveau particulièrement faible. La Bourse canadienne paraît franchement abordable. Dans un contexte où les taux d’intérêt augmentent, mais demeurent très bas, il est difficile d’identifier une autre classe d’actifs plus attrayante en ce moment », souligne l’économiste en chef adjoint chez Desjardins, Mathieu D’Anjou, dans une note publiée jeudi.

***

Demain aura lieu la première séance boursière de décembre. Le titre le plus performant de la province en novembre chez les entreprises d’envergure a été celui de Cascades. L’action de la papetière de Kingsey Falls s’est appréciée de 22 %. Parmi les autres entreprises québécoises ayant une capitalisation boursière supérieure à 1 milliard, Air Canada et CAE ont gagné 16 %, alors que BCE a pris 12 %.

***

Dans le groupe des titres québécois qu’il ne fallait pas détenir en novembre, soulignons notamment Bombardier (- 30 %), Pages Jaunes (- 23 %) et Savaria (- 21 %).

***

Les actions de l’épicier montréalais Metro, de Couche-Tard, de Gildan et d’Air Canada ont atteint cette semaine leur plus haut niveau de l’année en Bourse.

***

Le gestionnaire de portefeuille et président de Cote 100, Philippe Le Blanc, continue de croire que le potentiel de croissance de Couche-Tard est attrayant à long terme. « Nous croyons que l’entreprise pourra poursuivre sa stratégie d’acquisitions, probablement davantage orientée vers l’Europe et l’Asie. Bien que l’électrification des transports représente un risque pour l’entreprise, nous croyons que Couche-Tard vend essentiellement “du temps” à ses clients, une denrée qui restera selon nous en forte demande pour les années à venir », affirme M. Le Blanc dans sa lettre financière publiée vendredi.

***

Stingray, Semafo, Goodfellow, Banque Laurentienne, Reitmans, Velan, Dorel, Power Corporation et la Financière Power sont quelques titres québécois ayant touché cette semaine un nouveau plancher de la dernière année.

***

Le récent repli de l’action de Fiera Capital pousse le rendement de son dividende à plus de 7 %. Les gestionnaires d’actifs ont la vie dure en Bourse ces temps-ci. Même ceux qui, comme Fiera Capital, développent le créneau des placements alternatifs (terres agricoles, investissements immobiliers, etc.) qui offre pourtant une certaine protection contre la volatilité notamment.

***

L’action de Transcontinental a passé la dernière séance boursière de la semaine sous pression, mais le titre avait gagné 11 % mercredi après que la TD eut laissé tomber une suggestion de « conserver » pour recommander l’achat.

***

Le PDG de Bombardier, Alain Bellemare, sera sur Wall Street jeudi pour discuter avec des investisseurs à New York. L’occasion sera belle de bien expliquer d’où proviendra la croissance future et de rassurer les marchés quant aux cibles de performance à atteindre. Étant donné les évènements du début novembre, la gestion des liquidités et l’échéance prochaine de certaines dettes seront aussi des sujets de discussion importants durant cette journée pour investisseurs.

***

Dollarama attirera aussi l’attention jeudi avec la présentation de ses résultats trimestriels. « Les yeux seront rivés sur les ventes des magasins comparables (ceux ouverts depuis au moins un an) », affirme Patricia Baker, de la Scotia, dans une note publiée en début de semaine. L’action du détaillant montréalais a perdu près de 40 % depuis son sommet de janvier.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.