Confidences de voyageurs

Boussoles identitaires

Dans leurs mots, des voyageurs nous racontent leurs périples et leurs aventures dans le monde.

En fouillant dans les carnets où elle a consigné ses notes de voyage pendant plus de 10 ans, Julie Médam a tenté de ressusciter les émotions de ses rencontres et de ses expériences, qui se sont révélées être le ciment des différentes composantes de son identité. Elle en a tiré un livre, Lieux-Racines, où elle replonge en elle-même, plaçant en vis-à-vis l’ici et l’ailleurs, l’hier et le maintenant. Témoignage.

— Propos recueillis par Sylvain Sarrazin

« Née en France, fermement ancrée à Montréal depuis que j’ai 12 ans, nourrie d’origines familiales diverses, j’ai toujours eu le sentiment d’osciller entre plusieurs mondes. Mon père est né dans la communauté juive italienne de Tunis, ma mère à Lyon, juste après la Seconde Guerre mondiale, ses propres parents ayant fui l’Autriche après l’Anschluss [l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne hitlérienne, en 1938]. C’était des Juifs parfaitement intégrés à la société, du tout pratiquants, et je me revendique de cette même lignée.

« Entre 17 et 28 ans, j’ai voyagé et séjourné à Cuba, au Chili, au Brésil, en Argentine, en Catalogne, en Israël. Chaque fois que je suis partie, j’ai tenu un carnet, sans avoir d’idée précise de ce que je ferais de ces notes. À 27-28 ans, j’ai voulu rassembler ces différents extraits. Je me suis enfermée pendant une semaine dans un chalet, pour repasser à travers et en tirer certains passages. Volontairement, je n’ai pas modifié l’écriture, cela faisait ressortir son évolution au fil des années. Parallèlement, j’ai écrit à propos de ces voyages, avec l’idée de m’interroger à l’aube de mes 30 ans sur leur rôle dans la construction de mon identité.

« Les vivre et grandir à travers ceux-ci m’a permis de comprendre que, finalement, porter en soi différentes cultures, expériences, religions, différents réflexes et points de vue, c’est une richesse. Au début de la vingtaine, je voyais le fait d’être un réceptacle multiple presque comme un frein pour aller vers les autres, pour me sentir pleinement québécoise. Les voyages et rencontres ont été déterminants pour faire cet exercice intérieur, pour m’apaiser et me dire que je n’étais pas la seule dans cette situation.

« Être en voyage, c’est se laisser envahir par une totalité qui nous est étrangère, qui a son organisation propre, et dans laquelle on se retrouve propulsé malgré nous jusque dans les moindres pores de notre peau. »

« Nous transpirons, nous mangeons, nous écoutons, nous courons, nous aimons le Brésil. Lorsque la distance des années a fait son œuvre, il ne reste bien souvent plus qu’un ou deux souvenirs précis, tangibles, qui nous ramènent de manière fulgurante à l’émotion brute du moment. Qu’il soit présent ou passé, le voyage ne fait pas appel à la même sensorialité en nous, il s’écrit et résonne distinctement en nous. La mémoire nous joue des tours. C’est l’enchevêtrement de ces regards que je veux saisir dans Lieux-Racines.

« Parmi mes expériences marquantes, il y eut mon premier voyage, à Cuba, quand, à 3 h du matin, j’ai levé les yeux vers un ciel immense, plein d’étoiles, et que j’y ai été engloutie. 

« Israël occupe une place importante dans le livre, c’est l’aboutissement d’une démarche qui aura pris une dizaine d’années. J’entretiens avec ce pays et le judaïsme une relation de questionnement, d’amour-haine selon les moments, une relation très critique. Mais quand on est critique, c’est parce qu’on est bienveillant aussi. 

« C’est une chose que de vivre ces expériences, mais c’en est une autre que de veiller à en garder une trace. J’ai voulu, avec ce projet, donner un sens à ce que j’ai vécu. C’est bien de vivre le moment présent, mais c’est aussi important à mes yeux de veiller à garder une trace pour être capable de mieux transmettre par la suite aux autres. »

Lieux-Racines

Julie Médam 

Société des écrivains

80 pages

24,95 $ (version papier) ou 11,99 $ (version numérique)

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.