Précision

BLC Numérique

Dans sa chronique de dimanche dernier « Ça swingue dans les comptes bancaires ! », Stéphanie Grammond parlait du nouveau compte d’épargne à intérêts élevés de BLC Numérique, de la Banque Laurentienne. Le service n’est pas encore offert au Québec, mais devrait l’être au cours des prochains mois.

Rectificatif

Première Moisson et Adonis

Dans notre texte de lundi « Une syndicalisation pas comme les autres », une représentante du syndicat des TUAC affirmait que des employés avaient perdu connaissance près des fours de l’usine de Première Moisson. Or, un tel incident n’a jamais été signalé officiellement. Par ailleurs, le salaire d’entrée dans l’usine est de 14,70 $, tandis qu’il est de 13 $ chez Adonis. Nos excuses.

Transport

TFI veut garer ses camions à Wall Street

L’entreprise québécoise de camionnage TFI International, à l’envergure aujourd’hui continentale, veut maintenant inscrire ses actions à la cote de la Bourse de New York.

Cette inscription est prévue en suivi de la première émission d’actions auprès des investisseurs américains que TFI prévoit boucler au cours des prochaines semaines.

Cette émission est annoncée à hauteur de 6 millions d’actions. Mais elle pourrait s’élever jusqu’à 6,9 millions d’actions selon le contrat de placement convenu avec un groupe de firmes financières de renom à Wall Street, dont Morgan Stanley, BofA Securities, J.P. Morgan et Credit Suisse.

Selon la cote courante de TFI à la Bourse de Toronto, soit 44 $ par action ou 3,6 milliards CAN en valeur totale, la valeur de cette première émission d’actions aux États-Unis pourrait s’élever à de 195 à 225 millions US, au taux de change courant de 75 cents US du dollar canadien. Les actions de TFI continueront d’être négociées à la Bourse de Toronto après leur inscription à la Bourse de New York.

Résultats

Entre-temps, dans ses résultats trimestriels de fin d’exercice 2019, aussi divulgués lundi après la fin de séance boursière à Toronto, TFI a fait part d’un léger repli de ses revenus et de son bénéfice net au quatrième trimestre, alors que ses résultats annuels ont continué de progresser par rapport à l’année antérieure.

Au quatrième trimestre, TFI a comptabilisé des revenus totaux de 1,3 milliard CAN, en baisse de 1,3 % sur un an, alors que ses revenus avant surcharge de carburant ont atteint 1,16 milliard, en léger recul de 0,3 % sur un an.

Le bénéfice net (pour activités poursuivies) de ce quatrième trimestre a atteint 76,5 millions, en léger repli de 0,2 % sur un an.

Quant aux résultats pour tout son exercice 2019, terminé le 31 décembre, TFI rapporte des revenus totaux de 5,17 milliards, en hausse de 1 % sur un an, et de 4,6 milliards (+ 2,3 %) en excluant la surcharge de carburant.

En conséquence, le bénéfice net (pour activités poursuivies) de TFI pour tout son exercice 2019 a rebondi de 11 %, à 324,5 millions, soit l’équivalent de 3,80 $ par action (dilué) contre 3,22 $ un an plus tôt.

De l’avis de son président du conseil et chef de la direction, Alain Bédard, « TFI a connu une année record en 2019, tendance qui s’est maintenue au long du quatrième trimestre et pendant cette période qui s’est avérée difficile pour l’ensemble du secteur des transports ».

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.