OPINION

ABUS DE POUVOIR ET AGRESSIONS
Pour que les athlètes vivent leur rêve en toute sécurité

En tant que parents, nous avons le droit de n’exiger que leur bonheur, essence même des grands accomplissements

Dans un endroit tranquille et loin de tout, je termine à l’instant ce texte percutant, intelligent et plein de vérité qu’ont écrit Tessa Virtue et Scott Moir.

Étant la mère d’Alexandre Despatie, un athlète qui a été imprégné de son sport pendant plus de 20 ans et qui a vécu quatre Jeux olympiques, j’ai lu et relu ce texte de long en large plusieurs fois et, chaque fois, les émotions ont refait surface.

Ces athlètes, ces magnifiques bêtes de sport, ces machines de surpassement sont d’abord et avant tout des êtres humains. Ils doivent composer avec tous les aléas de la performance et du dépassement jour après jour, année après année.

Ils doivent faire face à l’adversité, faire des sacrifices inestimables, apprendre à perdre et à apprivoiser les victoires. Ces victoires ne sont pas seulement des médailles, mais des pas, petits et grands, qu’ils franchissent pendant leur carrière sportive.

Ces pas, ils les franchissent avec un entraîneur qui leur apprend les techniques et les détails pour qu’ils atteignent la perfection afin de toucher cet ultime objectif : le podium. 

Leur bonheur, leur détermination et leur bien-être ne sont-ils pas la source d’une bonne performance ?

Comme parents, nous mettons toute notre confiance en cette personne avec laquelle nos enfants, ces athlètes, apprennent à conjuguer avec la discipline, la résilience, la solitude, l’éloignement et combien d’autres éléments qui font d’eux des êtres exceptionnels. Mais notre rôle, comme parents, est d’abord et avant tout de veiller sur eux, de près ou de loin, ici ou à l’autre bout du monde. 

Cette tâche n’est pas toujours facile. L’éloignement et les communications deviennent parfois complexes, mais nous nous devons de trouver un moyen de garder un œil sur eux et de nous assurer qu’ils vont bien et que tout se passe comme prévu.

Les athlètes confient à leur l’entraîneur leurs espoirs, leur vulnérabilité et leur performance, comme l’écrivent si bien Tessa et Scott. Mais nous, les parents, nous leur confions nos enfants avec leur rêve et le bagage émotionnel que nous leur avons enseigné. 

Nous sommes leur soutien, leur lien de confiance depuis leur belle enfance, et ce lien doit être fort et indestructible.

Nous comptons également sur les associations et les fédérations sportives pour les protéger et nous devons exiger de meilleures communications avec toutes ces personnes responsables, n’importe où dans le monde, et ce, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

J’admire et je salue le courage de ces quatre jeunes femmes qui ont décidé de parler et de mettre la lumière sur cette triste et inacceptable vérité. Comme parents d’un athlète, nous les appuyons totalement. Dans le sport, il n’y a AUCUNE place pour des agressions et des abus de pouvoir. Nous devons nous assurer qu’ils sont protégés en tout temps, et comme mère, je joins ma voix à celles de Tessa et Scott pour que les athlètes atteignent leurs objectifs et vivent leur rêve en toute sécurité.

En tant que parents, nous avons le droit de n’exiger que leur bonheur. C’est l’essence même des grands accomplissements.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.