Flash

Après sa surdose, Demi Lovato reconnaissante d’être en vie 

Los Angeles — L’actrice et chanteuse pop américaine Demi Lovato s’est dite reconnaissante d’être en vie, après une surdose qui l’a menée à l’hôpital il y a deux semaines, et a déclaré avoir besoin de temps pour guérir de sa dépendance, dans un message Instagram publié hier. 

« Je veux remercier Dieu de m’avoir gardée en vie et en bonne santé », a-t-elle déclaré, ajoutant qu’elle serait « toujours reconnaissante » du soutien de ses fans et attribuant sa survie au personnel du Centre médical Cedars-Sinai de Los Angeles, où elle a été hospitalisée d’urgence le 24 juillet.

Demi Lovato, qui a annulé un concert à Atlantic City prévu deux jours après son hospitalisation, a laissé entendre qu’elle ne réapparaîtrait pas prochainement en public.

« J’ai aujourd’hui besoin de temps pour me concentrer sur ma sobriété et ma guérison », a écrit la chanteuse à ses 70 millions d’abonnés Instagram.

Devenue une vedette dès l’enfance avec Disney Channel, Demi Lovato s’est confiée par le passé sur ses problèmes de dépendance, sa dépression et ses troubles du comportement alimentaire.

Désintoxication et rechute

En 2012, la chanteuse apparaissait dans le documentaire Demi Lovato : Stay Strong, consommant de la cocaïne à plusieurs reprises, avant d’être admise en centre de désintoxication et de relancer sa carrière.

Il y a un mois, elle avait sorti une chanson intitulée Sober (Sobre) dans laquelle elle semblait faire état d’une rechute et s’excusait auprès de ses parents.

L’annonce de sa surdose a été suivie d’une vague de déclarations de soutien de la part de plusieurs célébrités.

« Ce qui lui arrive me brise le cœur », a tweeté la célèbre présentatrice Ellen DeGeneres, tandis que le chanteur de country Brad Paisley, qui a collaboré avec Demi Lovato, a dit prier pour elle.

« La dépendance est une maladie terrifiante. Personne n’est plus honnête ou courageux que cette femme », a-t-il dit. 

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.