Grand Prix d’espagne

Hamilton de retour en position de tête

MONTMELÓ — Il en avait « besoin » : le Britannique Lewis Hamilton (Mercedes) a survolé hier les qualifications du Grand Prix d’Espagne, cinquième épreuve de la saison de F1, pour décrocher sa première position de tête depuis la course d’ouverture en Australie. Le pilote québécois Lance Stroll devra quant à lui s’élancer de la 18e position.

Son absence de la première place sur la grille de départ des trois derniers GP, au profit de son rival allemand Sebastian Vettel (Ferrari), avait de quoi surprendre, sachant qu’il détient le record de positions de tête avec 74.

Le meneur au classement des pilotes, depuis sa victoire surprise en Azerbaïdjan il y a 15 jours, a mis fin à cette anomalie avec la manière, en s’offrant en prime le record du circuit de Barcelone-Catalogne avec un tour de 1 min 16,173 s.

« J’avais besoin de cette position de tête. C’est important pour moi de retrouver une bonne position en qualifications, car c’est habituellement une de mes forces. C’était très serré et il m’a fallu tout donner pour y arriver. »

— Lewis Hamilton

Est-il enfin parvenu à se « synchroniser entièrement avec sa voiture », comme il le souhaitait avant d’aborder le week-end ? Mercedes a-t-elle trouvé le secret pour exploiter ses pneumatiques ou la légère modification apportée par le fournisseur Pirelli (réduction de 0,4 mm de la profondeur des pneus) a-t-elle aidé les Flèches d’argent ?

Ferrari en deuxième ligne

En tout cas, Hamilton s’élancera aux avant-postes aujourd’hui aux côtés de son coéquipier finlandais Valtteri Bottas, qui s’est pointé à 40/1000 seulement en qualifications, pour la première fois depuis le dernier Grand Prix de 2017 à Abou Dhabi.

« Nous sommes de retour », s’est félicité le directeur non exécutif de Mercedes, Niki Lauda. « C’est vraiment très bien. Les deux voitures n’auraient pas pu faire mieux. »

Les Flèches d’argent retrouvent des couleurs au moment opportun. Il est en effet essentiel de bien se qualifier sur le tracé catalan, les dépassements étant compliqués en course. Pour preuve, seuls 3 des 27 vainqueurs à Montmeló se sont imposés sans s’être élancés de la première ligne.

Qui plus est, il est coutume de dire que les écuries les plus rapides en Espagne seront les plus rapides le reste de la saison, la piste faisant la synthèse des différents tracés au calendrier. Un succès aujourd’hui confirmerait que Mercedes revient au niveau de Ferrari, qui compte quatre points d’avance chez les constructeurs.

Après un début de week-end timoré, la Scuderia a cessé de cacher son jeu en qualifications et Vettel n’a échoué qu’à 132/1000 de la première position. L’Allemand, qui affiche quatre points de retard sur Hamilton au Championnat du monde, et son coéquipier finlandais Kimi Räikkönen occuperont la deuxième ligne.

« Tout peut arriver dimanche [aujourd’hui], comme lors des deux dernières courses. Même si le départ n’est pas en notre faveur, je pense que nous avons une voiture assez forte pour continuer à nous battre. »

— Sebastian Vettel

La troisième ligne sera 100 % Red Bull, avec le Néerlandais Max Verstappen devant l’Australien Daniel Ricciardo.

Journée difficile pour Stroll

Le « meilleur du reste » est le Danois Kevin Magnussen (Haas), qui a surclassé les vedettes locales, les Espagnols Fernando Alonso, dont la McLaren bénéficie ce week-end d’évolutions importantes, et Carlos Sainz Jr. (Renault).

À noter l’élimination surprise, dès la première partie des qualifications (Q1), de l’Allemand Nico Hülkenberg, dont la Renault a éprouvé des difficultés de fonctionnement, et un nouveau tête-à-queue du Canadien Lance Stroll, dont la Williams est toujours aussi compliquée à manœuvrer. Ce dernier s’élancera aujourd’hui de la 18e position. 

Victime, lors de la troisième séance d’essais libres hier matin, d’une sortie de piste ayant beaucoup endommagé sa monoplace, le Néo-Zélandais Brendon Hartley (Toro Rosso) n’a pu prendre part aux qualifications et partira donc en dernière position sur la grille.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.