Extrait

Les gens du Sud n’aiment pas la pluie, de Patricia Portella Bricka

« Carmen avait remonté la maigre couverture sur son visage, ne laissant découverts que ses yeux, qu’elle gardait grands ouverts au cas où le décor terrifiant s’égaierait subitement par magie. Elle dormait dans une remise au milieu d’outils et d’autres objets dont elle ignorait l’utilité. La literie se résumait à une vieille paillasse remplie de feuilles de maïs, déposée sur un modeste sommier à ressorts, et à une mince couverture usée jusqu’à ressembler à une vulgaire toile de jute [...]. Son père lui avait dit d’être forte, de continuer à porter leur nom avec fierté. Elle avait acquiescé. Bien sûr qu’elle ne se laisserait pas aller à pleurer ni à réclamer ses parents ou sa grande sœur ! Elle avait déjà dix ans après tout. Elle était une femme, plus une enfant. »

BIBLIO

Tendre hommage

Les gens du Sud n’aiment pas la pluie

Patricia Portella Bricka

Pleine lune, 320 pages

3 étoiles

Des terres andalouses aux rives marseillaises, en passant par l’enfer algérien, cette biographie romancée retrace la vie torrentueuse de Carmen, « l’Abuela », semée de guerres et d’embûches. Issue d’une famille aristocratique déchue, la jeune Espagnole se voit convertie du jour au lendemain en femme de ménage, première étape d’un long chemin de croix au cours duquel elle sera talonnée par l’indigence la plus extrême. Restitué selon deux points de vue – celui d’un narrateur omniscient classique, complété par des extraits du journal intime de la petite-fille de Carmen –, ce récit tendre et touchant, malgré de son caractère dramatique, se révèle l’hommage d’une génération résignée à ne pas oublier. Tant et si bien que tâcher de démêler le faux du véridique devient accessoire. « Seule l’imagination m’aide à redonner forme aux souvenirs qu’elle me racontait, et c’est tant mieux ! J’ai toujours détesté les romans historiques. La fiction a quelque chose de plus léger, de plus libre… de plus authentique ! », avertit l’auteure dans son prologue.

— Sylvain Sarrazin, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.