Le Roi est mort, vive le Roi

Depuis le décès de son père, le Comte de Paris, il est le nouveau prétendant au trône de France.

« Nos relations ne furent pas toujours bonnes et, comme dans beaucoup de familles, nos rapports père et fils connurent frictions et tensions. Mais, ces derniers temps, depuis le décès de mon frère François, elles s’étaient améliorées et, aujourd’hui, le comte de Paris oublie et pardonne les avanies subies par le duc de Vendôme », déclare Son Altesse Royale, souriant à demi, avec des éclats de sincérité teintés de mélancolie.

Au lendemain des obsèques d’Henri d’Orléans, le prince Jean, rencontré ce lundi à Dreux, annonce la couleur.

L’héritier des rois qui régnèrent sur la France, descendant en ligne directe d’Henri IV, Louis XIII et Louis-Philippe Ier, souhaite faire vivre aux siens une époque apaisée. 

Celui qui est maintenant le chef de la famille de France, c’est-à-dire celui sans l’autorisation duquel les membres de cette famille ne peuvent se marier, précise que son père s’était levé de bonne heure, ce 21 janvier dernier. Il avait prévenu qu’il ne se rendrait pas à la cérémonie religieuse célébrée à la mémoire de son cousin Louis XVI, guillotiné deux cent vingt-six ans plus tôt. 

Une mauvaise bronchite l’épuisait. Il avait choisi, une fois habillé, de se recoucher et, s’étant rendormi sur son lit, ne s’était plus réveillé. La femme de ménage l’avait trouvé allongé au côté de sa femme, la duchesse de France. Les pompiers n’avaient pu le ranimer.

Jean IV

Et Jean de France, duc de Vendôme, deuxième fils du prince défunt et dauphin, succédait à son père en devenant désormais Jean IV, nouveau comte de Paris. Déléguant à son frère Eudes et à son cousin Charles-Philippe d’Orléans l’organisation des funérailles en la chapelle royale de Dreux, nécropole des princes d’Orléans, il y accueillait, le week-end dernier, toute la parentèle et ses proches. À commencer par sa mère, la grande-duchesse Marie-Thérèse de Wurtemberg, née altesse royale, et sa sœur la princesse Blanche, handicapée de naissance. 

Son père, cela fit scandale, avait divorcé pour épouser l’Espagnole Micaela Cousino y Quinones de Leon, qui ne vint pas assister à l’enterrement, clouée au lit par une bronchite et les suites d’une opération de la hanche. 

Toutes ses tantes, son père étant issu d’une fratrie de onze enfants, trônaient en toques de fourrure au coude à coude sur des chaises de velours rouge dans le chœur de l’église baigné d’une humidité qui glaçait les sangs. Au premier rang, se trouvaient l’impératrice Farah, la reine Sofia d’Espagne, qui est une cousine, le prince Albert II de Monaco, les souverains du Liechtenstein, le prince héritier du Maroc, le prince Emmanuel-Philibert de Savoie, les Bourbon-Siciles, les Bourbon-Parme. 

Citronnade royale

Le nouveau comte de Paris tint à réunir ensuite, pour une citronnade royale, parents et amis dans la demeure qui jouxte la maison de maître où il a élu domicile. La reine Sofia tomba en admiration devant le lieu, au beau milieu du parc surplombant la ville. Le prince vit là depuis quelques années, en compagnie de la princesse Philomena, épousée il y a bientôt dix ans. Il a renoncé à travailler dans la finance (il était consultant à la banque Lazard) pour s’occuper des biens, avoirs, forêts et investissements de l’héritage qui est sien. 

Au milieu de souvenirs royaux, le prince et la princesse élèvent leurs cinq enfants, Gaston, Antoinette, Louise-Marguerite, Joseph et Jacinthe, plus préoccupés de jouer avec Léonore, l’imposante chienne terre-neuve noire, que de suivre les cours de flûte traversière voulus par leur mère et dispensés par Emmanuelle, l’organiste de la chapelle. 

Contrairement à son père et au prétendant dit légitimiste, Jean est fier d’être né en France et d’y avoir toujours vécu. Titulaire d’une maîtrise de philosophie sur le bien commun et d’autres maîtrises de droit et de gestion, colonel de réserve et parrain du 4e régiment de chasseurs de Gap, créé par son arrière-grand-oncle, le prince a rencontré des gilets jaunes et garde au cœur et à la raison l’idée de servir son pays. Il trouve le temps de conseiller à ses enfants de soigner les hérissons qu’ils découvrent blessés, tout en leur apprenant leur arbre généalogique qui remonte jusqu’à Saint Louis.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.