Ballou rentre à la maison

Revenu à Montréal sous forme de prêt en 2019, Ballou Tabla a officialisé son retour à la maison, mercredi, à la suite d’un accord entre l’Impact et le FC Barcelone. L’ailier de 20 ans a signé une entente de deux saisons avec des options pour 2022 et 2023.

Il était d’ailleurs présent au Complexe Marie-Victorin, effectuant une grande partie de la séance d’entraînement en solitaire.

Ballou avait été transféré au FC Barcelone B en janvier 2018. Il a disputé une trentaine de matchs au sein de la réserve de ce prestigieux club avant d’être prêté à Albacete un an plus tard. Sans véritable temps de jeu, il est alors revenu chez l’Impact.

« J’ai pris de l’expérience à Barcelone. Je sais comment ça se passe de l’autre côté. Si un jour je dois y retourner, je serai prêt mentalement. Les négociations ont été très faciles, selon les retours que j’ai eus. »

« Je suis très content qu’il y ait eu un accord. »

— Ballou Tabla

La saison sera cruciale pour Ballou, dont le retour l’an dernier et le développement dans son ensemble ne sont pas à la hauteur des attentes. Cette fois, il aura une chance en or de profiter des enseignements sportifs et humains de Thierry Henry.

« C’était un grand joueur et c’est une grande personne. Tout le monde sait ce qu’il a fait dans sa carrière. Je suis très content que l’Impact ait pu l’avoir et j’espère qu’il apportera beaucoup. »

Par ailleurs, Ballou s’est excusé sur Instagram, mardi, quelques semaines après la publication d’une vidéo où on le voyait arborer un chandail du… Toronto FC. « Je ne suis pas assez bête pour faire exprès pour provoquer les fans. »

Pas de garantie pour Diop

Le cas du gardien Clément Diop n’est pas compliqué. Le club souhaitait son retour en 2020, et lui voulait y passer une troisième saison. Cette fois, cependant, la donne est différente. La fin de saison 2019 a peut-être été une passation de pouvoir entre le Franco-Sénégalais de 26 ans et Evan Bush (33 ans).

« Le club ne m’a pas donné de garantie particulière. Je suis là pour travailler, prendre le plus de plaisir possible et progresser. […] Il faut que je continue sur la lancée de 2019 et que je travaille encore plus dur. On verra, ce n’est pas moi qui fais les choix. »

L’arrivée d’un nouvel entraîneur est souvent perçue comme une occasion de remettre les compteurs à zéro chez les joueurs. Dans le cas des gardiens, cependant, la continuité prévaut puisque Rémy Vercoutre est l’un des rescapés de l’ère de Rémi Garde. « Quand j’ai signé, je savais qu’il allait rester dans le staff. Ç’a été un facteur important dans ma décision parce que j’ai toujours aimé travailler avec lui. »

Waterman ouvre le chemin

Embauché mardi, Joel Waterman est devenu le premier pensionnaire de la Première Ligue canadienne à faire le saut en MLS. Sa polyvalence et la justesse de sa distribution ont visiblement tapé dans l’œil de l’Impact. Le Britanno-Colombien, lui, s’est dit prêt à jouer le rôle de modèle.

« Je sens que j’ai des responsabilités en tant que pionnier parce que je sais qu’il y a beaucoup de joueurs talentueux en Première Ligue canadienne et qu’ils méritent d’avoir la même opportunité. »

Le défenseur central et milieu défensif ne s’attendait pas à un appel aussi rapide de la MLS, même si on le sent confiant en ses habiletés. « Je ne suis pas ici pour seulement participer. Je veux me retrouver dans l’alignement, avoir des minutes et jouer le plus possible. »

À noter qu’il n’avait pas affronté l’Impact lors du championnat canadien en raison d’une blessure.

Fanni n’est pas inquiet

À l’heure actuelle, le portrait de la défense centrale est clair. D’un côté, il y a les joueurs d’expérience – Rod Fanni et Rudy Camacho – et de l’autre, les jeunes qui n’ont encore aucune minute au compteur, soit Waterman et Karifa Yao. Jukka Raitala est aussi prêt à dépanner, même si cela nuirait au flanc gauche.

« De ce que je vois, les deux [jeunes] ont beaucoup de qualités, a estimé Fanni. On peut vraiment compter sur eux pour la suite. Je ne suis pas inquiet. On sait qu’il y aura des renforts à d’autres postes plus primordiaux qu’en défense centrale. »

Le défenseur de 38 ans est le doyen de la défense, qui a perdu une bonne dose d’expérience avec la décision de ne pas retenir Bacary Sagna. « Je suis très triste. C’est un gros manque parce qu’il apportait beaucoup et il a même eu le trophée du meilleur défenseur l’an dernier. Mais ce sont les aléas du soccer et on doit avancer. »

Fanni a rejoint l’Impact pour la première fois en mars 2018. Il a ensuite été rappelé en renfort au cours de l’été 2019. « Même quand je n’étais pas avec le club, on m’appelait pour prendre de mes nouvelles ou avoir des conseils par rapport à la saison. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.