Arabie saoudite

L’apprentissage derrière le volant a débuté 

Le prince héritier d’Arabie saoudite a causé la surprise en annonçant l’an dernier qu’il permettrait aux femmes de son pays de prendre le volant. Enthousiastes à l’idée de prendre la route, des centaines de Saoudiennes apprennent ces jours-ci à conduire. « Je veux conduire une voiture, je veux être indépendante, a expliqué l’une de ces femmes, Sara Ghouth, 18 ans, rencontrée par l’Associated Press. Mais je ne me suis pas sentie tout de suite à ma place. Je n’avais jamais été assise de ce côté-ci de la voiture ! Habituellement, je suis du côté passager ou à l’arrière. J’ai fini par me sentir bien et en contrôle. » — Associated Press

Marché du travail

« Les femmes ont toujours beaucoup moins de chances que les hommes de participer au marché du travail en moyenne mondiale. »

— Extrait d’un rapport de l’Organisation internationale du travail (OIT) publié à la veille de la Journée internationale de la femme, qui souligne que pour chaque tranche de 10 hommes qui ont un emploi, seulement 6 femmes en ont un. Par ailleurs, mondialement, les femmes reçoivent 20 % de moins que les hommes pour leur travail.  (Agence France-Presse)

Birmanie

Une décoration retirée à Aung San Suu Kyi

Le Musée de l’Holocauste des États-Unis a annoncé hier qu’il retirait à la leader birmane Aung San Suu Kyi un prix prestigieux qu’il lui avait accordé en 2012. La direction du musée, qui décerne chaque année le prix Elie Wiesel, du nom du lauréat du prix Nobel de la paix de 1986, a pris cette décision pour dénoncer le refus de la politicienne birmane de dénoncer les atrocités de masse commises à l’égard de la minorité musulmane rohingya de son pays. Longtemps vue comme l’icône de la lutte non violente contre la junte militaire de Birmanie, une bataille qui lui a aussi valu le prix Nobel de la paix, Aung San Suu Kyi a vu son étoile pâlir depuis que son parti a remporté les élections de 2015, lui permettant d’occuper un poste politique. 

— Associated Press

BELGIQUE

Une amende de 3000 euros pour insultes sexistes

Un homme qui a proféré des insultes sexistes à l’endroit d’une policière de Bruxelles a été le premier à être puni depuis l’entrée en vigueur d’une nouvelle loi proscrivant les commentaires sexistes visant à rabaisser quelqu’un sur la base de son sexe. L’homme, qui n’a pas été identifié et qui ne s’est pas présenté en cour, a reçu une amende de 3000 euros pour avoir dit à une policière que son travail n’était pas fait pour une femme. Si le fautif ne paie pas la contravention, il pourrait passer un mois derrière les barreaux. La Belgique a adopté cette loi après la diffusion en 2014 d’un documentaire démontrant l’étendue du harcèlement que subissent les femmes lorsqu’elles marchent dans la rue.

— Selon la BBC

GUINÉE

La marche des Amazones

Plusieurs milliers de femmes en blanc, qui se font appeler « les Amazones », ont marché hier dans les rues de Conakry pour dénoncer les violences policières en Guinée. Répondant à l’appel des femmes de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), le principal parti de l’opposition, les manifestantes ont défilé pendant plusieurs heures. Vêtues de blanc, elles arboraient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire « Trop de morts, l’État dort encore » ou « Alpha rime avec crime », en référence au président Alpha Condé, élu en 2010 et réélu en 2015. — Agence France-Presse

FRANCE

Tariq Ramadan de nouveau accusé de viol

Une troisième femme a porté plainte pour viols, hier à Paris, contre l’islamologue suisse controversé Tariq Ramadan, déjà inculpé et incarcéré depuis un mois pour des faits similaires. Cette Française musulmane d’une quarantaine d’années affirme avoir été sous l’emprise du théologien et avoir subi de multiples viols en 2013 et 2014 en France, à Bruxelles et à Londres, la plupart du temps dans des hôtels en marge des conférences à succès de l’islamologue de 55 ans.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.