Kevin Tierney 1950-2018

Un « homme de cœur » s’éteint

Le producteur de Bon Cop, Bad Cop a succombé à un cancer à l’âge de 67 ans

Derrière le film bilingue Bon Cop, Bad Cop, le plus grand succès de l’histoire du cinéma canadien, il y avait entre autres le Montréalais Kevin Tierney. Le producteur et scénariste, un homme « passionné », œuvrait à rassembler les milieux francophone et anglophone de Montréal à travers son art. Il a succombé hier à un cancer, à l’âge de 67 ans.

« Mon père, l’incroyable Kevin Tierney, nous a quittés ce matin [samedi] à 4 h 15. Ma sœur, ma mère et moi étions là », a écrit sur les réseaux sociaux l’acteur, scénariste et réalisateur Jacob Tierney.

C’était quelqu’un avec beaucoup d’humour, un « bon vivant », a raconté à La Presse l’actrice Dorothée Berryman. Un sourire dans la voix, elle a dit garder des « souvenirs très heureux » de ses moments partagés avec le producteur, « un homme de famille, que ce soit sa vraie famille ou sa famille artistique ».

Leur première rencontre date du début des années 90 : Berryman a joué dans un des films de la série Contes pour tous, produits par Rock Demers aux productions La Fête, où Kevin Tierney a travaillé, d’abord à titre de directeur du développement et des ventes, puis comme producteur. Depuis, les deux artistes entretenaient un lien d’amitié. « Je l’aime beaucoup, a déclaré l’actrice. C’était un homme de cœur, un passionné. »

Depuis trois ans, Kevin Tierney combattait un cancer, qui aura fini par prendre le dessus. « C’était un homme joyeux et aimant la vie, il n’était pas du genre à s’apitoyer sur son sort », nous a écrit hier par courriel l’acteur Yves Jacques, en tournage en Corée du Sud. Les deux hommes se connaissaient depuis plusieurs années. Jacques a joué dans le premier et seul film que Tierney a réalisé, French Immersion. « C’était quelqu’un avec qui je riais beaucoup et j’espérais retravailler avec lui dès que sa maladie le lui aurait permis. »

Un rêve de cinéma bilingue

Kevin Tierney était « un homme à l’esprit ouvert sur le monde, qui avait une volonté d’ouverture du milieu anglophone de Montréal avec les francophones, et les autres concitoyens issus de l’immigration… à défaut de rester chacun dans sa solitude », s’est remémoré Yves Jacques.

Le réalisateur et producteur avait cette ambition de réunir le français et l’anglais grâce à ses implications et à son travail, lui qui avait un pied de chaque côté de cette division linguistique propre à Montréal. Bon Cop, Bad Cop, dans lequel l’action se déroule dans les deux langues, avec un sous-titrage croisé, restera son œuvre la plus connue.

Il a d’ailleurs remporté le Billet d’or à la défunte soirée des Jutra et le Génie du meilleur film en 2007 pour cette production réalisée par Érik Canuel. Kevin Tierney aura produit une vingtaine de films et séries au cours de sa carrière.

En 2011, il a souhaité continuer l’aventure bilingue en réalisant son premier long métrage, la comédie French Immersion. À nouveau, le français et l’anglais se sont côtoyés dans un de ses projets. 

« Le film a été boudé, mais comme on a eu du plaisir ! Kevin était dédié à tout ce qu’il faisait, tant dans sa vie professionnelle que familiale. »

— Dorothée Berryman, qui interprétait Thérèse Tremblay

Président de la Cinémathèque québécoise de 2003 à 2006, vice-président de l’Académie canadienne du cinéma et de la télévision, il était aussi impliqué dans la compagnie de théâtre anglophone montréalaise Infinithéâtre, pour laquelle il avait organisé une collecte de fonds, finalement annulée à cause de sa santé de plus en plus fragile ces derniers temps.

Le quotidien Montreal Gazette, pour lequel Kevin Tierney chroniquait jusqu’à tout récemment, a annoncé qu’il n’y aurait pas de funérailles, mais qu’un service commémoratif « animé » devrait être annoncé sous peu.

Kevin Tierney 1950-2018

De professeur à producteur

1950 

Naît à Montréal.

1971 

Obtient son diplôme de l’Université Sir George Williams.

1972

Entreprend une maîtrise en théâtre au Dublin University College, en Irlande.

1974

Obtient un baccalauréat en éducation de l’Université McGill.

1978 

Décroche un diplôme en communications de l’Université Concordia.

Années 80

Enseigne l’anglais en Algérie, au Tchad et en Chine.

Écrit pour les magazines Variety et Cinema Canada.

Années 90 

Se lance dans l’industrie du cinéma, aux productions La Fête.

1997

Produit le long métrage Dancing on the Moon.

1999

Produit la minisérie P. T. Barnum, finaliste pour deux prix Primetime Emmy.

Produit la minisérie Bonanno : L’histoire d’un parrain, gagnante d’un prix Gémeaux.

2001

Produit le long métrage Au service de la liberté.

2006 

Produit le film d’action Bon Cop, Bad Cop, gagnant de sept prix.

2009

Produit le film Le Trotsky, réalisé par son fils Jacob.

2011

Réalise la comédie French Immersion.

2018 

Meurt à l’âge de 67 ans.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.