Emplois

Le chômage à son plus bas en 40 ans au Canada

Le secteur public a apporté la plus grande contribution dans l’ensemble du pays, alors qu’au Québec, c’est le secteur privé qui se démarque. 

La création d’emplois à temps partiel a pallié la perte de ceux à temps plein le mois dernier, ce qui a permis au marché du travail canadien d’afficher un gain net de 54 100 postes et fait baisser le taux de chômage à son plus bas niveau en quatre décennies.

La plus récente enquête sur la population active de Statistique Canada indique que le taux de chômage s’est établi à 5,8 % en juillet, contre 6 % le mois précédent.

Le rapport précise que le marché de l’emploi a alors gagné 82 000 postes à temps partiel, mais en a perdu 28 000 à temps plein.

Un examen plus approfondi des statistiques révèle que le secteur public a apporté la plus grande contribution, avec 49 600 nouveaux emplois, tandis que le secteur privé a ajouté 5200 postes.

Le rapport indique également que la croissance du salaire horaire moyen, étroitement suivie par la Banque du Canada, a continué de ralentir pour s’établir à 3,2 % en juillet, après une hausse de 3,6 % en juin et de 3,9 % en mai.

Le nombre total d’heures travaillées en juillet a progressé de 1,3 %, soit à un rythme légèrement inférieur à celui de juin (1,4 %).

Tout est dans les détails

L’économiste en chef de la CIBC, Avery Shenfeld, souligne que même si les chiffres du mois de juillet donneront lieu à « quelques gros titres », tout est dans les détails.

Il y a « beaucoup de raisons de se demander à quel point ces données sont vraiment bonnes », fait valoir l’économiste en chef de la CIBC, ajoutant que l’incertitude plane toujours sur le moment où la Banque du Canada annoncera la prochaine hausse de son taux directeur.

Les industries des services ont affiché les plus grands gains, avec un total de 90 500 nouveaux emplois, dont 36 500 en enseignement et 30 700 en soins de santé et en assistance sociale.

Quant aux industries productrices de biens, elles ont perdu 36 500 emplois en juillet, plus particulièrement dans les secteurs de la fabrication et de la construction.

Par ailleurs, un plus grand nombre de femmes de 25 à 54 ans travaillaient en juillet : cette tranche d’âge a enregistré un gain de 30 300 emplois.

Chez les jeunes de 15 à 24 ans, le taux de chômage a reculé à 11,1 %, contre 11,7 % le mois précédent. Le rapport explique toutefois ce déclin par le fait que moins de jeunes cherchaient du travail.

L’emploi dans le privé en hausse au Québec

Au Québec, le marché de l’emploi a connu une certaine stabilité en juillet, avec une légère hausse de 0,2 point de pourcentage du taux de chômage, qui s’est établi à 5,6 %.

L’emploi à temps plein a augmenté de 14 700 postes, alors que celui à temps partiel a reculé de 23 100. L’emploi est en hausse de 4100 postes dans le privé et est en baisse de 4700 dans le secteur public.

Selon les plus récentes données publiées par Statistique Canada, le Québec compte 58 600 emplois de plus en moyenne depuis le début de l’année par rapport à la même période de l’année dernière. Le nombre de chômeurs a quant à lui diminué de près de 30 000 au cours de cette même période.

De janvier à juillet 2018, la moyenne du taux de chômage s’est établie à 5,5 %, alors qu’elle était de 6,2 % pour la même période en 2017.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.