Chronique

Où sont les femmes ? À La voix !

Les chanteuses ont dominé les premiers quarts de finale de La voix, hier soir à TVA. Yama Laurent, 27 ans, a été particulièrement convaincante en récoltant le plus gros appui du public, soit 71 %.

La représentante de l’équipe de Garou, qui a refait Ils s’aiment de Daniel Lavoie, a soufflé les téléspectateurs avec sa voix grave et puissante, qui transmet un mélange renversant de soul et de mélancolie.

Contrairement à ses camarades, la timide Yama ne court pas après la lumière des projecteurs. C’est une antistar qui parle doucement, mais qui chante fort, comme l’a remarqué l’animateur Charles Lafortune, qui arborait hier un joli look décontracté avec sa chemise déboutonnée et sa barbe de trois jours.

Prochain défi pour Yama Laurent ? Utiliser son magnifique instrument pour chanter un morceau moins triste, question de montrer une facette plus joyeuse d’elle. Garou avait raison d’affirmer que la voix de Yama est un missile qui décolle et une arme de destruction massive du cœur. C’est épatant de l’entendre.

Chez Lara Fabian, c’est la jeune Miriam Baghdassarian, 18 ans, qui a obtenu les plus fortes notes des téléspectateurs et de sa coach. Pourtant, elle a beaucoup crié sur Take Me to Church de Hozier et on décodait mal les paroles. Très désagréable à l’oreille.

Ses rivaux Jean-Alexandre Boisclair et Redgee ont fait des choix musicaux qui ne les ont pas aidés. Le premier a opté pour L’hymne à l’amour d’Édith Piaf, que l’on a trop entendu.

Le deuxième, vêtu d’un harnais en cristaux et d’un bras en métal, s’est attaqué à Si seulement je pouvais lui manquer de Calogero, une chanson qu’il a dédiée à son père absent. La sobriété dans le costume aurait été de mise ici. Et les photos d’enfance de Redgee dispersées sur la scène soulignaient à gros traits son histoire personnelle douloureuse.

Dans le clan d’Éric Lapointe, les gens à la maison ont élu Karine Labelle, 27 ans, rescapée de Star Académie 2009. Elle aussi a jeté son dévolu sur un classique de télé-crochet : Une chance qu’on s’a de Jean-Pierre Ferland. C’était bien, mais le rockeur Jesse Proteau aurait, à mon avis, mérité de se rendre en demi-finale. Jesse était d’ailleurs le choix d’Éric Lapointe.

Les coachs ont joué d’extrême prudence hier en n’accordant que des notes comprises entre 31 et 35 aux 12 concurrents de ces premiers quarts de finale diffusés en direct. C’est donc le vote des téléspectateurs qui a fait foi de tout.

À la toute fin de l’émission, on a senti un malaise chez Alex Nevsky qui avait accordé la note la plus basse (32 points) au concurrent ayant été le préféré (à 41 %) des électeurs de La voix : Édouard Lagacé. Il a été très solide, Édouard, sur Il y a tant à faire de Daniel Bélanger et, après l’annonce des résultats, Alex s’est senti obligé de justifier son pointage.

Malheureusement, ma préférée Cherry Lena, qui était également la chouchoute d’Alex Nevsky, a été éliminée en raison de son interprétation maniérée d’I Put a Spell on You de Nina Simone. C’était trop affecté pour séduire le grand public. Dommage.

En route vers la finale

La semaine s’annonce chargée pour District 31, qui bouclera sa deuxième saison à Radio-Canada jeudi soir. Enfin, nous allons découvrir tout ce qui entoure l’assassinat de Nadine Legrand (Magalie Lépine-Blondeau) et l’implication nébuleuse des services secrets dans cette enquête qui a duré plusieurs mois.

L’auteur Luc Dionne n’a d’autre choix que de récompenser notre patience. Nous l’avons suivi aveuglément – et passionnément – dans les nombreux méandres de son investigation et maintenant, c’est le temps de passer aux aveux. Préparez la salle miroir, s’il vous plaît, et allumez les deux caméras.

De toute façon, le scénariste sait qu’il perdrait des milliers de fans s’il étirait son intrigue davantage.

Alors, pourquoi Clément Fecteau (Pierre Leblanc), des services secrets, n’a-t-il pas empêché le meurtre de la lieutenante Legrand s’il se trouvait sur les lieux de l’accident ? Il y a des limites à vouloir « protéger une enquête », il me semble. Il y a eu mort de femme ici.

Aussi, si le bon Daniel Chiasson (Gildor Roy) répète encore « on ne peut pas tout dire, moi-même je ne savais pas tout », je perds la carte. C’est le temps de cracher le morceau, mon commandant.

Et pourquoi est-ce que plus personne ne se soucie de Geoffroy Morin (Luc Picard) ? Un patron de police qui disparaît, c’est grave. Très grave, même. Les fédéraux s’en occupent, nous dit-on. Mais les fédéraux n’ont pas l’air de chercher fort, fort.

Jeudi soir, nous avons appris qu’un contrat de 50 000 $ a été mis sur la tête de Stéphane Pouliot (Sébastien Delorme). Le motard Christian Phaneuf (Emmanuel Auger) a également demandé à son associé Robin Ménard (Jean-Nicolas Verreault) de frapper un grand coup. Ça ne sent pas bon, tout ça.

Quant à Amélie/Nadia/Miss BBQ (Charlotte Legault), c’est évident que la jeune femme en sait plus que ce qu’elle prétend. Mais qui est-elle, exactement ? Une agente double, elle aussi ? Il ne reste que quatre épisodes pour l’apprendre. Grosse semaine pour nous et notre gang du 31.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.