Incroyable mais vrai !

Jeune prodige

Jeremiah Travis n’a que 5 ans, mais il joue avec l’ensemble de percussions de la St. Helena College and Career Academy, une école secondaire située à Greensburg, en Louisiane, depuis deux ans déjà !

La Presse

Football  Rouge et Noir d’Ottawa

Campbell s’en va

L’entraîneur-chef du Rouge et Noir d’Ottawa, Rick Campbell, ne sera pas de retour avec l’équipe la saison prochaine. Campbell a indiqué qu’il ne pouvait pas continuer à occuper son poste à la conclusion d’une saison où le Rouge et Noir a terminé au dernier rang de la Ligue canadienne de football, avec une fiche de 3-15. Le Rouge et Noir a indiqué qu’il allait payer Campbell la saison prochaine, la dernière de son contrat, mais qu’il était libre de chercher un nouvel emploi. Campbell est devenu l’entraîneur-chef du Rouge et Noir lors des débuts de la concession, en 2014. Il a guidé le club vers la finale de la Coupe Grey lors de trois des quatre dernières saisons, dont une conquête du titre en 2016.

— La Presse canadienne

Football  Browns de Cleveland

Whitehead congédié

Le comportement inapproprié de Jermaine Whitehead sur les réseaux sociaux lui a coûté son emploi. Les Browns de Cleveland ont congédié le demi de sûreté, lundi, quelques heures après l’avoir réprimandé pour ses messages « totalement inacceptables et hautement inappropriés » à la suite d’une défaite de 24-19 face aux Broncos de Denver, dimanche. Whitehead a publié plusieurs messages menaçants et vulgaires sur Twitter alors qu’il était toujours en uniforme à la suite de la quatrième défaite de suite des Browns. L’un des gazouillis de Whitehead visait Dustin Fox, un ancien joueur de la NFL qui fait partie du personnel du réseau radiophonique de l’équipe. Fox avait déjà envoyé un message critiquant le comportement de Whitehead. Les gazouillis du joueur de 26 ans incluaient des jurons et l’un d’eux utilisait un terme racial péjoratif.

— Associated Press

Boxe

Álvarez dans le ring le 18 janvier

Eleider Álvarez, ancien champion du monde des mi-lourds de la World Boxing Organization (WBO), remontera sur le ring le 18 janvier à l’occasion d’un combat contre l’Américain Michael Seals. L’affrontement de 10 rounds entre Álvarez (24-1, 12 K.-O.) et Seals (24-2, 18 K.-O.) sera présenté au Turning Stone Casino de Verona, dans l’État de New York, en demi-finale du gala présenté par Top Ranks sur les ondes d’ESPN+, et aura à l’enjeu le titre Continental des Amériques du World Boxing Council (WBC). Álvarez n’a pas boxé depuis sa défaite contre le Russe Sergey Kovalev à Frisco, au Texas, le 2 février dernier. Kovalev l’avait alors emporté par décision unanime, reprenant ainsi le titre de la WBO que lui avait soutiré le Montréalais d’origine colombienne en août 2018.

— La Presse canadienne

Course automobile

Penske achète le circuit d’Indianapolis et la série IndyCar

Le groupe Penske s’est porté acquéreur lundi du circuit automobile d’Indianapolis et de la série IndyCar, une transaction dans laquelle la famille Hulman cède le contrôle de l’emblématique anneau de vitesse après en avoir été propriétaire pendant 74 ans. Tony Hulman a acheté le circuit en ruine en 1945 et permis le retour des courses à l’angle de la 16e Rue et de Georgetown Avenue après une absence de quatre ans, après la Seconde Guerre mondiale. Roger Penske ne deviendra que le quatrième propriétaire du circuit en 110 ans. La transaction inclut également les nombreuses filiales du circuit, notamment la série IndyCar et les productions Indianapolis Motor Speedway. Le groupe Penske appartient au milliardaire Roger Penske. Ce dernier est le propriétaire d’équipe qui a connu le plus de succès dans l’histoire des 500 milles d’Indianapolis avec 18 victoires, dont celle de Simon Pagenaud en mai.

— Associated Press

Baseball

Jays et Brewers transigent

Les Blue Jays de Toronto ont acquis le lanceur droitier Chase Anderson des Brewers de Milwaukee, lundi. En retour, les Jays ont cédé le joueur de premier but Chad Spanberger, qui évolue au niveau AA. Anderson a compilé une fiche de 8-4 avec une moyenne de points mérités de 4,21 en 32 matchs la saison dernière. Il a retiré 124 frappeurs sur des prises contre seulement 50 buts sur balles en 139 manches lancées. Le Texan a connu sa meilleure saison en 2017, avec une fiche de 12-4 et une moyenne de points mérités de 2,74.

— La Presse canadienne

Soccer  MLS

Vela est le joueur par excellence

Carlos Vela a obtenu le titre de joueur par excellence de la MLS après une récolte record de 34 buts en saison avec le Los Angeles FC, devenant le premier Mexicain à gagner ce trophée. Vela a également obtenu 15 passes au fil de sa saison dominante à Los Angeles. Il a devancé au scrutin l’attaquant suédois Zlatan Ibrahimović, du Galaxy de Los Angeles, au scrutin pour le titre. Le Los Angeles FC a remporté le trophée de la saison après avoir conservé le meilleur dossier de l’histoire de la MLS (21-4-9), mais il s’est incliné devant les Sounders de Seattle en finale de l’Association de l’Ouest la semaine dernière.

— Associated Press

Formule 1  Lewis Hamilton

La chasse au record est lancée

AUSTIN, Texas — Un par un, Lewis Hamilton a doublé les grands pilotes de l’histoire de la Formule 1. Sauf un.

Et maintenant, Hamilton se rapproche rapidement de l’héritage du grand Michael Schumacher. Ses chances de le rattraper, que l’on croyait autrefois impossibles, semblent maintenant très, très bonnes.

Hamilton a remporté son sixième championnat en carrière, dimanche, en terminant deuxième au Grand Prix des États-Unis.

Le sixième titre de Hamilton, son cinquième depuis 2014, a permis au pilote britannique de devancer l’Argentin Juan Manuel Fangio, le « Parrain » de la Formule 1, qui a remporté cinq titres dans les années 50.

Hamilton est maintenant seul derrière Schumacher. « C’est un honneur de figurer avec ces grands », a-t-il déclaré.

Et il y a peut-être urgence pour Hamilton de tenter de rejoindre Schumacher.

Bien qu’il ait déclaré qu’il resterait probablement avec Mercedes après l’expiration de son contrat actuel en 2020, il est âgé de 34 ans et l’un des plus vieux pilotes du plateau.

La Formule 1 modifiera ses règlements en 2021 avec l’espoir qu’ils relanceront l’intérêt et la rivalité avec des modifications techniques aux voitures et un budget limité pour contraindre les grandes équipes comme Mercedes, Ferrari et Red Bull.

Et si Mercedes a remporté six titres des constructeurs dans la foulée des succès de Hamilton, Ferrari et Red Bull ont suffisamment progressé pour que beaucoup voient un championnat plus ouvert dès l’année prochaine.

Beaucoup ont cru la même chose en 2019, mais Hamilton et Mercedes ont encore une fois pris le dessus.

Hamilton compte 10 victoires cette saison, un total qui le place tellement devant son coéquipier Valtteri Bottas qu’il n’avait besoin que de terminer huitième ou mieux, dimanche à Austin, pour s’assurer le titre.

Hamilton a sans doute eu la vie facile au cours des trois dernières années. En 2017 et en 2018, il a remporté ses titres à Mexico lors de courses où il n’a même pas terminé sur le podium.

Il a remporté le titre dimanche même s’il est passé à côté d’une victoire qui aurait pu mettre un point d’exclamation au championnat.

Hamilton aurait pu prendre les choses mollo, mais il a plutôt choisi de se mêler à la lutte pour la victoire lorsqu’il est passé du cinquième au troisième rang dès le premier tour.

Il s’est plus tard hissé en tête et y est resté jusqu’à ce que Bottas le dépasse dans les derniers tours.

« Vous pouvez voir à quel point Lewis est toujours motivé. Il veut remporter chaque course et obtenir le meilleur résultat possible », a affirmé le directeur de l’équipe Mercedes, Toto Wolff.

Hamilton a remporté son premier championnat à 23 ans chez McLaren, en 2008, gagnant par un point grâce à un dépassement au dernier virage du dernier tour lors de la dernière course au Brésil.

Il n’en a pas gagné un autre avant de se joindre à Mercedes.

La voiture ou le pilote ?

La domination immédiate de Mercedes depuis l’ère des moteurs hybrides a amené certains à se demander si c’était la voiture ou le pilote qui remportait les titres.

Mais Hamilton a été le pilote aux commandes de ces missiles argentés sur les circuits et sa parfaite maîtrise en a réduit plusieurs au silence.

Il a relevé le défi posé par son ancien coéquipier Nico Rosberg en 2014 et en 2015, puis a tenu tête à Sebastian Vettel, de Ferrari, en 2017 et en 2018.

Les discussions autour du record de sept titres de Schumacher ont commencé en 2017, quand Hamilton a égalé les quatre titres de Vettel.

Après la course dimanche, Vettel s’est rendu dans la salle de repos pour offrir une poignée de main et une accolade à Hamilton.

Hamilton a qualifié 2019 de l’un de ses championnats les plus difficiles jusqu’ici. Il a pris le départ de la position de tête à quatre reprises et a signé seulement deux victoires dans ces circonstances.

Il a également fait allusion à la mort en mai de son ami et ancien champion de Formule 1 Niki Lauda, qui a été président non exécutif de l’équipe Mercedes et qui jouait un rôle important dans le garage de l’équipe.

« Il me manque tellement. Aujourd’hui, il aurait enlevé sa casquette. Je n’aurais pas pu le faire sans Niki », a reconnu Hamilton.

Maintenant, la chasse au record de Schumacher est vraiment lancée.

— Jim Vertuno, Associated Press

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.