VALÉRIAN MAZATAUD

Montréal-Nord, d’hier à aujourd’hui

Au Centre des arts actuels Skol, logé au 3e étage du Belgo, le photojournaliste Valérian Mazataud expose, dans le cadre du festival Art souterrain, le résultat de plusieurs années de travail à Montréal-Nord. Son projet Grand Nord revisite l’histoire de cet arrondissement après avoir fait participer quelque 85 citoyens du quartier à son processus créatif.

Valérian Mazataud s’intéresse à Montréal-Nord depuis 2012, quand les résidants ont souligné les quatre ans de la mort de Fredy Villanueva, jeune homme de 18 ans tué par un agent du Service de police de la Ville de Montréal, le 9 août 2008, au cours d’une intervention policière dans un parc où des jeunes jouaient aux dés.

« J’étais arrivé au Québec en 2007 et cette histoire m’avait frappé, dit Valérian Mazataud, photographe né en France. Je découvrais une facette du Québec qui m’avait étonné. Je voulais voir par moi-même si Montréal-Nord était vraiment le Bronx dont on parlait, et m’éloigner de l’idée reçue en m’imprégnant de l’endroit. »

L’approche documentaire du photographe a d’abord été classique. Il a réalisé des entrevues, assisté à des événements locaux et pris des photos pour illustrer les liens sociaux dans l’arrondissement. « Ça me semblait un contre-pied de ce qu’on présentait souvent sur le quartier, soit la déliquescence sociale, les gangs de rue, etc. », dit Valérian Mazataud, qui a exposé cette première phase du projet au festival Voies-Off d’Arles, en France, en 2015.

Le centre Skol lui a alors demandé de poursuivre son travail sur Montréal-Nord, ce qu’il a fait entre juillet et décembre 2018.

« J’ai décidé de créer un dialogue temporel avec de vieilles photos appartenant à des aînés ayant grandi dans ce quartier ou à la Société d’histoire et de généalogie de Montréal-Nord et de recréer les scènes de ces photos lors d’ateliers avec des habitants pour illustrer la vie locale et les rencontres intergénérationnelles. »

Le photographe a travaillé avec les organismes Les fourchettes de l’espoir et La maison culturelle et communautaire de Montréal-Nord. Il a fait choisir des photos par une soixantaine de jeunes et 25 adultes en francisation. Puis, il a organisé des mises en scène pour mimer ce que l’on voit sur les vieilles photos.

« Les gens se répartissaient les rôles, prenaient les photos ou encore jouaient le rôle de directeur artistique, dit Valérian Mazataud. Je louais des accessoires chez des costumiers et les jeunes apportaient des robes ou des bijoux. »

L’exposition de Valérian Mazataud soulève bien des réflexions. Elle fait découvrir à ceux qui ne le savent pas que Montréal-Nord est encore et toujours un village, traversé par un ruisseau (le ruisseau De Montigny, avec même quelques petits rapides !), que ce quartier qui était, en 2015, le plus pauvre du Canada en matière de revenus familiaux en est un où la solidarité n’est pas un vain mot. Et qu’il n’est pas seulement composé de citoyens d’origine haïtienne, car la population est très diverse, contrairement à ce qu’elle était dans les années 40 et 50.

« Le quartier de Montréal-Nord est à l’image de Montréal, du Québec et du Canada, soit très cosmopolite. Ça transparaît à travers les photos. Et toutes ces personnes ont un même sentiment d’appartenance à leur quartier. »

— Valérian Mazataud, photojournaliste

Ces deux jeunes garçons ont pu explorer l’histoire de leur quartier. Ils portent un trophée lié à leur pratique du hockey, mimant la scène de la photo voisine où deux chasseurs du siècle dernier tenaient fièrement dans leurs mains leur trophée de chasse.

De la même manière, la religieuse que l’on voit assise à son bureau d’enseignante, un 24 octobre 1966, devant le slogan « Mon âme glorifie le Seigneur », inscrit sur le tableau, contraste avec celle du 9 novembre 2018 où le Seigneur a été remplacé par un iPhone…

Des jeunes de Montréal-Nord ont aussi mimé une vieille photo où l’on voit l’ex-maire de Montréal-Nord Yves Ryan, resté en poste de 1963 à 2001, en compagnie de l’homme d’affaires Tommy D’Errico, fondateur de la société Beaver Asphalte et ex-trésorier du Parti libéral du Québec.

« Le maire Ryan a vraiment eu un impact pour transformer la petite bourgade de Montréal-Nord de quelques centaines d’habitants en une véritable ville qu’il a asphaltée et pourvue d’usines textiles. »

— Valérian Mazataud, photojournaliste

Une autre photo importante de l’exposition date de 1947. Elle représente le souper inaugurant le lancement de la Chambre de commerce et d’industrie de Montréal-Nord (CCIMN), avec les notables de l’époque. Elle a été placée à côté d’une mise en scène similaire recréée par Valérian Mazataud avec trois jeunes filles du quartier, une mise en scène qui ne pouvait mieux convenir.

En effet, la CCIMN a joué un rôle important dans le développement non seulement économique, mais aussi social de Montréal-Nord, appuyant les mouvements civiques et le bien-être de la collectivité. La jeune Chambre de commerce visait, en effet, à favoriser l’abondance et à créer des liens forts. Comme le fait Valérian Mazataud dans sa démarche de photojournaliste.

Grand Nord, de Valérian Mazataud, à Skol (372, rue Sainte-Catherine Ouest, espace 314, Montréal), jusqu’au 6 avril. 

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.