Jeux_Urbains

Lutte extérieure rue Crescent

La rue Crescent se convertira aujourd’hui en véritable arène de combat pour accueillir les premiers Jeux_Urbains de lutte olympique, initiative de l’OSBL XP_MTL. Près d’une vingtaine de lutteurs canadiens et internationaux s’affronteront dans des duels amicaux commentés par Georges St-Pierre, ex-champion de combat ultime, et le combattant James Mancini. Les hostilités commenceront dès 19 h. Le public est invité à assister gratuitement à l’évènement à l’angle des rues De Maisonneuve Ouest et Crescent.

— Michael Deetjens, La Presse

Gastronomie

Le vignoble Clos Jordanne renaît

La fin du Clos Jordanne en 2016 a laissé un goût amer aux amateurs de vin canadien. Le vignoble de la péninsule du Niagara était le symbole du potentiel et du succès viticole du pays. Son propriétaire, Arterra Canada, a depuis changé d’avis. Il relance le projet avec l’aide du Québécois Thomas Bachelder. Deux vins Grand Clos seront mis en vente à l’automne.

Thomas Bachelder se rappelle avoir pleuré lorsqu’il a quitté le Clos Jordanne pour fonder sa propre marque, en 2010. Il a été le premier vinificateur du domaine phare de Niagara et ses cuvées ont remporté de prestigieux prix. La tristesse a cependant été encore plus grande lorsque le vignoble, alors propriété du géant américain Constellation Brands, a cessé sa production en 2016.

« Il y avait un trou énorme à Niagara », dit le vinificateur, né en Estrie.

Le communiqué de presse diffusé à l’époque avait expliqué que les faibles récoltes des années 2014 et 2015 avaient eu raison de la viabilité de la marque. Les dernières bouteilles commercialisées étaient issues de la vendange 2012. La division canadienne de Constellation Brands a été vendue, quelques mois plus tard, au Régime de retraite des enseignantes et enseignants de l’Ontario, sous le nom d’Arterra Canada.

Le retour du Grand Clos

Thomas Bachelder passe avec son vieux camion devant les vignes du Clos Jordanne tous les jours sur l’escarpement à Niagara. Après la fermeture, il a souhaité, comme de nombreux autres producteurs de la péninsule, acheter les raisins cultivés sur ces parcelles pour les vinifier sous son nom.

Arterra Canada refusait. L’entreprise préférait plutôt les inclure dans ses autres cuvées, comme celles de la marque Inniskillin.

Convaincu du potentiel du terroir, Thomas Bachelder a persuadé l’entreprise de changer d’idée et de vinifier séparément les vins. La société lui a de nouveau confié la responsabilité. Elle a toutefois décidé de faire renaître uniquement les grandes cuvées, soit celles issues de la parcelle la plus prestigieuse, côté ouest, appelée Grand Clos. Cette parcelle correspond à peu près à la moitié de toutes les vignes du domaine.

« Le Grand Clos est plus minéral, le plus agréablement tendu. Les vins se bonifient avec l’âge. Ça montre de la noblesse dans les deux couleurs et ça, ça démontre le terroir. »

— Le vinificateur Thomas Bachelder

La décision a été prise en 2017. Deux millésimes du Grand Clos sont en cours d’élevage dans les caves de l’entreprise. Les premières bouteilles de chardonnay et de pinot noir ont même déjà été produites et seront mises en vente à l’automne.

Contre toute attente, elles seront vendues moins cher. Le prix du Grand Clos passera de 75 $ à 45 $.

« Nous souhaitons refamiliariser le public avec Le Clos Jordanne et revenir sur le marché à un prix modeste », explique Michelle Saba, directrice des communications chez Arterra Canada.

Les vignes du Clos Jordanne auront 20 ans l’an prochain. Elles ont pris de l’âge depuis les derniers vins commercialisés, issus de la vendange 2012. Ce qui veut dire que les nouvelles cuvées du Grand Clos devraient être meilleures.

Qui est Arterra Canada ?

Vins Arterra Canada possède huit domaines viticoles au Canada, dont les plus connus sont Jackson-Triggs et Inniskillin. L’entreprise représente aussi plusieurs vins étrangers au pays, dont ceux de Kim Crawford, et exploite les magasins Wine Rack en Ontario. Au Québec, elle commercialise les vins de la gamme Bù.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.