Soccer  MLS

Toronto toujours favori

Voici un état des forces des associations de la MLS, à quelques jours du début

de la saison.

Association de l’Est

1. Toronto FC

On ne change pas une recette gagnante. Dix des onze titulaires lors de la finale de décembre jouent toujours avec le TFC. Et pour compenser le départ de l’arrière droit Steven Beitashour, le TFC a embauché le Néerlandais Gregory van der Wiel et le Brésilien Auro. Encore une année de rêve à Toronto ?

2. Atlanta United

Atlanta est promis à de très grandes choses grâce à son prestigieux recrutement. Bien des yeux seront braqués sur le milieu offensif Ezequiel Barco, acquis pour la somme record de 15 millions US (18,7 millions CAN). Atlanta a acquis un joueur majeur par ligne, ce qui le place encore davantage dans le groupe des prétendants à la Coupe MLS.

3. New York City FC

Les années passent, mais l’attaquant David Villa est toujours aussi efficace sous le maillot de NYCFC. La retraite d’Andrea Pirlo a permis de changer de direction en embauchant Jesus Medina, un joueur désigné paraguayen de 20 ans qui peut jouer comme meneur de jeu ou ailier. On verra encore les New-Yorkais en séries.

4. Orlando City SC

La quatrième année devrait être la bonne pour Orlando qui n’a toujours pas participé aux séries. Cyle Larin est parti dans la controverse, mais les Lions ne manquent ni de créativité dans le dernier tiers – Sacha Kljestan et Josue Colman – ni de finition en Dom Dwyer. Justin Meram a aussi connu la meilleure campagne de sa carrière en 2017. Il reste cependant des doutes en défense.

5. Fire de Chicago

Après une première présence en séries depuis 2012, le Fire fait tout de même face à quelques interrogations. Quelle sera la gestion de Bastian Schweinsteiger, 33 ans, qui a connu une saison préparatoire minceur ? Nemanja Nikolic (24 buts) pourra-t-il faire aussi bien qu’en 2017 ? Et Aleksandar Katai peut-il compenser la perte de David Accam et de ses 14 buts ?

6. Red Bulls de New York

En se séparant de Kljestan, New York perd son capitaine, son meilleur passeur et celui qui a créé le plus d’occasions en 2017. L’Argentin Kaku, arrivé de Huracán, est son successeur tout désigné, mais les Red Bulls possèdent une profondeur intéressante en milieu de terrain. Carlos Rivas sera la doublure de l’excellent Bradley Wright-Phillips (21 buts en moyenne depuis 2014).

7. Crew de Columbus

On ne reconnaît plus le Crew, qui a échangé Ola Kamara et Meram au cours de l’hiver. À eux deux, ils avaient inscrit 34 buts et amassé 12 passes décisives en 2017. Pour les remplacer, le Crew compte sur Gyasi Zardes, replacé dans l’axe, Pedro Santos, décevant à son arrivée, et sur Eduardo Sosa, considéré comme le successeur de Federico Higuain.

8. Impact de Montréal

Outre l’arrivée de Rémi Garde, 10 nouveaux joueurs ont été recrutés, dont le défenseur central Zakaria Diallo, ainsi que les milieux Saphir Taïder et Jeisson Vargas. Mais l’Impact a-t-il suffisamment de profondeur et tous les atouts adéquats dans cette association hyper compétitive ? Pas certain.

9. Union de Philadelphie

Dans les quatre dernières années, l’Union n’a jamais amassé plus de 42 points. Difficile d’imaginer une très grosse amélioration même si Philadelphie a payé très cher pour faire l’acquisition du rapide ailier David Accam. La position de meneur de jeu, pour épauler CJ Sapong, a été comblée par le Tchèque Borek Dockal.

10. DC United

En 2013, DC United avait pris le dernier rang avant de finir en tête la saison suivante. Dernier en 2017, DC ne répétera pas cet exploit, mais il a le potentiel pour se mêler à la lutte pour les séries. David Ousted, Frédéric Brillant, Ulises Segura, Darren Mattocks et surtout Yamil Asad apportent du sang neuf. Des doutes existent au poste de numéro 9.

11. Revolution de la Nouvelle-Angleterre

Le feuilleton Lee Nguyen a animé les premiers mois de Brad Friedel à la barre de l’équipe. Après sa bouderie, le créatif milieu est revenu dans le giron de l’équipe, mais dans quel état d’esprit se retrouvera-t-il ? Au chapitre du recrutement, Wilfried Zahibo apporte du volume en milieu de terrain tandis que Cristian Penilla est reconnu pour sa vitesse.

ASSOCIATION DE L’OUEST

1. Sounders de Seattle

Après deux finales, dont un titre, les Sounders ont à peine retouché leur effectif. En utilisant l’allocation financière ciblée, ils ont tout de même embauché le milieu offensif norvégien Magnus Wolff Eikrem. Les partisans espèrent maintenant l’arrivée d’un numéro 9 même si Will Bruin a suscité l’étonnement en 2017. Jordan Morris, blessé au genou, ratera toute la saison.

2. Timbers de Portland

Fin de cycle à Portland avec les départs de l’entraîneur Caleb Porter et du tout premier choix de l’équipe, Darlington Nagbe. Gio Savarese, nouvel instructeur, hérite d’une équipe aux bases solides – dont le joueur par excellence Diego Valeri – auxquelles s’ajoutent le jeune Paraguyen Cristhian Paredes et l’attaquant suédois Samuel Armenteros.

3. Sporting Kansas City

Le Sporting n’attire pas l’attention comme d’autres clubs, mais Peter Vermes a fait de belles choses cet hiver. Emiliano Amor s’ajoute à une défense qui n’a accordé que 29 buts l’an dernier. Le besoin se situe davantage sur le plan de l’animation offensive, ce qui explique l’arrivée des deux joueurs désignés Yohan Croizet et Felipe Gutierez. L’attaquant Diego Rubio devra sortir de sa coquille.

4. FC Dallas

Le FC Dallas n’a remporté que deux matchs après le 22 juillet. Pour corriger le tout, les Texans ont modifié la moitié de leur défense et acquis un nouveau joueur désigné en l’ailier Santiago Mosquera. Il reste qu’une bonne partie des succès passe par le meneur Mauro Diaz, moins tranchant en 2017 et toujours fragile physiquement.

5. Galaxy de Los Angeles

En 2017, le Galaxy a connu une dégringolade de 20 points. Depuis, bien des lacunes ont été comblées dans chaque secteur. En attaque, Ola Kamara a été un modèle de constance depuis deux ans. Cela va-t-il réveiller Giovani dos Santos, décevant l’an dernier ? Finalement, impossible ne pas mentionner la rumeur concernant Zlatan Ibrahimovic.

6. Real Salt Lake

Visages de la franchise depuis plus d’une décennie, Kyle Beckerman et Nick Rimando sont restés fidèles au RSL plutôt que de profiter de leur statut de joueur autonome. Autour d’eux, on verra quelques nouveaux visages, dont les milieux de terrain Pablo Ruiz (San Luis) et Damir Kreilach (Union Berlin). Le RSL reste une équipe de milieu de peloton.

7. Whitecaps de Vancouver

Après une élimination sans gloire face à Seattle en séries, Carl Robinson avait promis quelques retouches à son effectif. Cela s’est essentiellement matérialisé par l’arrivée des attaquants Anthony Blondell et Kei Kamara, bien connu des Montréalais. L’expérimenté Efrain Juarez s’ajoute au milieu de terrain. Il reste le besoin d’améliorer le secteur défensif.

8. Los Angeles FC

Une équipe d’expansion plonge toujours dans l’inconnu, mais le Los Angeles FC a toutes les cartes en main pour participer aux séries. Le groupe de Bob Bradley est un bon mélange de « vedettes » internationales et de joueurs bien connus en MLS. Le club de Marc Dos Santos et de Laurent Ciman sera particulièrement suivi au Québec.

9. Dynamo de Houston

L’un des objectifs du Dynamo sera de faire évoluer un style qui faisait trop la part belle aux contre-attaques en 2017. Plus facile à dire qu’à faire puisque la majorité de l’effectif texan, qui excelle en transition, sera de retour cette saison. Alex et Erick Torres ne sont plus en MLS.

10. Earthquakes de San Jose

Qualifiés d’extrême justesse pour les dernières séries, les Quakes ont non seulement revu une bonne partie de leur effectif, mais également pris un virage jeunesse. Seulement trois joueurs sont âgés de plus de 30 ans. De ce lot, Chris Wondolowski pourra compter sur le soutien du joueur désigné suédois Magnus Eriksson.

11. Rapids du Colorado

L’hiver s’est déroulé sous le signe du changement au Colorado avec un nouvel entraîneur et une dizaine d’acquisitions. Ne surfant pas sur la vague latine, l’état-major a majoritairement puisé en Grande-Bretagne. Rappelons que le Colorado n’est reconnu ni pour la cohérence de son recrutement ni pour ses choix judicieux au chapitre des joueurs désignés.

12. Minnesota United

L’an dernier, Minnesota s’est quelque peu repris après un début de saison catastrophique. Mais les séries sont encore hors de portée pour les Loons qui n’ont guère fait de vagues en matière de recrutement. En priorité, ils devront améliorer une défense qui a encaissé… 70 buts en 2017.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.