Clipper Round the World Race

Simon DuBois rêve d’une victoire

À quelques jours de la fin de leur tour du monde, Simon DuBois et son équipe rêvent plus que jamais à une victoire à la Clipper Round the World Yacht Race. Leur bateau Visit Seattle vient de terminer l’avant-dernière étape loin devant ses adversaires. L’équipe du Sherbrookois se retrouve donc à quelques points seulement de la tête du classement général.

Lors de sa dernière entrevue avec La Presse, Simon DuBois s’apprêtait à entreprendre la dernière étape, qui incluait deux courses, du tour du monde d’un an. Son équipe était alors ravie de sa troisième position au classement général et espérait peut-être monter d’un rang à la toute fin du périple. Mais jamais elle n’avait pensé s’approcher autant de la première place.

Lors de la traversée de l’Atlantique, l’équipe a toutefois réussi un « sans-faute ».

« La course s’est tellement bien passée. On n’a fait aucune erreur et ç’a été très payant pour nous », a déclaré DuBois, visiblement très heureux du résultat.

Lors de cette avant-dernière course, les 12 embarcations ont quitté New York pour traverser l’océan Atlantique, considéré comme « redoutable ». Les conditions météorologiques ont par moments été très difficiles et tous les participants ont déchiré au moins une voile. L’équipe de Visit Seattle a d’ailleurs mis 36 heures à réparer sa toile.

« Il n’a pas fait super froid, mais on a quand même été aux prises avec des systèmes météo assez forts. Comme les autres équipages, on a eu notre lot d’avaries. Ç’a été tout un travail de soutenir l’équipe de réparation de voile et de continuer à faire avancer le bateau en même temps », raconte le comptable québécois.

Avant de prendre le départ, ses camarades et lui ont discuté plus que jamais des tactiques qu’ils allaient adopter durant la traversée. Par le passé, l’équipe s’est parfois fait piéger par les courants, mais cette fois-ci, Visit Seattle a su tirer profit du Gulf Stream.

« L’organisation de la Clipper ne pouvait espérer un meilleur dénouement », s’exclame DuBois.

« Les trois premières positions vont se déterminer dans les derniers milles et deux femmes capitaines bataillent pour la première place. Si une skipper femme remporte la course, ce serait une première. »

— Simon DuBois

Sanya Serenity Coast, skippée par l’Australienne Wendy Tuck, occupe toujours le premier rang de la compétition.

De nostalgique à compétitif

Simon DuBois a senti un changement d’ambiance sur le Visit Seattle depuis que l’équipage est arrivé à Derry-Londonderry, en Irlande. À New York, il y a deux semaines, ses coéquipiers ressentaient une sorte de nostalgie à la veille de la dernière étape du tour du monde. Maintenant, ils ont soif de victoire.

« Quand on s’inscrit à la course, on a tous des motivations différentes. Il y en a pour qui c’est un voyage ou une exploration d’un univers inconnu. Moi, j’adore compétitionner même quand je fais la vaisselle à la maison. J’ai la compétition dans le sang », déclare DuBois.

« Le fait qu’on soit proche de la première place a changé la dynamique. Les gens semblent avoir mis de côté le fait que c’est la fin pour se concentrer et gagner la prochaine course. »

Le dernier départ aura lieu le 22 juillet prochain, vers le port de Liverpool, là où la course a commencé l’an dernier. Et vers un couronnement, qui sait ?

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.