Chronique

Qui est la mystérieuse prisonnière de District 31 ?

On sait peu de choses de la jeune femme qui vit en captivité dans un sous-sol glauque d’inspiration Guantánamo depuis le début de la troisième saison de District 31 à Radio-Canada.

Ce personnage mystérieux, campé par Sophie Desmarais, s’appelle Charlène Baribeau et a 25 ans. Elle a accès à des livres et à des albums photos souvenirs, mais n’a aucune façon de communiquer avec l’extérieur, si ce n’est en glissant des notes manuscrites à travers des fentes.

Depuis la rentrée de septembre, la caméra ne nous montre Charlène que brièvement, en fin d’épisode. Jeudi soir, kaboum, le punch concocté par l’auteur Luc Dionne nous a scié les jambes tel un scoop juteux de Jean Brière (Jeff Boudreault).

Si vous avez accumulé du retard dans l’écoute de vos épisodes de District 31, éteignez les micros et les caméras – il y en a une ici et une autre là – pour prévenir les divulgâcheurs, merci. C’est bon ? Alors, c’est le sergent-détective Yannick Dubeau (Patrice Godin) qui garde dans sa cave humide la pauvre prisonnière. Pow.

D’abord, Yannick Dubeau a bien caché ses traits de psychopathe derrière sa façade affable et sympathique. Un beau spécimen de détraqué, celui-là. Dr Jekyll et M. Hyde, bonsoir.

Un conseil ici à la jolie Stéphanie (Virginie Ranger-Beauregard) : sauve-toi au plus vite et change de cellulaire.

Maintenant, pourquoi Yannick retient-il Charlène contre son gré ? Un premier indice a filtré lundi soir. En lui montrant des photos de Miss BBQ et de ses trois copines escortes, Yannick nous a appris que Charlène a probablement déjà fréquenté le milieu de la prostitution. Sinon, pourquoi Yannick soupçonnerait-il que Charlène connaît ces travailleuses du sexe ?

Autre hypothèse : Charlène détient la clé qui permettrait de résoudre un cold case lié à Yannick Dubeau, dont le passé embrouillé n’a pas encore été exploré.

C’est ma théorie préférée, la plus plausible. Yannick n’a aucun intérêt à ce que Charlène vide son sac. Ça le foutrait dans le pétrin.

Aussi, quand le commandant Daniel Chiasson (Gildor Roy) a sonné à la porte de Yannick, qui habite seul, on a vu que Charlène avait été bâillonnée et ligotée. Elle ne subit donc pas un entraînement paramilitaire pour apprendre à vivre en captivité comme une espionne des services secrets. De toute évidence, Charlène a été enlevée depuis plusieurs mois et ne se cache pas de quelqu’un.

On me dit qu’il faut prêter attention aux dessins qui ornent les murs de la cellule de Charlène. Peut-être que des réponses à nos nombreuses questions s’y trouvent.

Et Charlène envoyait-elle des signaux en code morse quand elle tapait sur la patte métallique de sa chaise ? Jointe hier, la productrice de District 31, Fabienne Larouche, a simplement dit que nous n’avons encore rien vu de cette intrigue. « Cette histoire-là est juste incroyable », indique-t-elle.

Du dimanche à la quotidienne !

Voilà, c’est confirmé. Radio-Canada a déconnecté Les échangistes et Le beau dimanche, mais ramènera l’animateur Jean-Philippe Wauthier – en solo, comme aux Gémeaux – dans la case horaire estivale qu’a occupée Pénélope McQuade pendant huit saisons.

« Il était temps de rafraîchir notre grille d’été et de donner un autre défi à Pénélope McQuade », a commenté hier la directrice générale de la télé de Radio-Canada, Dominique Chaloult.

Seul derrière son pupitre, Jean-Philippe Wauthier prendra les commandes du nouveau talk-show quotidien de la grande tour en avril 2019, qu’il coproduira avec son complice Guillaume Lespérance (Le beau dimanche, La soirée est encore jeune). L’émission ne porte pas encore de titre et le concept s’esquisse présentement. Il y aura un band en studio et l’horaire de diffusion demeurera identique à celui des Échangistes.

Par contre, adieu le talk-show dominical à l’été 2019. « Ça se recoupait trop », note Dominique Chaloult.

La nouvelle offrande de Jean-Philippe Wauthier pourrait évoquer l’esprit de Bons baisers de France, dont la liste d’invités ratissait très large. Radio-Canada dit avoir d’autres projets pour Pénélope McQuade et Rebecca Makonnen la saison prochaine.

Petit dimanche

Quand c’est férié le lendemain, les cotes d’écoute des émissions dominicales ont tendance à fléchir. Le dimanche précédant l’Action de grâce n’a pas fait exception à cette règle.

L’émission la plus regardée a été Révolution (1 009 000) à TVA, suivie de LOL (827 000), La vraie nature (786 000) et Tout le monde en parle (735 000). Des chiffres peu élevés à ce temps-ci de l’année.

Chez V, la première élimination d’Occupation double a été suivie par 449 000 personnes. De retour à TVA, Vlog a intéressé 710 000 curieux.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.