ça fait jaser

Ces personnalités font parler d’elles pour le meilleur ou pour le pire. Tour d’horizon des nouvelles d’ici ou d’ailleurs qui animeront les conversations autour de la machine à café.

Centre du Théâtre d’Aujourd’hui

Peau neuve pour la nouvelle saison

Gros chantier cet été dans les locaux du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui (CTD’A), rue Saint-Denis.

Des rénovations sont en effet prévues pour reconfigurer et moderniser le hall d’entrée, la façade et une large partie de l’équipement scénique. Résultat : la direction du théâtre a dû retrancher un spectacle de sa salle principale pour la saison 2019-2020, qui va s’amorcer à la mi-novembre plutôt qu’à la fin de septembre.

Après avoir célébré avec succès le 50e anniversaire de l’institution théâtrale – pas moins de 30 000 personnes ont fréquenté les deux salles du CTD’A la saison dernière –, le codirecteur général et directeur artistique Sylvain Bélanger propose une saison 2019-2020 sous le signe de l’humilité et de l’autre, « cet autre dont on a besoin pour raconter une histoire », dit-il.

Salle principale

Constituons !, l’ambitieux projet de Christian Lapointe qui ouvre la saison, est un des exemples les plus probants de ce fil rouge qui parcourt toute la programmation. Le concepteur a sillonné le Québec avec 42 citoyens pour écrire une Constitution du Québec d’aujourd’hui.

« Il nous rappelle qu’une Constitution ne devrait pas être laissée aux seuls juristes, mais que c’est un exercice démocratique qui nous appartient à tous. D’ailleurs, je me suis reconnu dans chaque phrase que j’ai entendue. »

— Sylvain Bélanger, codirecteur général et directeur artistique, au sujet du travail de Christian Lapointe.

Suivra, en janvier, Corps célestes, du dramaturge et poète Dany Boudreault, dont les mots seront repris pour la première fois sur la scène principale du CTD’A. « Dans une langue très forte, Dany nous présente un adolescent prêt à entendre toutes les révélations qui soient, tant sur le monde que sur lui-même. »

En mars, c’est l’auteure Rébecca Déraspe qui a rendez-vous pour la première fois dans la salle principale avec son texte Ceux qui se sont évaporés, porté par une distribution de huit acteurs. « Le texte part d’un phénomène troublant au Japon, où 100 000 personnes disparaissent volontairement chaque année au moyen d’agences spécialisées. Rébecca imagine une femme qui a préparé ainsi sa propre disparition ; elle nous présente ceux qui sont restés derrière et qui ne peuvent plus que fabuler sur ce que cette femme est devenue. »

La saison se clôt, dans la salle principale du moins, avec Pas perdus, un documentaire scénique signé Anaïs Barbeau-Lavalette et Émile Proulx-Cloutier, présenté en avril. « Anaïs a passé un an et demi à se promener avec son micro pour enregistrer des témoignages. Émile a tout le matériel audio en main pour tisser une trame qui va relier l’histoire de ces gens. » Sur scène se retrouveront une dizaine de non-acteurs, dont plusieurs sont issus de minorités culturelles. Ce qui les unit tous ? Sylvain Bélanger refuse de le dévoiler…

Salle Jean-Claude-Germain

Cinq spectacles se succéderont à la salle Jean-Claude-Germain, mettant en scène tantôt la vie d’un couple sur fond de chambardement social et médiatique, tantôt une famille dysfonctionnelle qui s’entredéchire un certain soir d’Halloween 1995, tantôt encore trois mères aux sexualités distinctes, portées par la langue âpre et sans compromis de la poète Marjolaine Beauchamp. Anne-Marie Olivier y interprétera Maurice, un fonctionnaire atteint d’aphasie, tandis qu’Évelyne de la Chenelière prêtera son talent d’interprète au rôle d’un dramaturge (appelons-le Guillaume Corbeil !) en plein road trip sur les traces de Jeffrey Alan Lash, cet Américain qui se prétendait mi-homme, mi-extraterrestre…

Ça fait jaser

Chantera, chantera pas à l’Eurovision, Madonna ?

Il semble finalement que Madonna atterrira en Israël aujourd’hui, accompagnée d’un entourage de 135 personnes, pour interpréter « deux » chansons aux finales du concours Eurovision. Les préparatifs pour sa prestation de samedi soir sont entamés. Hier, après que le producteur délégué du concours, Jon Ola Sand, eut indiqué que le contrat avec la star n’était pas encore signé, sa présence a été mise en doute par des médias. Selon M. Sand, cité dans The Times of Israel, il reste apparemment « des désaccords concernant les droits de télédiffusion de la performance de Madonna ». Toujours selon le journal, c’est le philanthrope israélo-canadien Sylvan Adams qui finance « en grande partie » la venue de Madonna à Tel-Aviv (1,3 million de dollars). La chanteuse a été vivement critiquée par des citoyens et artistes, dont le musicien Roger Waters, pour cette prestation à venir en Israël. Un mouvement en appelle même au boycottage de l’Eurovision. Hier, Madonna a rétorqué qu’aucun objectif politique n’allait l’empêcher de pratiquer son art. — Luc Boulanger, La Presse

Ça fait jaser

Un prix pour Arcade Fire

Arcade Fire recevra le 8 juin le prix Peace and Justice Activist pour son travail en Haïti, un trophée qui sera remis par l’organisation Artists for Peace and Justice, au Ritz-Carlton de Montréal. Les membres du groupe Régine Chassagne, Win Butler, Richard Reed Parry et Tim Kingsbury offriront une performance lors du gala-bénéfice, où ils seront accompagnés sur scène par plusieurs artistes, dont le DJ Michael Brun, d’Haïti, et le chanteur et militant Paul Beaubrun. Depuis plus de 10 ans, Arcade Fire amasse des fonds pour Haïti par l’entremise des organisations Plus1, Partners In Health et de la Fondation KANPE que Régine Chassagne a cofondée avec la députée Dominique Anglade. Parmi les lauréats du prix Peace and Justice Activist, on trouve notamment les acteurs Sean Penn et Susan Sarandon et le chanteur Jackson Browne. — Stéphanie Vallet, La Presse

Ça fait jaser

James Bond blessé, tournage suspendu !

Le journal britannique The Sun rapporte que le tournage du 25e film de James Bond a dû être interrompu la semaine dernière en Jamaïque en raison d’une blessure que Daniel Craig a subie. L’interprète de James Bond a fait une chute malencontreuse et s’est tordu une cheville en tournant une scène où il piquait un sprint. En principe, le tournage aurait dû reprendre à la fin de la semaine à Londres, aux studios Pinewood, mais le journal indique qu’il a été annulé. Rappelons qu’une première tuile était déjà tombée sur ce « Bond 25 » il y a quelques mois. Le retrait de Danny Boyle (Steve Jobs) avait forcé les producteurs à trouver in extremis un autre réalisateur (Cary Joji Fukunaga) et à repousser les dates de tournage et de sortie. Mettant aussi en vedette Rami Malek, Léa Seydoux, Ben Wishaw, Naomi Harris et Ralph Fiennes, ce nouvel opus prendra maintenant l’affiche le 8 avril 2020. Si tout va bien…

— Marc-André Lussier, La Presse

Ça fait jaser

Le nouveau film de Woody Allen sortira en France en septembre

Le dernier film de Woody Allen, jamais sorti en salles en raison d’anciennes accusations d’agressions sexuelles visant le réalisateur américain, sera sur les écrans français le 18 septembre, a annoncé son distributeur Mars Films sur Twitter. Un jour de pluie à New York, le 50e  ong métrage de Woody Allen, sortira au cinéma le 18 septembre 2019. Le film réunit au casting Timothée Chalamet, Elle Fanning, Selena Gomez, Jude Law. « Cette comédie romantique se passe de nos jours à New York City », a indiqué Stéphane Célérier, à la tête de Mars Films. Distribué par Amazon, Un jour de pluie à New York est bouclé depuis 2017 et devait initialement sortir en salles début 2018, ce qui n’a pas eu lieu à cause d’accusations sur le passé de Woody Allen qui ont resurgi. Il n’a pas non plus été mis en ligne sur la plateforme vidéo d’Amazon. — Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.