Chronique

Du bocconcini, c’est quoi ça ?

Pascal Groulx, 36 ans, déchiffre le menu proposé pour son mariage automnal. Il bute sur le mot bocconcini, incapable de le prononcer, incapable de dire de quoi il s’agit. Sa future épouse, Tara Lawson, 39 ans, bloque sur un autre produit culinaire suggéré pour l’entrée : « salade jardinière, vinaigrette à l’estragon ». C’est quoi, ça ?

À Occupation double, cette scène aurait évidemment été ridiculisée. Non, mais quelle bande de cabochons incultes ! Tout le monde sait que du bocconcini, c’est un gros jeu de pétanque italien, non ? (NDLR : oui, c’est un gag fromagé)

Dans la fascinante docuréalité La famille Groulx de Canal Vie, on pardonne tout à Pascal, Tara et leurs 10 enfants aux accents hybrides du West Island. Parce qu’on les suit depuis cinq ans, parce qu’on les aime d’amour et parce qu’on mélangerait sûrement le masculin et le féminin après une journée passée à la cabane à sucre avec une trâlée de jeunes perfusés au sirop d’érable.

Dans ce contexte d’épuisement constant et de surstimulation permanente, les « si j’aurais », la « belle ajout » et une « bonne appétit » passent mieux chez les sympathiques Groulx que chez les égomaniaques douchebags de l’Afrique du Sud.

Canal Vie amorce le jeudi 17 octobre à 20 h la diffusion des nouveaux épisodes de La famille Groulx. Il s’agit – encore et toujours – de l’émission la plus regardée de cette chaîne spécialisée appartenant Bell Média.

La popularité des Groulx, qui habitent Saint-Lazare, près de Vaudreuil-Dorion, ne me surprend pas. Ça se voit et ça se sent que Pascal et Tara adorent leur marmaille. Tara multiplie les attentions pour chacun de ses rejetons à un point où on se demande : comment jongle-t-elle avec autant de balles sans ne jamais en échapper une ?

La sincérité et l’authenticité des Groulx traversent dans nos salons. Malgré leur situation exceptionnelle, ils mènent une vie plutôt traditionnelle. Un petit-déjeuner chez eux, c’est minimum quatre livres de bacon.

Contrairement à certaines familles téléréelles américaines, les Groulx ne font pas des bébés pour les commanditaires ou la célébrité. Ils aiment vraiment ce mode de vie grouillant.

Et ils ont beaucoup d’humour, ainsi qu’un sapré sens de l’organisation (merci, Tara). Leur sous-sol, rempli de bacs en plastique empilables, ressemble à un entrepôt Costco.

Pour ce clan pas du tout religieux, l’activité la plus banale se transforme en expédition extrême. Du genre : habiller les enfants pour jouer dans la neige ou les amener patiner au parc. Il faut : a) de la patience, b) un minibus et c) de la patience infinie.

La nouvelle saison de La famille Groulx démarre à la Saint-Valentin 2019, alors qu’une gastro fulgurante cloue tout le monde au lit sauf Tara, qui a même le temps d’écrire un livre et de planifier ses noces.

Parlant de festivités, c’est la saison des bals de finissants qui s’amorce pour Tristan, 18 ans, et Sasha, 17 ans. Ils grandissent, nos petits Groulx. Haylee, 11 ans, est également « devenue une femme », dixit sa maman.

Au moment des tournages, qui ont débuté en février, Pascal ne travaillait plus (vive les allocations familiales). Il s’est déniché un nouvel emploi depuis. Et le mariage qu’organisent Pascal et Tara se déroulera dimanche, dans une auberge de Sainte-Marthe, non loin de Rigaud. La palette de couleurs choisies ? Champagne, bourgogne et gris foncé.

Ah oui, l’annonce officielle a été faite l’été dernier, mais Tara Lawson attend son 11enfant, quelque part autour du 31 décembre. Vous verrez sans doute sa bedaine dimanche à Tout le monde en parle, alors que les 12 membres du clan Groulx-Lawson visiteront Guy A. Lepage et Dany Turcotte. Faudra sortir la deuxième rangée de tabourets !

Tout le monde en parle accueillera aussi Hugues Duguay et Billy Taillefer, les deux hommes de Senneterre dont je vous parlais dans ma chronique d’hier. Ces deux amis d’enfance ont été faussement accusés du meurtre de Sandra Gaudet, 14 ans, violée et étranglée à Val-d’Or, en mars 1990. L’excellente docusérie Meurtriers sur demande du Club illico raconte leur histoire extrêmement troublante.

Toute la vie en arrache

Le téléroman Toute la vie de Radio-Canada a perdu des plumes mardi soir. Sa cote d’écoute en direct a été évaluée à 538 000 téléspectateurs, soit un peu moins que celle d’Occupation double (556 000) de V. À TVA, L’heure bleue a rejoint 903 000 adeptes. À 21 h, 5Rang (737 000) reste devant Les honorables (566 000). Eh oui, District 31 maintient son pouvoir d’attraction immense (1 512 000).

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.