les vins de la semaine

Des vins pour nos assiettes colorées

Tout le monde le sait : le bon vin, ça se fait à la vigne. Et les meilleurs vins sont ceux de vignerons qui bichonnent leurs vignobles comme un jardin. Voici trois domaines qui cultivent leurs vignes avec grand soin, et trois vins printaniers, légers et axés sur la fraîcheur, qui iront à merveille avec des plats où brillent les légumes printaniers, les verdures et les herbes fraîches.

Un rosé pour l’été

Eh oui, de nouveau cette année un des meilleurs rapports qualité-prix en rosé, le Pive est devenu un incontournable de nos étés. Il constitue aussi la preuve irréfutable que ce n’est pas parce qu’on est gros qu’on ne peut pas bien travailler. Issu de grenache surtout, avec un peu de merlot et de cabernet franc cultivés en bio dans les sols sablonneux du littoral de Camargue, il offre un nez fin, aux accents de pêche, d’agrumes et de garrigue. Sec et frais en bouche, avec des saveurs délicates et un très joli gras. Pour l’apéro ou avec des salades de verdures et de légumes, ou une truite grillée aux herbes.

Garde : à boire

Le Pive Gris Sable de Camargue 2018, 15,60 $ (11372766), 12 %, bio (aussi en vinier de 3 L : 13731371, 50,15 $)

Un riesling frais et parfumé

Peu de vins combinent puissance et légèreté avec la même grâce que le riesling allemand. Surtout entre les mains de grands vignerons comme les Dönnhoff. Leur « petit » riesling charme par son nez frais et parfumé : pêche, pomme verte, agrumes, fleurs blanches et citronnelle. En bouche, le charme est absolu : hyper juteux et vivifiant. Léger, mais avec de la matière et de la profondeur. Sec – un tout petit peu de sucre (5,9 g) contribue au caractère juteux, puis est dissipé par une acidité fringante – et hyper sapide. Délicieux seul, avec des plats aux légumes verts, tel un risotto aux asperges, aux petits pois ou aux épinards, ou avec des pétoncles poêlés au romarin ou aux agrumes.

Garde : de 6 à 8 ans

Dönnhoff Riesling Trocken Nahe 2017, 26,20 $ (13510552), 11,5 %

Un rouge du Portugal

La région du Vinho Verde, dans le nord du Portugal, est surtout connue pour ses vins blancs légers. Mais autrefois, c’était les rouges qui dominaient ici : des vins simples, légers et rafraîchissants, qui accompagnaient les repas de tous les jours. Exactement ce que propose ici Anselmo Mendes, qui produit aussi d’excellents blancs. Élaboré avec les cépages locaux alverelhão, pedral, borraçal et vinhão, le vin est très léger, hyper frais, avec des saveurs de petits fruits rouges, d’agrumes, une impression de minéralité et une certaine poigne, malgré peu de tanins. À servir rafraîchi, avec des légumes grillés, un poulet rôti aux herbes ou des pâtes à la saucisse et aux courgettes.

Garde : à boire

Anselmo Mendes Pardusco Vinho Verde 2015, 17,30 $ (13169577), 12 %

À la carte

La scène gastronomique montréalaise se réinvente sans cesse. Ouvertures de restaurants, nouveaux menus, événements… Nous vous présentons chaque semaine ce qu’il ne faut pas manquer pour bien boire et bien manger.

En vedette

La Bête à Pain à l’assaut de Laval !

L’ouverture était attendue, pas de doute. C’est désormais chose faite : après Ahuntsic et Griffintown, La Bête à pain a ouvert ses portes à Laval il y a deux semaines, dans le nouveau complexe Must Société, un magasin de meubles et d’accessoires qui comprend aussi, entre autres, un Céragrès et un fleuriste (Prune Les Fleurs). Le projet de 75 places du chef Marc-André Royal – aussi connu pour son restaurant Le Saint-Urbain – a été vite adopté par les Lavallois à la recherche d’un bon pain, de desserts alléchants, de petits plats à emporter (tous faits sur place) ou d’un endroit pour prendre un café, le lunch ou le brunch le week-end – déjà extrêmement populaire, sachez-le. La carte, précise le chef propriétaire, appuyé sur place par son chef de cuisine Jonathan Bonsergent, changera selon les saisons et les arrivages. Lors de notre passage, crevettes de la Côte-Nord avec poireau vinaigrette, asperges et têtes-de-violon avec flanc de porc et pétoncles du Maine et boudin blanc à la plancha étaient à l’honneur. De quoi rendre bien des Montréalais jaloux… — Iris Gagnon-Paradis, La Presse

1969, autoroute des Laurentides, Laval

Actualités

Taverne Atlantic : un nouveau bar gourmand dans le Mile-Ex

Il y aura bientôt un nouveau bar gourmand dans le quartier Mile-Ex. La Taverne Atlantic, à l’angle de l’avenue du Parc et de la rue Beaubien, mijote dans les chaudrons d’Éric Dupuis, d’Alexandre Baldwin et d’Alexandre Wolosianski (Taverne Square Dominion, Balsam Inn et Henrietta) depuis un certain temps. Simon Cantin (copropriétaire du restaurant Manitoba) s’est associé au trio. Le bar offrira un grand choix de bières, des cocktails et des vins d’auteur. Il y aura une terrasse ainsi qu’un menu de type casse-croûte pour se remplir la panse. L’ouverture est prévue à la fin du mois.

— Ève Dumas, La Presse

Collaboration

Midis véganes au Renoir

L’idée a été lancée, un peu comme un défi, au chef Olivier Perret par une des hôtesses du restaurant Renoir, convertie à l’alimentation végétalienne : pourquoi ne pas inviter un chef végane pour ajouter un peu de végétal au menu ? Défi accepté, et c’est ainsi que le chef du Lola Rosa, Émeric Hommey, a eu carte blanche du restaurant du Sofitel Montréal afin de créer un menu entièrement végétalien pour sa clientèle, une première. Servi du 11 au 15 juin, sur l’heure du midi, le menu trois services (offert à 36 $) met une gastronomie végane raffinée à l’honneur, avec des plats comme le tartare de carottes fumées et shiitakés teriyaki, un bourguignon de champignons ou un tajine du printemps, sans oublier un délicieux gâteau amandes et fraises signé par la chef pâtissière du Lola Rosa, Maggie Plourde.

— Iris Gagnon-Paradis, La Presse

Festivals gourmands

Rendez-vous gourmands, de Sherbrooke à Boucherville

Le festival des festivals gourmands estivaux est commencé ! Depuis hier et jusqu’à demain, Sherbrooke t’en bouche un coin accueille les festivaliers au parc Jacques-Cartier. Pour cette sixième présentation, 25 chefs de la région sont réunis sous un grand chapiteau afin de mettre de l’avant les plaisirs de la table avec nombre d’activités, de dégustations et de cours au programme. Puis, la semaine prochaine, Boucherville prend le relais avec La Grande Gourmandise. Du 14 au 16 juin au Centre urbain Boucherville, ce festival qui s’est donné comme mission de valoriser et célébrer la culture gastronomique d’ici propose une panoplie d’activités autour des plaisirs gourmands, dont le grand marché, avec découvertes et dégustations de centaines de produits québécois. 

— Iris Gagnon-Paradis, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.