Réseau express métropolitain

« Ça va être une petite révolution »

L’arrivée du futur Réseau express métropolitain sur la Rive-Sud va changer complètement la dynamique pour le Réseau de transport de Longueuil (RTL). Finies les voies réservées, les lignes locales express pour Montréal, les enfilades d’autobus à l’entrée du centre-ville. Pour le RTL, c’est l’occasion rêvée de repenser l’ensemble de son réseau, en dialogue constant avec ses usagers. Pour 8000 d’entre eux, c’est aussi la menace d’un « choc tarifaire » appréhendé dès 2021.

rive-sud de montréal

Un modèle à transformer

Ce matin, comme tous les jours de semaine, environ 23 000 personnes vont monter dans les dizaines d’autobus partant des stationnements Panama et Chevrier en direction du pont Champlain et de Montréal. Des bus arrivant des rues de Brossard vont se joindre au défilé ininterrompu des véhicules qui longent l’autoroute 10 pour se glisser dans la voie réservée du pont, balisée par des cônes orange, et filer jusqu’au centre-ville.

Depuis plus de 20 ans, dans l’axe du pont Champlain, l’organisation des transports collectifs entre la Rive-Sud et Montréal repose sur cette voie réservée « temporaire » créée à la fin des années 70, et sur deux stationnements incitatifs aménagés en bordure de l’A10, qui offraient jusqu’à l’an dernier plus de 3800 places aux usagers des express Panama (ligne 45) et Chevrier (ligne 90).

Or, dans deux ans et demi, avec la mise en service du Réseau express métropolitain (REM), il n’en restera presque rien. Les autobus du Réseau de transport de Longueuil (RTL), principal utilisateur de la voie réservée, ne traverseront plus le fleuve. Ils n’en auront plus le droit, en vertu d’une entente signée l’an dernier entre la Caisse de dépôt et placement du Québec, promoteur du REM, et l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), qui planifie les services de transports collectifs à l’échelle de la région.

Dans la nouvelle répartition des tâches en matière de transports collectifs métropolitains, imposée avec l’implantation du REM, le rôle du RTL sera désormais de rabattre les usagers vers l’une des trois stations du futur réseau afin de leur permettre de prendre le train en direction du centre-ville.

La clientèle impliquée

Ce n’est pas au RTL qu’on va s’en plaindre. Selon le directeur général Michel Veilleux, l’utilisation de cette voie réservée, qui ne fonctionne qu’en périodes de pointe, monopolise présentement presque 30 % de ses circuits de bus et représente 15 % de l’ensemble de sa prestation quotidienne de services.

« L’arrivée du REM, en 2021, va être l’occasion de redéployer l’ensemble des services sur une partie de notre réseau qui date, dans bien des secteurs, du milieu des années 90 », dit M. Veilleux.

« On va se concentrer sur la partie de notre territoire située au sud de la route 116, soit Saint-Lambert, Brossard, Saint-Hubert et Saint-Bruno. Et cet exercice-là, on va le faire avec nos usagers. »

— Michel Veilleux, directeur général du Réseau de transport de Longueuil

Lundi soir, au centre socioculturel Alphonse-Lepage de Brossard, le RTL tiendra une première séance de consultations publiques pour permettre à sa clientèle « d’exprimer ses besoins, ses attentes et ses priorités en matière de mobilité à travers des ateliers interactifs et dynamiques ».

Le RTL, dit Michel Veilleux, « veut sonder sa clientèle, connaître ses priorités, savoir ce que les usagers trouvent le plus important. Où vont-ils ? Au centre-ville ou ailleurs ? Qu’est-ce qu’ils privilégient, de la vitesse, de la proximité, de la fréquence ? En sachant que [les] ressources [du RTL] sont limitées, qu’est-ce qui doit passer en premier » ?

Cette consultation permettra aussi au public de comprendre un peu mieux à quoi il peut s’attendre d’ici décembre 2021.

vers le centre-ville... et plus loin encore

« Le REM, ça va être une petite révolution, affirme sans détour le directeur général du RTL. Les trois stations de la Rive-Sud vont nous donner accès à un service de train léger rapide, bidirectionnel, régulier, et qui roule toute la journée », en lieu et place d’une voie réservée aux autobus balisée quotidiennement avec des cônes, et qui ne fonctionne qu’en période de pointe.

« Le REM nous ouvre aussi de nouvelles destinations au centre-ville, à L’Île-des-Sœurs et jusque dans le bassin de l’autoroute 40, ajoute Michel Veilleux. Les usagers vont pouvoir se connecter à l’aéroport de Dorval, la Rive-Nord, Laval, ou rejoindre directement les universités de Montréal et McGill, des points de destination majeurs pour nos jeunes. »

La multiplication des destinations possibles à partir de la Rive-Sud, l’interconnexion du REM avec les autres réseaux de transports collectifs de la métropole et l’attrait d’un mode de transport rapide et moderne pourraient faire bondir la fréquentation des bus du RTL de 20 % d’ici cinq à dix ans, selon Michel Veilleux.

Plus encore, soutient le DG du RTL, le REM va complètement transformer les modèles de déplacement en transports collectifs dans tout l’axe du pont Champlain, en remplaçant une infrastructure conçue pour répondre à des déplacements pendulaires (en périodes de pointe) par « un service qui va s’apparenter davantage à ce qu’on voit dans l’axe de la ligne jaune du métro ».

« Avec une clientèle qui va et vient dans les deux sens, et qui circule toute la journée, pas seulement aux heures de pointe », complète M. Veilleux. Et avec, aussi, ce qu’une telle dynamique des transports implique en termes de nouveaux besoins et de nouveaux services de bus, de services à la demande ou de « micro-transit », que le RTL devra trouver le moyen de livrer d’ici la fin de 2021.

Le compte à rebours est commencé.

Changements profonds

Pour les usagers, l’arrivée du REM changera profondément les habitudes. Avec une correspondance obligée dans les stations Panama, Du Quartier et Rive-Sud, la mise hors service du stationnement Chevrier, la réduction du stationnement Panama à seulement 200 places, la trajectoire quotidienne entre la Rive-Sud et Montréal ne sera plus jamais pareille après 2021. Le système actuel fonctionne à merveille (sauf par les journées de grands vents ou lorsqu’il vient de neiger et qu’on n’arrive pas à faire tenir les cônes en place). Les usagers lui sont fidèles. Chaque matin, pas moins de 60 % de tous les déplacements par des résidants de Brossard, en direction de Montréal, passent par cette voie réservée ! « La voie réservée sur le pont Champlain a été un success story, reconnaît Michel Veilleux, mais on a hâte de passer à autre chose. Depuis 20 ans, la population a changé, les patrons de déplacement changent, des quartiers vieillissent, d’autres ont rajeuni. C’est l’occasion parfaite de recentrer nos services. »

— Bruno Bisson, La Presse

Qu’en pensent les usagers ?

L’arrivée prochaine du Réseau express métropolitain (REM) va bouleverser les habitudes de ceux qui traversent les ponts matin et soir en transports en commun. Des usagers font part de leurs attentes… et de leurs inquiétudes.

Justine Graton : 

« J’ai hâte que ça soit fait. Entre-temps, c’est un peu le bordel », explique Justine Gagnon, qui fait référence à l’imprévisibilité des voies réservées en heure de pointe. Pour elle, le REM, avec sa ligne directe, est une solution au problème. Néanmoins, elle se rend au terminus Chevrier de Brossard tous les matins en voiture et se questionne sur l’organisation des transports jusqu’aux nouveaux terminus. « Si je n’ai pas besoin de prendre mon auto, tant mieux », conclut-elle.

Maimouna Kebe :

Pour Maimouna Kebe, le REM facilitera ses déplacements jusqu’à l’aéroport. En ce qui concerne ses déplacements jusqu’au travail et les changements de tarifs, elle explique qu’ils seront inévitables. « On va s’ajuster, on n’a pas le choix. Le changement est là. »

André Saint-Germain :

André Saint-Germain, lui, échappera aux changements… parce qu’il prévoit déménager au centre-ville. Selon lui, le transport est « assez difficile » entre la Rive-Sud et Montréal. « C’est plus simple de se rapprocher de son lieu de travail », dit-il. Sa conjointe et lui perdent actuellement jusqu’à une heure et demie tous les matins pour se rendre au boulot.

Marc-André Guay-Vinet :

« Je suis gagnant sur toute la ligne », estime Marc-André Guay-Vinet. À distance de marche du futur terminus du Quartier du REM, il explique que ses déplacements vers le travail seront plus rapides comme il n’aura plus besoin de prendre sa voiture. Il ajoute que « ce qui est génial, c’est qu’il n’y aura plus de trafic comme il n’y a personne d’autre sur les voies. Il va y avoir moins de variabilité dans les transports ».

Jonathan Tardif : 

Jonathan Tardif n’entrevoit pas de changements dans ses déplacements. « Ça ne changera pas grand-chose comme je risque de prendre la voiture pour me rendre à la station. J’imagine qu’ils vont prévoir assez de places de stationnement. »

Manon Lafontaine : 

« Honnêtement, ça ne fait pas mon affaire », déplore Manon Lafontaine, en attente du bus 59 au terminus Centre-ville, la ligne express qu’elle prend tous les jours pour se rendre au bureau. Elle s’inquiète d’avoir à se déplacer jusqu’au terminus Panama et espère qu’un circuit sera offert à partir de son domicile. Prendre sa voiture pour aller jusqu’à la station du REM n’est pas une option pour elle.

Marc Zanpino :

« Ça va changer, mais pas nécessairement pour le mieux », s’inquiète Marc Zanpino.

Mohamed Ouessal :

Mohamed Ouessal, un usager quotidien du Réseau de transport de Longueuil, ne s’oppose pas à une augmentation des tarifs, pourvu qu’elle soit justifiée par une amélioration de la qualité du service.

Linda Beauchamp :

« Le REM ne facilitera pas mes déplacements », explique Linda Beauchamp, qui conduit tous les matins jusqu’au terminus Panama pour éviter d’être « entassée » dans un autobus. Elle ne voit d’ailleurs pas comment le REM pourrait être moins encombré.

Réseau express métropolitain

Un choc tarifaire pour des milliers d’usagers ?

Plus du tiers des 23 000 usagers actuels de la voie réservée aux autobus du pont Champlain vont subir un choc tarifaire après la mise en service du REM, en passant d’un tarif local du Réseau de transport de Longueuil (RTL) à un tarif métropolitain, qui coûte actuellement jusqu’à 88 % de plus.

En entrevue à La Presse, le directeur général du RTL, Michel Veilleux, affirme que cet « enjeu tarifaire » devrait toucher jusqu’à 8000 usagers actuels du RTL, qui prennent chaque jour dans leur municipalité respective l’une des 27 lignes locales du réseau qui traversent le fleuve Saint-Laurent, jusqu’au centre-ville de Montréal, en empruntant la voie réservée sur le pont Champlain.

« On a des enjeux tarifaires potentiels qui sont sous le contrôle de l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM). Ces changements tarifaires vont s’effectuer à différents niveaux », explique M. Veilleux.

« Actuellement, on a près de 8000 personnes qui bénéficient d’un lien direct entre l’agglomération et le terminus du centre-ville de Montréal tout en payant seulement un tarif local du RTL, précise-t-il. Tous ces gens-là vont maintenant avoir à correspondre avec le REM, ce qui va faire un changement » non seulement dans leurs habitudes, mais aussi fort probablement dans leur portefeuille.

La majorité de ces passagers n’ont actuellement à payer qu’un tarif local ordinaire de 98,50 $ par mois pour utiliser les bus du RTL et traverser le pont en période de pointe vers Montréal. En comparaison, les dizaines de milliers d’usagers qui passent de la Rive-Sud à Montréal par la ligne jaune du métro doivent payer un tarif mensuel interzone (zone 3) de 138 $ par mois. C’est une différence de tarif de presque 40 $ par mois.

Pour un étudiant universitaire de plus de 18 ans, le tarif mensuel local du RTL coûte 58,50 $ actuellement, alors que le tarif métropolitain de zone 3 s’élève à 110 $, soit 88 % de plus.

« Incohérence »

À l’ARTM, qui a maintenant compétence exclusive sur tous les enjeux de tarifs dans les transports collectifs de l’ensemble de la région métropolitaine, on reste très prudent sur la question. L’Autorité, formée il y a deux ans à peine, a entrepris de réviser tous les tarifs exigés à Montréal et dans les banlieues pour accéder au métro, aux services de bus ou aux trains de banlieue, si bien qu’en 2021, lorsque le REM sera mis en service, tous les tarifs énumérés ci-dessus auront changé.

Dans un courriel à La Presse, la chef des affaires publiques et communications Fanie St-Pierre rappelle que l’ARTM a hérité d’un système où fonctionnaient en parallèle une quinzaine d’organismes de transports différents, qui établissaient tous leurs propres tarifs en fonction des besoins particuliers ou des demandes de leur clientèle.

Cela a donné un système de transport où coexistent aujourd’hui « 17 grilles tarifaires différentes et plus de 750 titres distincts ».

« La complexité du système tarifaire actuel, affirme Mme St-Pierre, a créé au fil du temps des incohérences et des iniquités entre les usagers, notamment en ce qui concerne l’utilisation de titres locaux pour les autobus en partance de Longueuil ou Laval qui font le trajet vers le centre-ville, et qui permettent donc de traverser plusieurs zones tarifaires différentes sans que les usagers aient à en assumer les coûts. »

La chef des affaires publiques de l’ARTM estime tout de même qu’« il est beaucoup trop tôt pour affirmer qu’une portion de la clientèle du RTL pourrait subir une sorte de choc tarifaire ».

Dans le cadre de ces travaux, l’ARTM étudiera plusieurs scénarios de tarification basés sur le mode de transport (bus seulement, métro, REM, etc.), sur la distance parcourue, sur la fréquence du service ou sur les zones parcourues.

À cette étape du processus, dit Mme St-Pierre, « toutes les options sont encore sur la table ».

Réseau express métropolitain

Trois nouvelles stations sur la Rive-Sud

Terminus Rive-Sud

Emplacement

Quadrant sud-ouest de l’échangeur des autoroutes 30 et 10, près du boulevard de Rome

Services projetés

Accès universel

À l’abri des intempéries

Terminus d’autobus : 22 quais

Dépose-minute (débarcadère) : 20 aires

Supports à vélo : 50

Stationnement incitatif : 3000 places

Fréquence et temps de parcours projetés

Heure de pointe : départ toutes les 2,5 minutes

Hors pointe : départ toutes les 5 minutes

Temps de parcours depuis la gare Centrale : 16 minutes

Prévisions d’achalandage (embarquements, en 2031)

En pointe du matin : 5600

Sur 24 h : 7350

Station Du Quartier

Emplacement

Au centre de l’autoroute 10, à la hauteur du boulevard du Quartier

Services projetés

Accès universel

À l’abri des intempéries

Supports à vélos : 74

Stationnement : 0

Fréquence et temps de parcours projetés

Heure de pointe : départ toutes les 2,5 minutes

Hors pointe : départ toutes les 5 minutes

Temps de parcours depuis la gare Centrale : 13 minutes

Prévisions d’achalandage (embarquements, en 2031)

En pointe du matin : 5000

Sur 24 h : 6150

* Données préliminaires sujettes à changement

Station Panama

Emplacement

Au centre de l’autoroute 10, entre le boulevard Taschereau et le boulevard Pelletier

Services projetés

Accès universel

À l’abri des intempéries

Terminus d’autobus : 31 quais

Dépose-minute (débarcadère) : 30 aires

Supports à vélo : 200

Stationnement incitatif : 200 places

Fréquence et temps de parcours projetés

Heure de pointe : départ toutes les 2,5 minutes

Hors pointe : départ toutes les 5 minutes

Temps de parcours depuis la gare Centrale : 10 minutes

Prévisions d’achalandage (embarquements, en 2031)

En pointe du matin : 15 300

Sur 24 h : 20 000

Source : Bureau de projet du Réseau express métropolitain

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.