Analyse

C’est un début

La défaite de 24-17 des Alouettes à Ottawa, hier soir, devrait insuffler un peu d’enthousiasme aux troupes. Les Als ont mené durant une bonne partie du match et plusieurs éléments positifs sont ressortis de la rencontre dans la capitale.

Dans son discours d’avant-match, Mike Sherman avait parlé de fierté à ses joueurs. « Assurez-vous d’être fiers de votre performance individuelle lorsqu’on regardera l’enregistrement de ce match [aujourd’hui]. Rendez vos enfants fiers. Jouez avec effort et intensité », avait essentiellement dit l’entraîneur-chef.

Le message a manifestement été entendu. Les Alouettes ont joué avec une combativité qui était complètement absente à leur match précédent et, à une exception près, depuis plus d’un an. La défense a accordé près de 500 verges de gains à Trevor Harris, c’est vrai, mais elle a également réussi cinq revirements et quelques autres jeux clés.

Les secondeurs Chris Ackie et Hénoc Muamba se sont mis en valeur. Le premier en marquant un touché à la suite d’une interception, le deuxième avec quelques solides plaqués et en récupérant un échappé.

À son premier match avec les Alouettes, Joe Rankin a réussi quelques beaux jeux, lui aussi, et la jeune ligne défensive a fait plutôt bonne figure en l’absence de John Bowman. Le plaqueur Ryan Brown a particulièrement bien fait en provoquant deux revirements.

Mais au quatrième quart, l’unité de Rich Stubler était complètement vidée, ce qui n’étonnera personne. Elle a passé plus de 36 minutes sur le terrain au total.

Un pas de géant pour Manziel

L’attaque des Alouettes a été incapable d’obtenir un premier jeu lors de ses quatre dernières séries, ce qui a forcé la défense à rester sur le jeu trop longtemps. Plus la rencontre progressait, plus il devenait évident que les Als doivent actuellement se débrouiller avec un cahier de jeux qui manque d’épaisseur. De semaine en semaine, la gamme de jeux avec lesquels Johnny Manziel se sentira à l’aise augmentera.

Avec une plus grande sélection de jeux et lorsque ses passes auront retrouvé un peu plus de mordant et de doigté, Manziel sera productif. Il a fait un pas de géant entre son désastre de la semaine dernière et son match correct d’hier (16 en 26 pour 168 verges et 36 verges en 3 courses).

Manziel a notamment permis aux siens d’inscrire un majeur en portant le ballon jusqu’à la ligne des buts avant d’être solidement frappé par Jonathan Rose. Il a perdu le ballon, mais Kristian Matte l’a récupéré dans la zone des buts. Un jeu qui en dit long sur le courage du nouveau quart des Als dans le feu de l’action, que l’on a vu sourire à plusieurs reprises, hier.

Manziel et B.J. Cunningham sont passés près de réussir un long jeu à trois occasions. Adarius Bowman et Eugene Lewis ont également échappé des passes qu’ils auraient dû saisir.

Il ne manquait pas grand-chose pour que le jeu aérien des Als prenne réellement son envol hier. Ça s’en vient.

Ernest Jackson, lui, n’a rien échappé et a joué son meilleur match de la saison, peut-être même depuis qu’il est à Montréal. Il a mené l’équipe avec 5 attrapés pour 61 verges et a joué avec plus d’intensité. C’est encourageant pour les Als.

À sa première partie avec l’équipe, Bowman a commis un échappé et a bien failli en commettre un deuxième. Il devra mieux faire s’il espère relancer sa carrière.

Dozier et Glass ciblés

Le nom de Tommie Campbell a curieusement été rayé de la formation, hier soir. Sherman a expliqué à Didier Orméjuste, de RDS, que c’était pour des raisons personnelles. C’est à Branden Dozier qu’est donc revenue la mission de remplacer le meilleur demi de coin du club.

Dozier et Tyquwan Glass ont respectivement terminé le match avec 13 et 12 plaqués. C’est rarement bon signe lorsque des demis défensifs en obtiennent autant. Ça veut généralement dire que l’adversaire attaque ces joueurs, et ç’a bel et bien été le cas hier soir. Les deux jeunes demis défensifs se sont toutefois bien battus et n’ont pas à rougir de l’effort qu’ils ont fourni.

Il reste que Trevor Harris a complété 44 de ses 54 passes pour 487 verges. L’effort de la défense montréalaise y était et le groupe a su tirer parti des occasions qui s’offraient à lui. En revanche, il reste encore beaucoup de travail et les Stubler et compagnie devront trouver des solutions.

C’est bien sûr la même chose du côté de l’attaque, mais il y a enfin des raisons de croire que les choses s’amélioreront sous peu. Manziel continuera de progresser.

La ligne offensive a beaucoup mieux joué, et que dire de Tyrell Sutton, qui a une fois de plus été la bougie d’allumage ? L’avez-vous vu courir alors qu’il avait perdu son casque protecteur ? Ce type n’a peur de rien !

Si les receveurs trouvent de la constance, l’attaque de Khari Jones devrait être beaucoup plus intéressante en deuxième moitié de saison, et c’est déjà ça de pris. Après le désolant « spectacle » offensif des cinq dernières années, il était temps.

Victoire morale ? Absolument. Cette équipe a gagné une seule fois en plus d’un an. Elle venait de se faire démolir par 39 points devant ses supporteurs. Il faut commencer quelque part, et c’est ce qu’ont fait les Alouettes au stade TD Place. En espérant qu’ils ne recommenceront pas à jouer mollement et qu’ils ne se feront pas écraser samedi prochain à Edmonton.

Football

Les Roughriders libèrent le receveur Duron Carter

Les Roughriders de la Saskatchewan ont libéré le receveur étoile Duron Carter. L’équipe a annoncé la nouvelle hier soir. Âgé de 27 ans, Carter a accumulé seulement 111 verges de gains et un touché en sept matchs cette saison, après avoir été le receveur le plus productif de l’équipe en 2017 avec 1043 verges de gains et huit touchés. Il a même été employé comme demi de coin cette saison. Rappelons que Duron Carter a joué pour les Alouettes en 2013, 2014 et 2016. En juin, Carter a plaidé non coupable à une accusation de possession de marijuana à l’aéroport de Saskatoon en février. Il doit comparaître en cour en décembre. Il avait plaidé coupable en juin à une infraction similaire pour un incident survenu à l’aéroport de Winnipeg en novembre 2017. Il avait toutefois reçu une absolution inconditionnelle.

— La Presse canadienne

Le chiffre

487

Trevor Harris a établi une marque personnelle en lançant pour 487 verges dans un match. Le quart-arrière du Rouge et Noir a pris ce que la défense des Alouettes lui cédait et a offert une performance sans bavure en deuxième demie.

En hausse

Johnny Manziel

Le deuxième départ dans la LCF de Manziel a été nettement supérieur au premier. Si son rendement fait un ou deux autres bonds similaires dans les prochaines semaines, les Alouettes pourront enfin dire qu’ils ont leur quart.

En baisse

Boris Bede

Capable du meilleur comme du pire, Bede a raté un placement de 49 verges et, surtout, un botté de dégagement qui a mené à un placement du Rouge et Noir au quatrième quart.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.