Affaire SNC-Lavalin

Scheer exhorte les libéraux à « laisser parler » Wilson-Raybould

Le chef du Parti conservateur du Canada appelle le gouvernement libéral de Justin Trudeau à « laisser parler » l’ex-ministre de la Justice Jody Wilson-Raybould. Andrew Scheer estime que la controverse entourant la firme d’ingénierie SNC-Lavalin a mis au jour une crise morale au sein du cabinet de Justin Trudeau. Il souhaite que Mme Wilson-Raybould s’exprime librement sur ces circonstances. Elle a déjà affirmé qu’elle serait prête à approfondir son témoignage. Elle a déjà déclaré avoir subi des pressions soutenues et inappropriées pour aider SNC-Lavalin à éviter un procès pour corruption et fraude en lien avec des contrats en Libye.

— La Presse canadienne

société de transport de montréal

Nouvelle convention pour les employés d’entretien

Les employés d’entretien de la Société de transport de Montréal, membres du Syndicat du transport de Montréal (STM-CSN), se sont prononcés en faveur de la nouvelle entente pour le renouvellement de leur convention collective. Les syndiqués ont voté à 96,5 % pour l’adoption de la proposition, a confirmé le syndicat.

Les négociations auront duré plus de deux ans, durant lesquels se sont tenues quelque 170 rencontres.

L’entente soumise au vote hier est basée sur une proposition d’un médiateur, nommé en septembre 2018 à la demande de la STM. Environ 1600 membres sur 2400 étaient présents hier à l’assemblée générale extraordinaire pour le vote, d’après le syndicat. Le conseil d’administration de la société avait de son côté approuvé l’entente plus tôt la semaine dernière.

Le contrat de travail de sept ans prévoit notamment une augmentation de salaire de 2 % par année. Pour 2023 et 2024, il est stipulé que l’augmentation pourrait toutefois être plus élevée que 2 %, en fonction de l’indice des prix à la consommation (IPC), mais avec un maximum de 3 %. L’accord ratifié prévoit aussi une majoration de certaines primes et un rattrapage salarial pour les gens de métier.

« Nous sommes satisfaits de l’entente sur la recommandation du médiateur, qui a fait un excellent travail pour rapprocher les parties. Nous sommes prêts à travailler avec la STM afin d’améliorer le service à la clientèle comme nous l’avons toujours fait », a affirmé Gleason Frenette, président du STM-CSN.

Flexibilité et heures supplémentaires

Il a précisé qu’une « longue liste de reculs » avait été évitée, parmi lesquels la privatisation de certaines tâches.

Les syndiqués ne s’entendaient pas avec l’employeur sur la flexibilité des horaires et les heures supplémentaires obligatoires, notamment.

La direction désirait notamment modifier des postes de jour en postes de soir et de fin de semaine, afin de faciliter l’entretien des autobus en dehors des heures de pointe. La STM affirme que l’entente lui accorde cette flexibilité, contre une réduction des heures supplémentaires et un meilleur équilibre travail-famille.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.