L’investisseur avisé

Des activistes s’installent au capital de Bellus et de Cominar

Chaque dimanche, nous braquons les projecteurs sur des éléments de l’actualité financière et boursière qui peuvent être utiles à l’investisseur, mais qui pourraient être passés sous le radar.

Un investisseur activiste a discrètement déclaré cette semaine aux autorités boursières avoir acheté d’importants blocs d’actions de Cominar au cours des premières séances boursières de l’année.

Les transactions réalisées par le gestionnaire de portefeuille Zach George pour le compte de FrontFour Capital portent à une dizaine de millions le nombre d’actions de Cominar détenues par FrontFour. Cette participation vaut environ 120 millions de dollars au cours actuel. Zach George est officiellement devenu membre du conseil des fiduciaires de Cominar le 2 janvier.

***

Après avoir participé à une émission d’actions de Bellus Santé le mois dernier, le fonds spéculatif new-yorkais OrbiMed a déclaré cette semaine aux autorités détenir dorénavant 14 % des actions de la biopharmaceutique lavalloise. OrbiMed devient ainsi le plus important actionnaire institutionnel de Bellus, une entreprise dirigée par l’entrepreneur Francesco Bellini et son fils Roberto.

***

L’année 2019 s’amorce sur fond de volatilité qui persiste depuis septembre 2018 et cette instabilité n’a rien d’extraordinaire, souligne le gestionnaire d’actifs montréalais Claret dans sa lettre trimestrielle publiée cette semaine.

« Nous conseillons fermement de maintenir le cap, de ne pas détourner le regard de l’horizon et d’éviter de se laisser hypnotiser par les remous. À chaque correction sa reprise, à chaque marché baissier son marché haussier », peut-on lire. « La plupart des investisseurs qui se trouvent encore au stade de l’accumulation devraient accueillir à bras ouverts les corrections puisqu’elles leur donnent l’occasion d’acheter à petit prix. Plutôt que de tenter d’anticiper le marché, la plupart des investisseurs devraient acheter des titres à intervalles réguliers en consacrant à chaque achat la même somme d’argent : par exemple investir 2000 $ chaque mois sur une période prolongée. »

***

Les variations importantes des titres boursiers sont chose courante, rappelle le gestionnaire d’actifs québécois Eterna Groupe Financier dans sa revue des marchés présentée en ce début d’année. « Les marchés reculent de plus de 10 % au moins une fois l’an. Des replis quotidiens de plus de 2 % sont des choses de plus en plus fréquentes, et les marchés corrigent de plus de 20 % aux 5 ans, mais à chaque reprise, le niveau des bourses est plus élevé. D’autres statistiques démontrent que les marchés montent environ 3 années sur 4 », est-il indiqué.

« Pour 2019, nous nous attendons à beaucoup de volatilité. Il ne faut surtout pas oublier qu’en ces périodes de fortes variations, vendre bas et acheter haut ne fonctionne jamais. Nous avons et aurons, au cours des prochaines semaines, l’occasion de faire l’acquisition d’excellentes entreprises générant des dividendes, et ce, à aubaine. »

***

Maintenant que la vente du programme de fidélisation Aéroplan à Air Canada est chose faite, l’analyste de la Banque TD Brian Morrison relance son suivi des activités de l’entreprise montréalaise Aimia en recommandant dorénavant l’achat du titre. Surtout, il double la valeur de sa cible sur 12 mois, qui était de 2,50 $, pour la porter à 5 $.

« Il y a une demande pour les actifs restants et donc une valeur à dégager, principalement par l’entremise de la participation dans Club Premier », souligne-t-il en anticipant une éventuelle liquidation des actifs restants qui se terminerait par une distribution du produit aux actionnaires.

***

La forte correction du titre de Quincaillerie Richelieu procure une occasion d’acheter le titre, affirme le gestionnaire de portefeuille de Cote 100 Philippe Le Blanc, dans sa lettre financière hebdomadaire publiée vendredi. « Quincaillerie Richelieu présente plusieurs des qualités que nous recherchons », dit-il, en soulignant notamment un historique irréprochable, des activités peu cycliques et une croissance organique positive complétée par une croissance par acquisitions. Il évalue le titre à 27,50 $ et soutient que c’est un achat à 25 $ ou moins.

***

Metro, Alimentation Couche-Tard et GDI sont trois titres québécois ayant touché vendredi leur plus haut niveau des 52 dernières semaines en Bourse.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.