Théâtre

Échos de scène

Tous les mardis, La Presse présente les actualités de la semaine dans le monde du théâtre à Montréal et au Québec. Premières, coups de cœur, spectacles en tournée et pièces à voir. La scène se passe ici et maintenant.

Rose-Anne Déry

« La beauté des mots » de Pauline Julien et de Gérald Godin

Deuxième pièce de la saison théâtrale portant sur la relation entre Pauline Julien et Gérald Godin, Je ne te savais pas poète a été coécrite par Rose-Anne Déry, qui joue aussi Pauline, et Laury Huard, l’interprète de Gérald. Le texte se base largement sur la correspondance entre ces deux artistes nationalistes, en plus de poèmes et de chansons.

« On utilise aussi quelques lettres inédites trouvées aux Archives, note Rose-Anne Déry, qu’on a vue dans Table rase et Le terrier. Je chante deux fois parce qu’on ne peut pas dissocier Pauline de la chanson, mais nous avons deux musiciens [Étienne Thibeault et Yves Morin] sur scène pour créer une ambiance musicale inspirée de Pauline et de son époque. »

Les artisans de la pièce, dont le metteur en scène André-Luc Tessier, nous proposent leur lecture d’une histoire d’amour, celle de deux artistes plus grands que nature. Deux géants encore actuels dans leurs propos.

« C’est extrêmement vivant. Leurs lettres se répondent comme des dialogues parfois. Ça respecte la chronologie des événements. On a exploré le récit amoureux, même si on aborde la politique parce que les deux étaient très impliqués. On a voulu mettre la beauté des mots de l’avant. On n’essaie pas d’imiter Pauline ou Gérald. Ça reste très sobre. Ce qu’ils s’écrivent résonne encore pour les jeunes aujourd’hui. »

Je ne te savais pas poète est présentée au Studio d’Espace Libre jusqu’au 22 décembre.

Financement

Soifs de Marie-Claire Blais adapté à la scène

Le Fonds national de création du Canada appuiera financièrement Denis Marleau et Stéphanie Jasmin pour Soifs Matériaux, leur adaptation théâtrale de Soifs, premier livre du cycle romanesque de Marie-Claire Blais. Les créateurs feront appel à 22 interprètes dans « une grande forme scénique accordant une place importante à la musique et aux images ». À sa première année, le Fonds national de création a investi un total de 2,9 millions de dollars dans 19 projets. Au Québec, le soutien financier va également à : Frontera de Dana Gingras, Danse Mutante de Mayday, Eve 2050 de Van Grimde Corps Secrets, The Hockey Sweater : A Musical du Centre Segal, Le reste vous le connaissez par le cinéma de Carte Blanche, The Storyville Mosquito de Kid Koala et Unikkaaqtuat des 7 doigts.

Danse

Deux œuvres de Marie Chouinard à l’Usine C

L’Usine C présente deux œuvres de Marie Chouinard, Les 24 Préludes de Chopin et Henri Michaux : Mouvements, créées respectivement en 1999 et 2011. Les Préludes sont déclinés en solos, duos, trios et mouvements d’ensemble avec 10 danseurs. Le livre Mouvements a été écrit en 1951 par le poète et peintre Henri Michaux, que Marie Chouinard s’est plu à lire littéralement comme une partition chorégraphique.

Les 24 Préludes de Chopin et Henri Michaux : Mouvements sont présentées à l’Usine C ce soir et demain, ainsi que les 7 et 8 décembre.

Tournée

4.48 psychose en France

Sophie Cadieux a reçu le Prix de la critique pour son rôle dans 4.48 psychose de Sarah Kane présenté au théâtre La Chapelle en 2016. Le spectacle était présenté jusqu’à dimanche à Paris. Dans cette mise en scène de Florent Siaud, la comédienne a aussi été encensée par la critique française. Le Figaro a écrit : « La comédienne Sophie Cadieux pulvérise tout ce que l’on croyait savoir de ce texte de Sarah Kane. Impressionnant. » Libération : « Sophie Cadieux irradie dans l’intense monologue écrit par la Britannique avant son suicide en 1999. » Et dans Télérama : « À travers l’interprétation brûlante de vie de l’athlétique Québécoise Sophie Cadieux, on redécouvre le monologue crépusculaire et testamentaire. »

Revue de l’année

Dire adieu à 2018

La compagnie Les deux colons d’Amérique propose la revue de l’année Salut 2018 !, un cabaret politique qui sera présenté à Montréal, Joliette, Québec et Terrebonne en décembre. Sept comédiens, sous la direction d’Hugo Turgeon, se moqueront allègrement de personnalités allant de Justin Trudeau à Donald Trump, en passant par Valérie Plante, Mario Pelchat, Hubert Lenoir et la bande de l’émission sportive L’antichambre. À Montréal, les représentations ont lieu les 6, 7, 20, 21 et 28 décembre au Café Campus.


Théâtre

Aussi à l’affiche

Les beaux dimanches, de Marcel Dubé, mise en scène de Christian Lapointe, au théâtre La Chapelle du 6 au 15 décembre

Avant l’archipel, d’Emily Pearlman, mise en scène de Joël Beddows, à la salle Fred-Barry jusqu’au 19 décembre

Vraiment doucement, de Victor Quijada (danse), au Théâtre Maisonneuve du 5 au 8 décembre

2018 revue et corrigée, d’un collectif d’auteurs, mise en scène de Natalie Lecompte, au Rideau Vert jusqu’au 5 janvier 2019

Camillien Houde, « le p’tit gars » de Ville-Marie, d’Alexis Martin, mise en scène de Daniel Brière et Geoffrey Gaquère, à Espace Libre jusqu’au 15 décembre

Platonov amour haine et angles morts, d’après Anton Tchekhov, mise en scène d’Angela Konrad, au Théâtre Prospero jusqu’au 15 décembre

Perplex(e), de Marius Von Mayenburg, mise en scène de Patricia Nolin, à La Petite Licorne jusqu’au 14 décembre

Souveraines, de Rose-Maïté Erkoreka, mise en scène de Marie-Josée Bastien, au Quat’Sous jusqu’au 8 décembre

Bilan, de Marcel Dubé, mise en scène de Benoît Vermeulen, au TNM jusqu’au 8 décembre

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.