Tennis Coupe Rogers

Autre jour, nouvel exploit

Stéfanos Tsitsipás, 19 ans, fait tomber un quatrième membre du top 10 mondial et atteint la finale, où l’attend nul autre que Rafael Nadal.

Toronto — Le jeune Grec Stéfanos Tsitsipás a joué son meilleur tennis alors qu’il était sur le point d’être éliminé de la Coupe Rogers.

Il l’a fait une fois de plus hier, battant au passage un autre joueur du top 10.

Tsitsipás est venu à bout de la quatrième tête de série, Kevin Anderson, en trois manches de 6-7 (4), 6-4 et 7-6 (7) pour accéder à la finale masculine du tournoi, au Centre Aviva.

Tsitsipás a réussi un as alors que le pointage était de 7-7 et il a ensuite concrétisé sa troisième occasion en balle de match pour enlever les honneurs du jeu décisif de la troisième manche. Anderson avait lui aussi obtenu une balle de match, à 7-6, mais le jeune joueur grec a exécuté un superbe revers pour s’en tirer.

« Je suis prudent et offensif en même temps, a affirmé Tsitsipás. Ça me donne l’impression que je ne perds jamais et que je suis encore dans le match, peu importe le pointage. »

Cadeau d’anniversaire

Tsitsipás, qui fêtera son 20e anniversaire de naissance aujourd’hui, se mesurera en finale au favori, l’Espagnol Rafael Nadal, qui a disposé du Russe Karen Khachanov en deux manches de 7-6 (3) et 6-4.

Il s’agira d’une première présence en finale dans un tournoi du Masters 1000 de l’ATP pour Tsitsipás.

Grâce à sa victoire contre le grand Sud-Africain, Tsitsipás est devenu le plus jeune joueur à vaincre quatre adversaires du top 10 lors du même tournoi depuis que l’ATP World Tour a vu le jour, en 1990. Plus tôt cette semaine, il avait défait Dominic Thiem, Novak Djokovic et Alexander Zverev, le champion en titre du tournoi.

Ce n’est pas mauvais pour quelqu’un qui était classé 168e au monde à la même date, en 2017, et qui participait à des tournois mineurs.

« Je suis capable de tout faire sur le terrain et de battre n’importe qui. » — Stéfanos Tsitsipás

La dureté du mental

Sous un soleil de plomb, Tsitsipás et Anderson ont eu recours à leur excellent jeu au service lors de la première manche.

Tsitsipás a obtenu un mini-bris lors du jeu décisif de la première manche, mais Anderson a remporté six points de suite pour filer avec le premier set.

À 1-1 en deuxième manche, Tsitsipás a gagné un long échange à 40-40 et il a brisé son vis-à-vis. Anderson a eu l’occasion de reprendre ce jeu perdu, mais il n’a pas été en mesure de convertir deux balles de bris lors de la septième partie.

« La chose qui m’a impressionné le plus est assurément sa mentalité », a observé Anderson.

« Il est resté efficace pendant tout le match. Il méritait vraiment de l’emporter aujourd’hui. »

— Kevin Anderson

Âgé de 32 ans, Anderson a atteint la finale du tournoi de Wimbledon le mois passé et il occupe le sixième rang au classement de l’ATP. Il avait perdu son seul autre duel contre Tsitsipás, survenu plus tôt cette année au Portugal.

Tsitsipás est devenu le premier joueur ne faisant pas partie des têtes de série à se rendre en finale de la Coupe Rogers depuis Nicolas Kiefer, en 2008. Ce dernier s’était incliné en finale contre Nadal.

Lors d’une des deux demi-finales du double, le Sud-Africain Raven Klassen et le Néo-Zélandais Michael Venus ont battu les favoris du tournoi, le duo composé de l’Autrichien Oliver Marach et du Croate Mate Pavić, en trois manches de 4-6, 7-6 (5), 10-3.

Dans l’autre demi-finale, le Finlandais Henri Kontinen et l’Australien John Peers (no 2) ont vaincu le Croate Nikola Mektić et l’Autrichien Alexander Peya 7-6 (2), 4-6, 12-10.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.