Basketball NBA

À une grosse marche de la finale

De retour en finale d’association, comme en 2016, les Raptors de Toronto vont devoir écarter la meilleure équipe de la saison, les Bucks de Milwaukee, afin de participer à une première finale. La série, qui débute ce soir (20 h 30), est aussi un duel au sommet entre deux des meilleurs joueurs de la NBA, Kawhi Leonard et Giannis Antetokounmpo.

L’impact de Leonard

Pendant que son avenir continue d’alimenter les rumeurs, Kawhi Leonard connaît de solides séries. Il a inscrit une moyenne de 31,8 points lors des 12 premiers matchs et connu 10 performances égales ou supérieures à 25 points. Son panier décisif lors du septième match, face aux 76ers de Philadelphie, a déjà intégré le panthéon des grands (le plus grand ?) moments des Raptors. Face aux Bucks et souvent opposé à Khris Middleton en 2018-2019, le Californien a connu des performances en deçà de ses bonnes habitudes avec une moyenne de 22 points en trois rencontres. Mais, c’est bien connu, bien des choses peuvent changer en séries…

Contenir Antetokounmpo

Les Raptors ont été éliminés par les Cavaliers de Cleveland, donc par LeBron James, lors des trois dernières saisons. King James parti dans l’Ouest, c’est maintenant Giannis Antetokounmpo qui se dresse sur la route des Torontois. En séries, Antetokounmpo est dans la même lignée que durant la saison avec une moyenne de 27,5 points et 12,5 rebonds. Comment défendre contre lui ? Avant d’encaisser quatre défaites consécutives, les Celtics de Boston ont donné quelques indices en le contenant lors des transitions et en offrant une opposition physique. En saison, c’est Pascal Siakam qui a le plus défendu contre Antetokounmpo.

Le reste de la distribution

Kyle Lowry a tendance à s’effacer quand le printemps arrive et que l’enjeu augmente. Son premier match de séries conclu avec zéro point a été, par exemple, une source de moqueries sur les réseaux sociaux. Son apport à ce chapitre offensif a été inconstant, mais il s’est tout de même distingué par des jeux cruciaux, notamment en défense. Autour de lui, Pascal Siakam a connu une progression fulgurante en 2018-2019 tandis que Marc Gasol et Danny Green possèdent une vaste expérience avec 183 matchs en séries. Finalement, Serge Ibaka a livré sa meilleure performance du printemps lors du septième match décisif contre les Sixers.

La profondeur des Bucks

Menés par l’entraîneur Mike Budenholzer, les Bucks ont obtenu 16 victoires de plus par rapport à la saison dernière. En séries, ils ont balayé les Pistons de Detroit avant de dominer les Celtics de Boston en cinq matchs. Au-delà d’Antetokounmpo, les Bucks comptent sur Khris Middleton, deuxième de l’équipe au chapitre des points et des rebonds. Il est aussi un excellent tireur à trois points. N’oublions pas Eric Bledsoe, qui s’est racheté après des séries 2018 difficiles, ou Malcolm Brogdon, de retour au jeu après une blessure à un pied. Le banc des Bucks sera un autre facteur à suivre. Contre les Celtics, la deuxième unité a inscrit 37,8 points par match.

Et dans l’Ouest ?

La finale de l’Association de l’Ouest démarrait hier soir entre les Warriors de Golden State et les Trail Blazers de Portland avec un premier duel remporté 116-94 par les Warriors. Les deux équipes se connaissent bien à ce niveau puisque les Californiens ont éliminé Portland lors des printemps 2016 et 2017. Ils sont évidemment favoris pour disputer une cinquième finale de suite, même si Kevin Durant et DeMarcus Cousins vont rater une bonne partie de la série. En l’absence de Durant, Stephen Curry et Klay Thompson – 60 points combinés – ont pris les choses en main pour éliminer les Rockets de Houston.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.