Gourmand

À boire

Parce que le monde des liquides est en constante effervescence, voici votre dose hebdomadaire de nouvelles.

Tchin

Accueillir ses invités à Pâques avec un cocktail, voilà qui est inusité ! Surtout si la boisson contient du chocolat. L’idée va les enchanter à coup sûr. Et pour préparer un cocktail pascal, les produits de Ms. Better’s sont parfaits. L’entreprise de Vancouver élabore une multitude d’amers (bitters), dont un au chocolat. Les ingrédients utilisés sont bios et quelques traits suffisent pour ajouter un concentré d’arômes chocolatés à la boisson. Ce cocktail inspiré du classique Hotel Georgia est simple à réaliser et énergisant. Dans un mélangeur (shaker), on verse du gin (1,75 once), du jus de citron frais (1 once), 20 ml de sirop cacao et betterave des Charlatans, deux traits d’amer au chocolat Ms. Better’s et un blanc d’œuf. Après avoir bien frappé avec de la glace, on filtre dans un joli verre et on ajoute quelques morceaux de chocolat râpé sur la mousse. Vous préférez sans œuf ? Ms. Better’s a conçu un émulsifiant à base d’extraits botaniques qui permet de créer une mousse sans utiliser de blanc d’œuf. On peut enfin préparer des mélanges véganes.

Les Îles en ville

Depuis quelques années, le spritz est un des apéros chouchous des Québécois. Et sa saison approche. Admettez que c’est sur la terrasse qu’il est le plus à sa place. Que le soleil brille ou pas à Pâques, on peut dès maintenant s’évader sous un soleil orange Popsicle avec Les Îles, tout nouveau produit québécois. C’est la plus récente création du groupe à qui l’on doit la vodka White Keys, le rhum Sainte-Marie et le dry gin Portage. L’apéritif est produit en partenariat avec la microdistillerie montréalaise Oshlag. Comme sa couleur pétante l’indique, les notes aromatiques tournent beaucoup autour de l’orange et de la mandarine. Une panoplie d’autres ingrédients (rhubarbe, cannelle, genièvre, gingembre, etc.), dont quelques amérisants (quassia, gentiane, orange amère), entrent dans la composition de ce produit équilibré, moins sucré et moins vanillé que l’Aperol, mais un peu plus alcoolisé, à 15 % d’alcool/volume. Le mariage italien classique se fait bien entendu avec un prosecco, mais n’importe quel mousseux brut fera l’affaire. L’apéritif Les Îles est d’une grande polyvalence. Et justement, nous l’avons testé dans un Paper Plane, cocktail composé de parts égales de bourbon, d’amaro Montenegro, de jus de citron et d’Aperol. Planant à souhait ! (Ève Dumas, La Presse)

Les Îles, 15 % d’alcool/volume, 750 ml, 23,85 $ (13841052)

Insolite

Qui se lève aux aurores le dimanche de Pâques pour ramasser de l’eau bénite ? Les brasseurs de Ras L’Bock ! Les copropriétaires de la brasserie située à Saint-Jean-Port-Joli recueillent 2000 L d’eau le matin de Pâques afin de préparer une pilsner pascale. Cet original brassin change de nom chaque année. Puisque tous les ingrédients utilisés ce printemps, grain et houblon inclus, proviendront du Québec, l’équipe de Ras L’Bock songe à nommer la bière « Jean-Le-Baptiste ». Elle sera en vente au mois de juin et, comme les cocos de Pâques, les bouteilles trouveront rapidement preneur.

En fermentation

L’entreprise française Wine and Tools vend des cuves de polymère de forme ovale qu’on appelle communément des œufs. La société a créé toute une surprise l’an dernier en envoyant une image dans laquelle ses cuves étaient colorées comme des cocos de Pâques. « Les œufs n’étaient pas vraiment peints », explique Frédéric Planchon, de Wine and Tools. Les couleurs avaient simplement été ajoutées par ordinateur. Mais l’idée a plu, si bien que la société utilise parfois un tissu imprimé pour les colorer. Qu’elles soient en terre cuite, en béton ou en polymère, les cuves de forme ovoïde suscitent un certain engouement chez les vignerons. Selon Wine and Tools, cette forme permet des mouvements convectifs plus harmonieux et moins freinés du vin.

Avec des bulles

Pour célébrer le premier et le plus long congé du printemps, rien de tel que des bulles. La cuvée Élégance de Jérôme Arnoux porte bien son nom. L’assemblage de chardonnay et de pinot noir est pimpant. Il s’ouvre sur des notes d’agrumes et florales qui se retrouvent dans une bouche très peu dosée (sucrée) aux bulles très fines. Jérôme Arnoux est encore peu connu au Québec. Le vinificateur a travaillé de nombreuses années avec Stéphane Tissot avant de lui acheter ses parts de la Cave de la Reine Jeanne à Arbois. M. Arnoux possède 17 hectares de vignes et achète également des raisins. Tout est travaillé selon les principes de l’agriculture biologique, mais l’entreprise ne souhaite pas obtenir de certifications. Avec des bouchées de crabe ou les cocos au brunch, le festin sera mémorable.

Jérôme Arnoux Brut Élégance Crémant du Jura, 27, 10 $ (13847690)

À déguster

Dans son livre The Wine Bible, Karen MacNeil raconte que les traditionnelles chasses aux cocos et les œufs peints tirent leurs origines de la Grèce. Pour rester dans le thème, ce vin rouge grec de Yannis Tselepos sera aussi déroutant que délicieux avec l’agneau pascal. Déroutant, car il est élaboré avec de l’agiorgitiko, une variété de raisin qui se retrouve rarement sur nos tables. Ce cépage est cultivé à Néméa, dans le Péloponnèse. Dans le verre, les notes de bleuet, de cerise et de fleurs sont invitantes. Sur les papilles, le vin n’est pas trop corsé. Ses arômes de fruits noirs et d’épices douces se prolongent dans une finale rafraîchissante.

Domaine Tselepos Driopi Agiorgitiko 2016, 21,80 $ (10701311)

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.